• Accueil

     

     

     

     

     

     

     

    unicef33@unicef.fr

    http://www.unicef.fr

     

     

     

     Attention !

     

     

     

     

     

  •  

     

     

     

    Pourquoi Jésus dit-il à ses disciples de

    ne

    pas juger ?

     

    « Ne jugez pas, et vous ne serez pas jugés ; ne condamnez pas, et vous ne serez pas condamnés ; remettez, et il vous sera remis » (Luc 6, 37).

    Est-il possible de mettre cette parole de l’Évangile en pratique ? N’est-il pas nécessaire de juger, si l’on ne veut pas baisser les bras face à ce qui ne va pas ? Mais cet appel de Jésus s’est profondément gravé dans les cœurs. Les apôtres Jacques et Paul, par ailleurs si différents, y font écho presque avec les mêmes mots. Jacques écrit : « Qui es-tu pour juger le prochain ? » (Jacques 4, 12). Et Paul : « Qui es-tu pour juger un serviteur d’autrui ? » (Romains 14, 4).

    Ni Jésus ni les apôtres n’ont cherché à abolir les tribunaux. Leur appel concerne la vie quotidienne.

    Si les disciples du Christ choisissent d’aimer, ils continuent cependant à commettre des fautes aux conséquences plus ou moins graves. La réaction spontanée est alors de juger celui qui – par sa négligence, ses faiblesses ou ses oublis – cause des torts ou des échecs. "Nous avons bien sûr d’excellentes raisons de juger notre prochain" : c’est pour son bien, pour

    qu’il apprenne et qu’il progresse…

    Jésus, qui connaît le cœur humain, n’est pas dupe des motivations plus cachées. Il dit : « Qu’as-tu à regarder la paille qui est dans l’œil de ton frère ? Et la poutre qui est dans ton œil à toi, tu ne la remarques pas ! » (Luc 6, 41). Je peux me servir des fautes des autres pour me rassurer sur mes propres qualités.

    Les raisons pour juger mon prochain flattent mon amour-propre (voir Luc 18, 9-14). Mais si je guette la moindre faute de mon prochain, n’est-ce pas pour me dispenser de faire face à mes propres problèmes ? Les mille défauts que je lui trouve ne prouvent pas encore que je vaux mieux que lui.

    La sévérité de mon jugement ne fait peut-être que cacher ma propre insécurité et ma peur d’être jugé.

     

     

     

    Mais quel est le Mystère de Jésus ?

     

    Jésus ne "fonctionne pas" selon la psychologie comme nous.

    Jésus est un coeur brûlant d'Amour. Il n'est que

    AMOUR

    Nous pouvons le contempler dans sa rencontre avec

    la femme de Samarie.

    En ce temps les Samaritains et le Juifs ne se parlaient pas.

    Or Jésus va s'adresser à la femme Samaritaine pour 

    lui demander à boire.

    A partir de là, toute la vie de cette femme sera

    transformé.

    Quelle chance d'avoir un SAUVEUR qui ne veut que 

    nous soyons heureux, et ça GRATUITEMENT... sans rien 

    nous demander en echange.

     

     

     

    GOD BLESS YOU TO 

     

     

     

     

     

    Partager via Gmail Yahoo!

    3 commentaires
  •  

    Bonsoir mes amis. 

    Je ne suis pas venue avant car j'ai joué aux billes

    avec un petit copain de 7 ans.

    Je me rend  compte que décidement, je suis née pour

    rester enfant. Tout les complications me fatiguent.

    Je peux vous dire que faire les billes par terre, cela

    détent. J'apprend bien des choses avec mon petit ami

    Alex 7 ans. Lorsque un mot est compliqué il dit :

    pourquoi tu dis cela, je ne comprend pas !

    Puis je me dis que le coeur de Jésus et comme cela.

    SI VOUS NE DEVENEZ PAS COMME LES PETITS ENFANTS...

    Je crois que tous mes problèmes sont bien simples :

    lorsque je deviens "grande personne" c'est fichu pour moi.

    C'est une grande joie pour moi d'être "destiné à rester comme

    un petit enfant.

    Si l'on regarde dans les evangiles, on peut voir le coeur

    de Jésus. Il ne fait pas le Savant, il parle simplement.

    Il dit des choses importantes en racontant des comptes.

    LES PARABOLES

    Voila pour aujourd'hui mon partage. J'ai acheté un sac

    des billes de toud les couleurs. J'ai joué avec un enfant

    de 7 ans. Jésus garde son coeur dans cette simplicité.

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Mon chant préféré de Perret

     

     

    ALLEZ, RESTONS

     

    DES PETITS ENFANTS

     

    DANS LE COEUR

     

     

     

    Partager via Gmail Yahoo!

    1 commentaire
  •  

    Évangile de Jésus Christ selon saint Luc 12,39-48.

    A qui l'on a beaucoup donné, on demandera beaucoup ; à

    qui l'on a beaucoup confié, on réclamera davantage.

     

     

     

    Mes Amis, tous ceux qui me connaissent et ceux de

    la grande toile...

    Je reviens parmi vous aprés un grand temps de silence.

    Que l'on peut faire ou dire lorsque par la maladie

    on se sent bien incapable ?

    En tout cas, j'ai compris que l'on veut avoir la foi

    à tout prix...à la force des poignés. Et c'est seulement

    dans silence total de tout, que l'on peut que

    la recevoir.

    Aussi, parfois il faut se laisser tomber humblement,

    dans ce chemin de la perte de repères.

     

    Merci Marina de ta création si vraie

     

    A qui l'on a beaucoup donné, on demandera beaucoup ; à

    qui l'on a beaucoup confié, on réclamera davantage...

     

    Il ne faut pas se sentir tout puissant...juste ce que l'on est.

    J'ai devant ces paroles de Jésus comme une petite

    video...de ce que j'ai reçu dans ma vie. Puis ce que Dieu

    m'a donné la force de pouvoir faire. 

    La verité est bien l'humilité. Vivre simplement

    le moment present.

    Et en tout cas, ce que j'ai pu donner par Amour, il m'a été 

    redonné au 100/100 avec mes chers malades,

    les frères de la rue. J'ai été entouré que de sages.

     

    Recevons de Dieu sans accumuler et donnons sans

    compter.

     

    Je vous remercie de vos petits mots.

    N'hésitons pas à le faire car un mot peut donner la vie 

    ou le contraire.

    Le silence des amis fait du mal. Mais Dieu à ses plains

    et parfois le silence est le meilleur des compagnons.

     

     

     

     

     

     

     

    Olivier planté en Jordanie en simbole de la paix tant desiré

     

     

     

    Je suis bien unie à vous tous les malades.

    Courage ! le répit arrive bientôt.

     

     

     NE PERDONS PAS 

     

    LA PAIX 

     

                     COURAGE !

     

     

    Partager via Gmail Yahoo!

    1 commentaire
  • Bonjour mes Amis.

    Je vais bien maintenant. Seulement je suis assez prisse

    avec le rangement des papiers administratifs. 

    Je recommencerai le blog demain ou aprés demain.

    Bonne journée Mamie Lucette, Janine, Valy et toutes.

    nani

     

    Partager via Gmail Yahoo!

    4 commentaires
  •  

     

    Tenir l'âme entre ses mains...

    Ce n'est pas une possession mais un chemin d'humilité.

    On voit la dispersion de tout l'être comme la multitude

    des oiseaux dans le ciel. Puis, on les voit se rassembler.

    C'est un peu ce qui se passe dans l'âme. Elle est

    apelée à l'unité... corps et âme...et cependant, on doit

    arriver a accepter son l'humanité.

    Tenir l'âme entre ses mains, c'est accepter la pesanteur...

    Le combat peut devenir violent, car le corps n'accepte

    pas la souffrance, être quelque part mutilé.

    Aprés le combat, le corps bien fatigué, dans le silence,

    arrive a voir un peu clair son chemin. Il faut aussi

    se permettre de crier dans la souffrance. Se voir 

    pauvre. Revenir à soi pour se regarder...et repartir.

     

    Oiseaux! Vous êtes du ciel! Libérez-vous de vos cages, Levez la tête, dégagez votre face et dites où vous êtes maintenant.

     

    l'abandon...

     

     

     

     

    Le cris de la souffrance

     

     

     

     


    La nuit j’ai cherché celui que mon cœur aime. Je l’ai cherché, mais ne l’ai point trouvé ! Je me lèverai donc et parcourrai la ville. Dans les rues et sur les places, je chercherai celui que mon cœur aime… Je l’ai cherché mais ne l’ai point trouvé !
    Les gardes m’ont rencontrée, ceux qui font la ronde dans la ville : « avez-vous vu celui que mon cœur aime ? »
    A peine les avais-je dépassés, j’ai trouvé celui que mon cœur aime. Je l’ai saisi et ne le lâcherai pas…

    Cantique des cantiques 3,1…

     

    Ne valez-vous pas plus que les oiseaux du ciel ?

     

     

    GOD BLESS YOU

     

     

    Partager via Gmail Yahoo!

    6 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique