• Accueil

     

     

     

    19ème Dimanche T.O. - B - - Le Blog de Jackie

     

    Vers vous vie de mon âme

      

     


     

    12. 15h30 – Chapelet en direct de la grotte de Lourdes – LA PREMIÈRE EN  CHEMIN

    fleur blanche

    Pour dire le chapelet depuis Lourdes

    TV Lourdes en direct avec le chapelet à 15h30 

    Cliquez https://www.lourdes-france.org

     

     

    Mon autre blog 

    http://nanipeinture.canalblog.com

      

  •  

     

     Très belle histoire !!!

     

    Le couvent de Marcassu, (Haute-Corse).

     

    Lors des 38e journées européennes du patrimoine, samedi 18 septembre, un chèque de 390.000 euros a été remis aux sœurs du Couvent de Marcassu (Haute-Corse), sélectionné par Stéphane Bern pour la 4e édition de sa Mission patrimoine. De quoi réjouir sœur Laetitia, supérieure de cette jeune communauté sacrément dynamique.

     

     

    https://www.corsenetinfos.corsica/photo/art/default/58990989-43426089.jpg?v=1631984853

     

     

    Aleteia : Sœur Laetitia, vous êtes la fondatrice et supérieure de la communauté du Rosier de l’Annonciation, installée à Cateri, sur l’île de Beauté, depuis fin 2019. Comment avez-vous eu l’idée de solliciter Stéphane Bern ?
    Sœur Laetitia : Ça a vraiment été l’œuvre de la Providence, une histoire incroyable ! La veille du 15 août 2020, je me désolais de ne pouvoir participer à une procession en l’honneur de la Vierge, du fait de la crise sanitaire. Je propose donc à mes sœurs de sortir tout de même dans les rues pour souhaiter une bonne fête de l’Assomption à tous ceux qui seraient mis sur notre route. Devant le restaurant du village, nous tombons sur le maire, qui nous interroge sur le pourquoi de cette inhabituelle promenade vespérale : « Nous venons vous souhaiter une bonne fête de la part de Marie«. Touché, il nous demande si nous avons quelques minutes à lui consacrer, et nous conduit à la table de l’ancien ministre de la Culture, Franck Riester, alors en vacances en Corse. Nous évoquons avec lui la dégradation de la toiture de notre couvent, et il se propose de nous mettre en relation avec Stéphane Bern. L’Esprit saint était à l’œuvre ! Le jour de Pâques, le maire, véritable émissaire du Ciel pour notre communauté, nous annonce que nous sommes officiellement sélectionnées.

     

    À quoi cette importante somme va-t-elle vous servir ?
    À réparer la toiture de Marcassu, détériorée par des infiltrations d’eau. Nous avons la grâce d’avoir repris ce merveilleux couvent, fondé il y a 400 ans, en 1621, par des Franciscains. Ces derniers ont animé les lieux pendant 350 ans, avant de céder la place pour deux décennies à des bénédictins. Sans religieux pendant quelques années, la maison appartient aujourd’hui au diocèse. Quelle joie de pouvoir redonner un souffle à ce qui a été un poumon spirituel de la Balagne ! Mais il faut près de 620.000 euros pour remettre le toit en état. Il nous en manque donc encore 200.000 : la Fondation du Patrimoine en Corse a lancé une souscription pour nous aider à les récolter.

     

     

     

     

     

    Cette exposition médiatique va braquer le projecteur sur votre communauté, encore peu connue du grand public.
    Et pour cause, nous n’avons que dix ans d’existence ! À l’origine, nous étions installées sur le continent près de la communauté Saint-Martin, qui nous a formées [ce sont toujours eux qui donnent des cours aux novices, via Internet. Travailler en complémentarité avec des prêtres fait partie de notre ADN. Puis nous sommes parties à Lourdes, pour mettre en place une mission commune. La première reconnaissance canonique de la communauté a eu lieu à la grotte de Massabielle, en février 2019, par l’évêque de Tarbes et Lourdes. Tout était en place là-bas, mais le Seigneur a chamboulé nos plans en nous appelant en Corse. Il serait trop long de raconter ici tous « les clins Dieu » qui nous ont conduit à nous enraciner ici. Nous nous sommes laissées porter…, en ouvrant grand nos cœurs à la volonté divine. Et en suivant le guide : Notre Dame de Lourdes, la Belle Dame, Reine de la Corse !

     

     

     

    Quel est le charisme spécifique du Rosier de l’Annonciation ?
    La maternité spirituelle. .Nous désirons mettre nos ressources spécifiquement féminines au service des besoins de l’Église Nous avons aujourd’hui deux missions fondamentales : l’éducation à la vie dans la foi (à travers le catéchisme, des patronages, l’enseignement) et l’accueil (via toute une série de propositions spirituelles, pour les jeunes filles, les familles, et les chercheurs de Dieu de tous horizons, à l’écoute desquels nous nous mettons). C’est par ces apostolats que nous voulons participer à notre mesure au “réveil spirituel” de la France. Le premier de ces apostolats étant notre prière communautaire. En plus de la messe, nous célébrons quotidiennement en grégorien les Laudes, les Vêpres et les Complies. Le tout-venant peut y assister. 

     

    Qui sommes nous ? - Rosier de l'Annonciation

     

    Sans doute la veillé Pascale ou la fête des lumières le 2 Février ?

     

     

     

     

    Hôtellerie du couvent Ouvert à tous de avril à octobreNous accueillons les amis de la communauté ainsi que les personnes désireuses de se reposer dans un climat familial et de paix entre mer et montagne. Les hôtes ont la possibilité de participer à la vie des soeurs en priant les offices et en aidant aux différents travaux du couvent.Vous pouvez prendre contact avec la sœur hôtelière soit par e-mail couvent.marcassu.1621@gmail.com soit par téléphone au 06 87 46 92 21 

     

     

    Couvent de Marcassu - Haute-Corse - ARCADE

     

     

     

    Mission Patrimoine : derrière les murs de Marcassu, une communauté jeune et..

     

     

     

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks Pin It

    2 commentaires
  •  

     

    Texte long, Mais cela vaut la peine d’écouter ce que nous dit dans son dernier livre le Pape émérite Benoit XVI !

    (Soit l’homme est la créature de Dieu, l’image de Dieu, le don de Dieu, soit l’homme est un produit que lui-même sait créer.)

    Benoît XVI

     

     

    https://cdn-s-www.bienpublic.com/images/D6A378E3-55E2-43D0-B6EC-C43845270605/NW_raw/l-ancien-pape-benoit-xvi-photo-d-archives-afp-1596435947.jpg

     

    Dans un livre sur l’Europe à paraître ce jeudi 16 septembre 2021 en Italie, le pape émérite Benoît XVI alerte dans un texte introductif sur le saut anthropologique des dernières décennies durant lesquelles le monde contemporain a cessé de souscrire au lien entre sexualité et fécondité et de croire en l’origine sacrée de l’homme. Une analyse partagée et saluée explicitement par le pape François qui signe la préface de l’ouvrage.

     

     

    fr.shafaqna-La-valeur-davoir-des-enfants-et-limportance-de-former-une- famille-1021×580 | Centre Social du Roussillonnais

     

    « Avec la légalisation du “mariage homosexuel” dans seize États européens, le thème du mariage et de la famille a pris une nouvelle dimension qui ne peut certainement pas être ignorée ». Telle est la première phrase du texte inédit du pape émérite Benoît XVI introduisant l’ouvrage La Vera Europa, identità e missione, – La vraie Europe, identité et mission – qui paraît le 16 septembre aux éditions Cantagalli.

    Le livre de 264 pages est le troisième volume d’un projet éditorial qui rassemble une sélection des textes de Joseph Ratzinger-Benoît XVI. Les deux précédents ouvrages avaient également été préfacés par le pape François.

     

     

    19,00 euros - livre de 264 pages - !!!

    (Quelle force et quel courage extraordinaires, encore, chez ce vieil homme de 94 ans! Une réflexion puissante qui risque de lui attitrer les foudres de la bien-pensance actuelle. Anticipation de l’ouvrage “La vera Europa. Identità e Missione” fraîchement sorti des presses de l’éditeur Cantagalli (cf. Le dernier appel de Benoît XVI à l’Europe : heureusement qu’il est là.)

     

     

    « Avec la légalisation du “mariage homosexuel” dans seize États européens, le thème du mariage et de la famille a pris une nouvelle dimension qui ne peut certainement pas être ignorée ». Telle est la première phrase du texte inédit du pape émérite Benoît XVI introduisant l’ouvrage La Vera Europa, identità e missione, – La vraie Europe, identité et mission – qui paraît le 16 septembre aux éditions Cantagalli.

    Le livre de 264 pages est le troisième volume d’un projet éditorial qui rassemble une sélection des textes de Joseph Ratzinger-Benoît XVI.

     

     

     

    104-F inside

     

    Soit l’homme est la créature de Dieu, l’image de Dieu, le don de Dieu, soit l’homme est un produit que lui-même sait créer.

     

     

    Dans son texte d’un peu plus de deux pages envoyé à l’éditeur en avril dernier – a appris I.MEDIA-, Benoît XVI dresse un raisonnement en quatre temps. D’abord, il explique que « le “mariage homosexuel”

    Est en contradiction avec toutes les cultures de l’humanité qui se sont succédées jusqu’à présent ». Jamais auparavant n’avait été remis en question le fait que « l’existence de l’homme – en tant que mâle et femelle – [était] ordonnée à la procréation », insiste-t-il.

     

    Cette « certitude originelle qui a été évidente pour l’humanité » a selon lui été bouleversée avec l’introduction de « la pilule » contraceptive. Car celle-ci a rendu possible la « séparation entre fécondité et sexualité . Dès lors, toutes les formes de sexualité sont devenues « équivalentes » ; « il n’existe plus aucun critère de fond », constate le pontife émérite.

     

    Il en déduit que, si la sexualité est séparée de la fécondité, « alors, inversement, la fécondité peut naturellement être pensée sans sexualité ». L’homme ne serait donc plus compris comme « un don reçu » mais un comme « produit planifié ». Or, « ce qui peut être fabriqué peut aussi être détruit », prévient le théologien de 94 ans. Et de s’inquiéter de la « tendance croissante » au recours au « suicide comme fin planifiée de la vie ».

    Finalement, le pape émérite assure que derrière les réflexions sur le mariage homosexuel, la pilule ou bien le suicide assisté se cache une « question fondamentale » : « Qui est l’homme ? ». Il pose alors cette alternative : « Soit l’homme est la créature de Dieu, l’image de Dieu, le don de Dieu, soit l’homme est un produit que lui-même sait créer ».

     


     

    *Ma réponse personnelle à sa Sainteté le Pape François, a son raisonnement préface

    Saint Père, il fallait un vrai théologien, une vraie parole VRAI, sans à côtés équivoques. Vous savez que les médias transforment les paroles. Vous avez été pas assez clair lorsque vous avez dit certaines paroles, mais c’est vrai ; on peut donner son propre raisonnements sans être en ex cathedra. 

     

     

    (Un raisonnement salué par le pape François)

    Dans sa préface rédigée le 28 juillet dernier, le soutien du pape François au pape émérite est manifeste. « Je suis heureux de présenter ce volume », commence-t-il par écrire, avant de reprendre brièvement l’alternative existentielle proposée par son prédécesseur et les enjeux qu’elle soulève. Il s’attriste lui aussi du fait qu’en Europe, « l’idée de respect de toute vie humaine disparaît de plus en plus, à partir de la perte de la conscience de son caractère sacré ».

    Puis il écrit : « Au fil des ans, Benoît XVI n’a pas craint de dénoncer avec beaucoup de courage et de clairvoyance les nombreuses manifestions de ce renoncement dramatique à l’idée de création, jusqu’aux conséquences actuelles les plus récentes ». Des conséquences qui, selon le pontife argentin, sont « décrites de manière absolument claire et convaincante dans le texte introductif [de Benoît XVI, ndrl] ».

    En conclusion de sa préface, le pape François fait sienne l’espérance de son prédécesseur, convaincu que « le désir de Dieu » est « profondément inscrit dans chaque âme humaine et ne peut disparaître ». Et de le citer : « Nous les humains, sommes agités jusqu’à ce que nous ayons trouvé Dieu. Cette agitation existe aussi aujourd’hui. C’est l’espérance que l’humanité, encore et toujours, se mette en route vers ce Dieu ».

     

     

    Une photo récente de Benoit XVI pour terminer la semaine - InfoCatho 

    La plus récente des photos de cet humble et grand théologien (94 ans)

    Soyez bénit mon très cher pape émérite Benoit XVI. Soyez bénit d’avoir osé dire. De votre courage à votre âge, de mettre en haut la voix de l’Église Catholique dont le fondateur est LE CHRIST LUI-MÊME

     

     

     

    Pape Benoit XVI Soit l’homme est la créature de Dieu, l’image de Dieu, le don de Dieu...

     

     

     
    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks Pin It

    4 commentaires
  •  

     

     

     

    Pauline et Roger Fitter, un couple de Britanniques, ont consacré leur vie à l’accueil des autres. Ils ont gardé la porte de leur cœur et de leur maison ouverte pour les quelque 600 enfants qu’ils ont hébergé.

     

     

     

    Image

    A 81 et 86 ans, Pauline et Roger Fitter prennent aujourd’hui une retraite bien méritée ! Songez plutôt. Ils ont accueilli pendant 56 ans des enfants et des adolescents placés chez eux, 620 précisément. Chacun d’eux a pu trouver dans le foyer Fitter une nouvelle demeure. Aujourd’hui heureux parents de cinq enfants dont un adopté après un passage chez eux, et grands-parents de onze petits-enfants, ils vont profiter de leur retraite. Mais avant de rendre leur tablier, la mairie de West Sussex, au sud de l’Angleterre où ils résident, les a reçus fin août. L’occasion de leur rendre hommage et de les féliciter pour le service rendu et tout l’amour donné.

     

     

     

    L’idée d’accueillir d’autres enfants que les siens n’avait jamais vraiment traversé l’esprit de Roger. C’est Pauline, son épouse, qui va l’y amener. Avant leur mariage en 1965, la jeune femme qui est alors infirmière prend soin de nourrissons en attente d’adoption. « J’ai vraiment été touchée en plein cœur, blessée de voir ces bébés qui seraient placés. Je me suis promis, à l’âge de 19 ans, que j’en accueillerai une fois mariée », a-t-elle confié à la BBC.

    La jeune femme ne va pas attendre longtemps. Quatre mois après avoir convolé avec Roger, le couple reçoit un premier enfant affaibli par une bronchite. L’expérience de cet accueil aurait pu refroidir leurs ardeurs, mais heureusement cet enfant sera le premier d’une série qui s’étalera sur plus d’un demi-siècle. « Je ne crois pas qu’on se soit dit à un moment “c’est trop”, confie Pauline. Nous arrivions à voir les résultats de nos efforts, et c’était très gratifiant ».

     

     

    Un couple britannique qui a accueilli plus de 600 enfants a pris sa  “retraite”

     

     

    Des vies transformées

    Au fil des ans, le couple a souhaité accueillir principalement des enfants confrontés à des procédures judiciaires. De fait, ces jeunes étaient traumatisés et souhaitaient juste retourner chez eux. « C’est un job intense, mais nous avons toujours veillé à être les plus compréhensifs en gardant en mémoire que ces enfants avaient vécu beaucoup de choses douloureuses », se souvient Pauline.

    Malgré les difficultés l’aventure a toujours valu la chandelle pour le couple d’octogénaire. Elle n’a jamais oublié une fillette de 3 ans qui n’osait même pas les regarder dans les yeux.

    « Le chemin avec elle a été long, mais un beau jour, elle a posé sa toute petite main dans la mienne. Ça n’a l’air de rien, mais en fait, c’était immense. Elle doit avoir la trentaine aujourd’hui ».

    Des souvenirs par milliers avec chacun des enfants, Pauline et Roger ont eu une vie qui sort de l’ordinaire. Une vie donnée qui a changé celle de centaines de personnes autour d’eux.

     

     

     

    Adoption à l'étranger : 614 enfants accueillis en France en 2018 | Vie  publique.fr

     

    « Chaque fois que vous l’avez fait à l’un de ces plus petits qui sont mes frères, c’est à moi que vous l’avez fait. » Mt 25,40

     

     

    Pauline et Roger prennent leur retraite après avoir accueilli plus de 600 enfants

     

     

     

     
     
    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks Pin It

    7 commentaires
  •  

     

    Un peu long, mais peut être cela dira quelque chose ... à quelqu’un. Bon dimanche Esquiver, encaisser, répondre. La leçon de boxe de Jésus

     

     

     

    Homélie du 13eme dimanche : le serviteur souffrant - Site de l'abbaye Notre  Dame du Bec Hellouin

    Voici le vrai Serviteur 

     

     

     

     

     

     

    L’évangile de ce 25e dimanche du temps ordinaire (Mc 9, 30-37) nous montre Jésus apprendre à ses disciples à dominer leur susceptibilité et leurs frustrations. Dans l’homélie qu’il nous propose, le père Christian Lancrey-Javal y voit comme une leçon de boxe !

     

     

     

    Passion du Christ et abaissement des Apôtres (Mc 9,30-50) |

     

     

    « De quoi discutiez-vous en chemin ? » (Mc 9, 33). La question est sympathique, signe que Dieu s’intéresse à nous, à nos discussions et nos problèmes, mais les disciples se taisent, d’autant plus que, peu de temps avant, pour avoir posé la même question, en redescendant de la montagne de la Transfiguration : « De quoi discutiez-vous ? » (Mc 9, 16), Jésus s’était mis en colère : « Génération incroyante, combien de temps resterai-je auprès de vous ? Combien de temps devrai-je vous supporter ? » (Mc 9, 19). 

    Le Fr. David-Marc d’Hamonville, père abbé d’En-Calcat, explique ainsi la pédagogie de Jésus : « Les disciples s’étaient vexés de n’avoir pas su guérir l’enfant épileptique. Rien ne bloque le dialogue comme une susceptibilité froissée. Il y a un blocage complet des disciples : non seulement ils ne posent plus de questions à Jésus, mais ils ne donnent plus de réponses à ses questions. Alors Jésus reprend l’initiative. Il calme le jeu ; il s’assoit, appelle le cercle le plus proche, les Douze, et fait un geste plein de tendresse : il embrasse un enfant. Quand la parole est bloquée, un geste peut rouvrir la communication ».

     

     

     

    Douleur De Fille D'étudiant De Moquerie De Camarades De Classe Photo stock  - Image du despote, banni: 74921570

     

    Des moqueries, vous en aurez toujours

    Un jeune de 15 ans vient me voir de temps en temps, qui n’est pas baptisé mais dont j’ai baptisé le petit frère qui a 2 ans. La mère est seule, les deux pères les ont abandonnés, physiquement et financièrement. La mère est seule, comme le quart aujourd’hui des parents. Ce garçon vient chercher des explications sur ce qu’il vit. Il se débrouille bien en classe mais il n’a pas d’ami, aucun. Il a peur des autres. Je lui ai dit de faire du sport : il est un peu frêle pour autant qu’on puisse en juger, il passe des heures et des heures devant les jeux vidéo. Pourquoi n’a-t-il pas d’amis ? Il a peur, m’a-t-il dit, des moqueries. Des moqueries, tu en auras toujours. Je pensais à la parole de Jésus : des pauvres, vous en aurez toujours (Jn 12, 8). Les moqueries font partie de la vie : elles sont désagréables mais pas dramatiques et ça va durer toute la vie, partout où tu iras : en groupe, l’être humain n’est pas gentil.

     

     

     

     Vue De Profil D'un Mignon Jeune Brunette Faire Des Leçons De Boxe D'un  Homme à La Salle De Gym Banque D'Images Et Photos Libres De Droits. Image  53101861.
     

    Une leçon de boxe

    Des moqueries, on n’en meurt pas, normalement. C’est l’illusion de notre société de prétendre les interdire, sous couvert de lutter contre les discriminations : elles existeront toujours et le rôle de l’éducation est de les limiter — par l’apprentissage du respect de toute personne, en commençant par celle qui est en situation de faiblesse. On ne se moque pas des petits. On ne fait pas non plus un drame des petites vexations de la vie ordinaire. C’était l’avantage des fratries nombreuses où les grands apprenaient à protéger les petits et les petits à s’endurcir. J’ai redit à ce garçon de faire du sport, d’habiter son corps, de s’incarner, de prendre chair, d’aller faire quelques mois de boxe, à un autre on aurait dit de l’escrime, à un autre un sport collectif, à lui j’ai dit : va t’inscrire dans une salle, de boxe, anglaise, française, chinoise, thaï. La boxe te donnera les trois règles de la survie en société : esquiver, encaisser, répondre, l’idéal étant que ça reste verbal.

     

    Jésus leur a donné l’exemple de réponses percutantes, il les a plus d’une fois secoués, comme il a plus d’une fois cloué le bec à ses détracteurs.
     

    Esquiver, encaisser, répondre. Jésus a appris à ses disciples à se tenir sur leurs gardes, à éviter les situations de critiques, des pharisiens et de tous ceux qui ne sont pas des amis de la paix : partez. Il leur a appris ce que les hommes des temps passés savaient mieux que nous : à encaisser, endurer les difficultés et les insultes. Il les avait sortis de leurs habitudes et de leurs milieux, ne parlons pas de confort pour ces hommes qui menaient une vie dure. Dans l’Évangile, on les entend rêver plus souvent que gémir. Et il leur a donné l’exemple de réponses percutantes, il les a plus d’une fois secoués, comme il a plus d’une fois cloué le bec à ses détracteurs.

     

     

     

    LE GUIDE COMPLET DE L'ESQUIVE / COMMENT APPRENDRE À ESQUIVER LES COUPS –  ARIMA DEFENSE : EQUIPEMENTS & VÊTEMENTS DE SPORT DE COMBAT

     

    Un peu de réalisme !

    Esquiver, encaisser, répondre. Ah ! Vous n’êtes pas habitués à entendre ça en homélie ? Vous pensiez peut-être que Jésus est un utopiste, qu’il n’a pas grandi au milieu des enfants de son âge, qu’il ne sait pas ce qu’est une meute, qu’une bande d’hyènes peut venir à bout d’un tigre ? Un peu de réalisme ! C’est le titre d’un très bon livre sur sainte Thérèse de l’Enfant-Jésus : le Réalisme spirituel de Thérèse de Lisieux par le père Victor Sion (Cerf), lisez-le pour sa fête dans dix jours.

     Thérèse est devenue grande quand elle a cessé de pleurnicher, de se lamenter pour un rien, en l’occurrence la remarque très désagréable de son père à Noël quand elle avait 13 ans. Elle a découvert en pèlerinage à Rome que les prêtres n’étaient pas les saints qu’elle avait idéalisés. Et heureusement qu’elle a eu avec elle au Carmel ses sœurs de sang, Marie l’aînée, Pauline devenue Sœur et Mère Agnès, et Céline, pour supporter la vie religieuse. Quand on ajoute Léonie visitandine, on comprend qu’on ait canonisé les parents, Louis et Zélie.

     

    https://www.lepelerin.com/wp-content/uploads/2019/02/Comment-vivre-24h-24-avec-l-Esprit-saint-e1554910431310.jpg

     

    Avec l’aide de l’Esprit Saint

    Nous savons comme un geste de tendresse peut éclairer une journée et une contrariété l’assombrir ! Nous savons surtout la joie à rendre service et aider. « Le Seigneur Jésus lui-même a dit qu’il y a plus de bonheur à donner qu’à recevoir » (Ac 20, 35). Dans tout ce qui nous met en joie, il y a ce qui vient des autres de réconfortant, autant de signes de la bonté et de la Providence de Dieu, mais il y a bien plus l’Esprit-Saint agissant dans nos cœurs. Avant d’être le Consolateur, il est le Protecteur de nos âmes, pour éviter le péché. Esquiver, se dérober aux tentations, aux attaques de l’Adversaire.

    Encaisser, endurer les difficultés. Répondre au mal par le bien, répondre aux blocages par un geste de tendresse. Esquiver, encaisser, répondre.

     

     

    Esquiver, encaisser, répondre. La leçon de boxe de Jésus

     

     

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks Pin It

    4 commentaires
  •  

     

     

    Vierge Marie qui t’est apparue à Bernadette et aux petits de la Salette, Fatima et dans autres endroits. Viens nous aider à nous qui en France on t’a toujours honoré. Sainte Vierge, donne à ceux qui la dirigent, la conversion du cœur pour leur bonheur, et pour le bien de notre pays la France. Comme Mère que tu es, protège-nous et arrête la haine et les violences. Veille sur les enfants qui vont naître. Merci d'avoir veillé sur ma vie dans le ventre de ma mère. Veille aussi pour que les enfants soient protégés et qu’on ne leur ôte pas la Vie. Que les enfants aient un père et une maman. 

     

     

    Bse Vierge Marie, Mère de la Grâce Divine

    Mère de la divine Grâce

     

     

    MOM,DAD,BABY

     

    Cette prière à Notre-Dame de Grâces est l’occasion pour un couple en espérance d’enfant d’inviter Dieu au cœur de l’attente et de déposer son projet entre les mains de celle qui a enfanté le Christ.

     

    L’attente de la naissance d’un enfant qui tarde à venir peut être une grande souffrance dans un couple. Pouvoir déposer ses difficultés, ses peurs et ses espoirs auprès de la Vierge Marie peut se révéler bénéfique, elle qui a su attendre dans l’espérance une naissance si mystérieuse. Pourquoi ne pas s’appuyer sur elle pour traverser cette attente, mais aussi pour se rapprocher de son fils Jésus, en récitant cette belle prière à Notre-Dame de Grâces à Cotignac :

     

    « Mère de la divine Grâce, dans votre apparition au Mont Verdaille, vous nous avez invités à solliciter vos faveurs. Nous accourons avec confiance implorer votre secours. Accordez aux justes la persévérance, aux âmes tristes la consolation, aux cœurs abattus le courage et la confiance, aux malades la santé, aux pêcheurs le repentir et le pardon, aux âmes du purgatoire soulagement et délivrance, à chacun de nous votre maternelle protection. Nous implorons surtout votre assistance à l’heure de notre mort. Soyez notre avocate au jugement de Dieu. Nous voulons au ciel vous dire éternellement notre reconnaissance. Notre-Dame de Grâces, priez pour nous ! »

     

     

     

     

    Notre Mère et notre Reine de notre Dieu Nos te vénerons et t'Aimons

     

     

     

    Sainte Vierge vous nous avez invités à solliciter vos faveurs...voici notr eprière

     

      

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks Pin It

    6 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique