• Le secret de Louis et Zélie Martin pour traverser des épreuves

     

    Louis et Zélie Martin sont de précieux exemples pour les parents qui désirent répondre à leur vocation.

     

    Premier couple canonisé dans l’histoire de l’Église, Louis et Zélie Martin ont vécu l’aventure de la sainteté, témoigné de l’Évangile dans l’ordinaire du quotidien et connu des joies et des peines (quatre enfants morts en bas âge, le cancer du sein de la mère de famille suivi de son décès prématuré, des enfants orphelins, le veuvage du père puis sa démence…). Malgré un siècle qui les sépare des couples et des parents d’aujourd’hui, ils montrent encore la voie à suivre pour mettre Dieu au cœur de sa vie. Explication avec Hélène Mongin, la biographe des époux Martin et auteur de l’ouvrage Louis et Zélie Martin Les saints de l’ordinaire

     

    Comment pourriez-vous définir l’éducation donnée par Louis et Zélie Martin à leurs enfants ?

    Hélène Mongin : 

     Une éducation aimante, exigeante et spirituelle. Aimante : cela saute aux yeux quand on lit les lettres de Zélie où elle décrit son quotidien en famille. L’amour qu’ils ont pour leurs enfants, Louis et Zélie ne cessent de le leur dire et le leur montrer par mille moyens affectueux. Zélie tient beaucoup à offrir à ses filles ce qu’elle-même n’a pas eu dans son enfance : un climat de confiance et de tendresse. Quant à Louis, il faut relire le début d’Histoire d’une âme pour voir comme il est un père plein de bonté et d’attention.

     

    Résultat de recherche d'images pour "Histoire d'un âme"

     

    Leur but, Zélie l’a clairement décrit : « Élever [nos enfants] pour le Ciel ».

     

    Louis et Zélie ne sont pas pour autant des parents « copains », on les voit très souvent reprendre leurs filles avec fermeté. Car leur but, Zélie l’a clairement décrit : « Élever [nos enfants] pour le Ciel ». Leur priorité n’est pas que leurs filles « réussissent », ou soient parfaitement équilibrées ; leur priorité est de les lancer sur le chemin de la sainteté.

     

    Résultat de recherche d'images pour "Photos de la famille Martin de thérèse de Lisieux"

     

    Louis et Zélie Martin donnent l’impression d’être un couple moderne :

    Elle, femme active et mère en même temps, lui, très soucieux de l’éducation de ses filles… Ils sont à rebours de l’image d’Épinal que l’on se fait parfois de la famille catholique.

     

    En effet, le chef d’entreprise de la maison, c’est Zélie, tandis que Louis a quitté son propre métier pour travailler pour sa femme. Allez demander cela à votre mari, tout moderne soit-il… À dire vrai, ils sont moins « modernes » ou « de leur temps » que prophétiques. On a aussi pu croire que leur famille était un pseudo-monastère, poussant les filles vers la vie religieuse. Les parents de famille nombreuse qui nous lisent sauront bien que cinq enfants ne donnent guère une ambiance monastique à une maison… Par ailleurs, Louis et Zélie, malgré leur haute idée de la vie consacrée, n’ont jamais poussé leurs filles dans cette voie. Pour découvrir cette famille dans toute sa complexité et sa beauté, j’encourage vivement à la lecture de la Correspondance familiale.

     

     

    Résultat de recherche d'images pour "Photos de Léonie Martin"

     

    Léonie Martin "Tout ou Rien"

     

    Léonie leur a causé beaucoup de soucis et d’inquiétudes. Les Martin ne sont pas une famille parfaite, exempte de problèmes…
    Louis et Zélie ne sont pas des parents parfaits. Ils ont chacun leur fille préférée, et la savoureuse lettre de Zélie, qui a fait de Pauline adolescente sa confidente, où elle lui explique comment « manipuler » son père, en décomplexera plus d’une ! Ils ont aussi parfois, comme tous les parents, des attitudes ou des mots malheureux. Saint ne signifie pas parfait, et l’exemple de Léonie est éloquent : elle les confronte pendant des années à leurs limites en tant que parents.

     

    Depuis sa naissance, Léonie est en mauvaise santé, et plus limitée intellectuellement que les autres filles ; elle s’isole et développe un caractère très difficile. L’employée de la maison, Louise Marais, va alors commencer à la maltraiter sans que Louis et Zélie ne s’en aperçoivent, ce qui explique pourquoi Léonie se ferme à leur moindre approche. Zélie dit que c’est une des plus grandes souffrances de sa vie. Louis et Zélie répondent par une double confiance. Confiance en leur enfant, tout d’abord, qu’ils ne vont pas enfermer dans un rôle de « vilain petit canard ». Chaque fois que Zélie évoque un méfait de Léonie (et ses lettres en sont remplies !), elle précise toujours : mais je sais qu’elle est bonne, je crois en son bon cœur. Confiance en Dieu surtout, que Louis et Zélie harcèlent de prière pour leur enfant. Et voyez le résultat : le procès de béatification de Léonie, qui touche les cœurs par ses difficultés même, s’est ouvert en 2015…

     

     

    Résultat de recherche d'images pour "Photos des enfants Martin de lisieux"

     

     

    Dans quelle mesure cette manière d’éduquer peut-elle être un exemple à suivre pour d’autres parents ?
    Dans la pratique, il n’y a pas de « recette Martin » d’éducation à appliquer. Il est frappant de voir comment Louis et Zélie vont donner une éducation différente à chacune de leurs filles, en fonction de sa personnalité. À Pauline, au caractère très affirmé, Zélie dit qu’elle ne passe jamais rien, même si ça lui fait mal au cœur. Pour Thérèse en revanche, enfant très sensible qui pleure à la moindre occasion, puis pleure d’avoir pleuré (!), Louis n’est que douceur et encouragement.

     

     

     

    Résultat de recherche d'images pour "Photos des enfants Martin de lisieux"

    Les touchantes lettres d’amour de Louis et Zélie Martin

     

     

    Louis et Zélie Martin se sont mariés par amour le 12 juillet 1858, trois mois après leur rencontre. Seules quelques unes de leurs lettres nous sont parvenues, mais elles révèlent une fine connaissance l'un de l'autre, une complicité tendre et un amour profond, inaltérable.

     

    Ils s’aiment « pour la vie », écrit Louis. « Plus que ma vie » abonde Zélie. Mots brûlants, à chaque missive renouvelés. Pas de formule toute faite : « Je t’embrasse de tout mon cœur » (Zélie, mai 1869), « Je t’embrasse comme je t’aime » (Zélie) août 1873, « Je ne me plais qu’avec toi, mon cher Louis » (24 décembre 1876). L’affection réciproque inspire aux saints époux Martin des formules personnelles et touchantes, révélatrices d’un vrai mariage d’amour. « Seulement quatre lettres nous sont parvenues, explique Hélène Mongin, leur biographe, auteur de Louis et Zélie Martin, les saints de l’ordinaire . Certaines ont été perdues, mais il ne devait pas y en avoir beaucoup car Louis et Zélie ont été très peu séparés pendant leur dix-neuf années de mariage. De plus, à l’inverse de sa femme, Louis n’aimait pas écrire. »

     

    Un amour conjugal vrai et profond

     

    La lettre la plus significative est celle de Zélie, datée du 31 août 1873. Elle séjourne avec ses enfants chez son frère chéri, Isidore Guérin, à Lisieux. Arrivée la veille, elle prend la plume dès le lendemain pour exprimer à Louis combien sa présence lui manque :

    « Je suis absolument comme les poissons que tu tires hors de l’eau ; ils ne sont plus dans leur élément, il faut qu’ils périssent ! (…) Je me sens mal à l’aise, je ne suis point dans mon assiette, ce qui influe sur le physique et j’en suis presque malade. Cependant, je me raisonne et je tâche de prendre le dessus ; je te suis en esprit toute la journée ; je me dis : « il fait telle chose en ce moment ». Il me tarde d’être près de toi, mon cher Louis ; je t’aime de tout mon cœur, et je sens encore redoubler mon affection par la privation que j’éprouve de ta présence ; il me serait absolument impossible de vivre éloignée de toi. » Pour Hélène Mongin, « cette lettre est la plus révélatrice. C’est une déclaration d’amour extraordinaire. On pourrait croire qu’elle émane d’un jeune couple, or ils sont mariés depuis quinze ans !

     

     

    Le secret de Louis et Zélie Martin pour traverser des épreuves difficiles

     

     

    Dans la situation inédite que vit le monde actuellement, il est normal de se sentir stressé, déboussolé ou dépassé par les événements. Une vraie souffrance peut se développer. Mais quel sens peut prendre cette immense détresse ? Et comment y faire face ? Réponse avec saints Louis et Zélie Martin.

     

     

    SAINT THERESE OF LISIEUX

    Les Buissonnets, la maison d'enfance de Thérèse. Elle y passera onze ans de sa vie jusqu’à son entrée au Carmel.

     

     

    SAINT THERESE OF LISIEUX

    jardin à l'arrière des Buissonnets.

     

     

    SAINT THERESE OF LISIEUX

    Voici la chambre où Thérèse fut guérie par le sourire de la Vierge, le dimanche 13 mai 1883.

     

     

    SAINT THERESE OF LISIEUX

    La croix avec laquelle la petite Thérèse a prié pour la conversion des pécheurs.

     

     

    SAINT THERESE OF LISIEUX

    Un livre sur la petite Thérèse qui a miraculeusement arrêté la balle sur la poitrine d'un soldat de la Seconde Guerre mondiale.

     

     

    SAINT THERESE OF LISIEUX

     

    La statue du jardin des Buissonnets. Elle évoque le jour de Pentecôte 1887 où Thérèse demanda à son père la permission d’entrer au Carmel à 15 ans (entrée le 9 avril 1888 à l'âge de 15 ans)

     

     

    ___________________________________________________________

     

    Quoi ajuter à cette histoire avec une si mauvaise plume que la mienne ?Notre époque a besoin des exemples, des leviers solides. La famille Martin fait partie de la petite bourgeoisie aisée d'Alençon, d'autant que le mari a fait d'excellents placements. Mais leur façons de vivre est dirigé vers une vie simple de famille. Leur but, Zélie l’a clairement décrit : « Élever [nos enfants] pour le Ciel ». Beaucoup élèverons la tête en disant que cela est désuet. 

    Je vous offre ce petit travail de recherche qui peut intéresser à des familles. 

    N'avons pas déjà l'exemple de la Famille de Nazareth avec Marie, Joseph et Jésus ? Si je vois que les commentaires du Web s'intéresse je tâcherai de faire connaître d'avantage avec ce qui furent les enfants Martin.

     

     

     

    « Attention au Judas qui peut se cacher en nous« The Voice » : une chanson sur l’avortement bouleverse Vianney »
    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks Pin It

    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    8
    Samedi 20 Février à 10:51

    Bonjour Nani merci pour ton beau témoignage de l'amour des parents de ste thérèse de lisieux! j'ai lu moi-même l'histoire de ste Thérèse livre donné par mon amie de Dax! je suis contente car cette aprèm vers 16 h je vais à la messe accompagnée par ma nièce chérie et adorée! Je l'aime comme ma fille mais je suis sa tante! elle a perdu sa maman ma soeur suite à greffe de reins en 2002! ma soeur avait alors 45 ans et ma nièce 22 ans!

    Tu sais que je suis une fan de ste Thérèse? je suis née dans une clinique qui s'appelle "ste Thérèse" à Sarlat! cette maison a été une maison de naissance dans les années 90 avant que la sage-femme qui m'a donné la vie, ne disparaisse! elle s'appelait Mme de Béarn! je ne l'ai jamais connue! moi j'ai accouché à la maternité de Sarlat! bises

      • Samedi 20 Février à 15:00

        Et bien si tu Aimes la pte Thérèse elle t'Aime aussi 

        et elle est fidèle dans l'amitié

    7
    Samedi 20 Février à 10:35

    Il  est   clair    que   le  rôle    de  parents    est   de  bien   élever  leurs   enfants, l'  éducation     fait   l'  adulte.

    Selon    la   famille   où  on   vient    au   monde,    on  est   athée,   musulman,   bouddhiste   ou   chrétien,   l'  important   aux     yeux   de  Dieu  est  d'être  honnête.

     Les   projets   du   seigneurs    sont   impénétrables,     et   on   sait    que    s'il   le  décide,  il  peut    se  manifester   à   tout    instant

      • Samedi 20 Février à 15:03

        Suis d'accord avec toi !

        J'ai été baptisé 5 mois après ma naissance mais j'ai 

        choisi à 20 ans et suis resté dans le catholicisme.

        Je me posais des questions par apport à la séparation des église

        mais une soeur protestante m'a dit que un jour on serait tous unis.

        L'important c'est le coeur et l'Amour

         

    6
    Vendredi 19 Février à 23:47

    Un couple magnifique, oui... Impliqué dans la vie de ses enfants, aimant et moderne, oh ça oui!

    Il y a heureusement à chaque époque des couples formidables de cet acabit, il y en a d'autres qui ne sont pas, hélas, mais des couples composés ainsi donnent de l'Espoir...

    Des gens qui savaient ouvrir leurs yeux et être des parents justes et aimants, leurs enfants ont baigné dans cet amour et la petite Thérèse l'a porté, ses yeux le disent sur les photos...

    Amour, Acuité, Intelligence...

    C'est un très bel article, j'espère qu'il sera lu car il a une profondeur des plus ardentes!

    Gros bisous Nani et pensées d'amitié avec pour Titi, une envolée de caresses et de facéties félines mais sans avoir besoin de faire le ménage, sourires!

    Cendrine

      • Samedi 20 Février à 15:05

        Merci Cendrine de l'avoir lu et ton fervent Titi me fait

        tourner en bourrique depuis ce matin.

        J'ai fait un ménage de tonnerre et je l'ai sorti il m'a demandé de jouer en rentrant j'ai pris mon repas  à 14h30 et là j'espère qu'il va dormir ...il est terrible son activité !

    5
    Vendredi 19 Février à 17:44

    Bonsoir nani! Le gars de l'informatique vient juste de repartir! il m'a pris 59 € mais au moins ça marche! enfin je pense! je suis bien soulagée! j'ai fait appel à une société d'informatique! le gars qui m'avait tout défait je ne l'appellerai plus c'est un con! je suis en colère contre lui! j'ai dû prendre un xanax pour me calmer! bises

      • Samedi 20 Février à 15:06

        Il voulait sans doute profiter ... Tu devrais écrire à cette societé pour leur dire ton ressenti 

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :