• Scrutez l’Évangile et fixez votre regard sur le Christ. Mgr Sarah

     

    Attention cet article est long car je laisse la parole au Cardinal Sarah

     

    « Je suis entre les mains de Dieu. Le seul rocher est le Christ.  

     

    Le pape François a accepté la renonciation du cardinal Robert Sarah, préfet de la Congrégation pour le culte divin et la discipline des sacrements, ce samedi 20 février.

     

    Né en 1945 dans le nord de la Guinée dans une famille très modeste d’agriculteurs non-croyants, il a découvert sa vocation au contact des pères spiritains qui officiait dans une mission près de chez lui. Il est devenu à 34 ans, en 1979, le plus jeune évêque au monde. Robert Sarah s’oppose pendant ces années à de nombreuses reprises au régime, et reste en poste à Conakry jusqu’en 2001.

     

    ___________________________________

     

    Ce qui est tragique, c’est la division à l’intérieur de l’Eglise. Une division qui se manifeste surtout sur le plan doctrinal, moral et disciplinaire. Chacun dit et pense désormais ce qu’il veut. Comment ne pas s’inquiéter en constatant que l’Eglise ne semble plus avoir de doctrine ni d’enseignement moral clairs?

    2) L’Eglise n’appartient pas aux pseudos réformateurs. Je ne peux changer ce que je n’ai pas édifié moi-même et qui, par conséquent, ne m’appartient pas. Personne ne peut changer l’Eglise de Jésus.

    Cardinal Sarah lors d'un Dans un entretien avec I.MEDIA

     

    _____________________________

     

     

     

     

    Cardinal Sarah : “Cette épidémie disperse la fumée de l’illusion”

    Alors que le monde entier est percuté par le coronavirus, le cardinal Robert Sarah, confiné au Vatican, analyse les ressorts de cette crise absolument inédite. Première partie.

    Valeurs actuelles. Que vous inspire la crise du coronavirus ?

     

    Cardinal Robert Sarah.

    Ce virus a agit comme un révélateur. En quelques semaines, la grande illusion d'un monde matérialiste qui se croyait tout-puissant semble s'être effondrée. Il y a quelques jours, les politiciens nous parlaient de croissance, de retraites, de réduction du chômage. Ils étaient sûrs d'eux. Et voilà qu'un virus, un virus microscopique, a mis à genoux ce monde qui se regardait, qui se contemplait lui-même, ivre d'autosatisfaction parce qu'il se croyait invulnérable.
    La crise actuelle est une parabole. Elle révèle combien tout ce en quoi on nous invitait à croire était inconsistant, fragile et vide. On nous disait : vous pourrez consommer sans limites ! Mais l'économie s'est effondrée et les Bourses dévissent. Les faillites sont partout. On nous promettait de repousser toujours plus loin les limites de la nature humaine par une science triomphante. On nous parlait de PMA, de GPA, de transhumanisme, d'humanité augmentée. On nous vantait un homme de synthèse et une humanité que les biotechnologies rendraient invincible et immortelle. Mais nous voilà affolés, confinés par un virus dont on ne sait presque rien. L'“épidémie” était un mot dépassé, médiéval. Il est soudain devenu notre quotidien.
    Je crois que cette épidémie a dispersé la fumée de l'illusion. L'homme soi-disant tout-puissant apparaît dans sa réalité crue. Le voilà nu. Sa faiblesse et sa vulnérabilité sont criantes. Le fait d'être confinés à la maison nous permettra, je l'espère, de nous tourner de nouveau vers les choses essentielles, de redécouvrir l'importance de nos rapports avec Dieu, et donc la centralité de la prière dans l'existence humaine. Et, dans la conscience de notre fragilité, de nous confier à Dieu et à sa miséricorde paternelle.

     

    Est-ce une crise de civilisation ?

    J'ai souvent répété, en particulier dans mon dernier livre, Le soir approche et déjà le jour baisse, que la grande erreur de l'homme moderne était de refuser de dépendre. Le moderne se veut radicalement indépendant. Il ne veut pas dépendre des lois de la nature. Il refuse de se faire dépendant des autres en s'engageant par des liens définitifs comme le mariage. Il considère comme humiliant de dépendre de Dieu. Il s'imagine ne rien devoir à personne. Refuser de s'inscrire dans un réseau de dépendance, d'héritage et de filiation nous condamne à entrer nus dans la jungle de la concurrence d'une économie laissée à elle-même.
    Mais tout cela n'est qu'illusion. L'expérience du confinement a permis à beaucoup de redécouvrir que nous dépendons réellement et concrètement les uns des autres. Quand tout s'effondre, seuls demeurent les liens du mariage, de la famille, de l'amitié. Nous avons redécouvert que, membres d'une nation, nous sommes liés par des liens invisibles mais réels. Nous avons surtout redécouvert que nous dépendons de Dieu.

     

    Parleriez-vous de crise spirituelle ?

    Avez-vous remarqué la vague de silence qui a déferlé sur l'Europe ? Brusquement, en quelques heures, même nos villes bruyantes se sont apaisées. Nos rues souvent grouillantes de monde et de machines sont aujourd'hui désertes, silencieuses. Beaucoup se sont retrouvés seuls, en silence, dans des appartements qui sont devenus comme autant d'ermitages ou de cellules monacales.
    Quel paradoxe ! Il aura fallu un virus pour que nous nous taisions. Et tout d'un coup nous avons pris conscience que notre vie était fragile. Nous avons réalisé que la mort n'était pas loin. Nos yeux se sont ouverts. Ce qui nous préoccupait : nos économies, nos vacances, les polémiques médiatiques, tout cela nous est apparu secondaire et vain. La question de la vie éternelle ne peut manquer de se poser quand on nous annonce tous les jours un grand nombre de contagions et de décès. Certains paniquent. Ils ont peur. D'autres refusent de voir l'évidence. Ils se disent : c'est un mauvais moment à passer. Tout recommencera comme avant.

     

    Le temps est fini des fausses pudeurs et des hésitations pusillanimes.

    Il est temps d’oser ces mots de foi. Le temps est fini des fausses pudeurs et des hésitations pusillanimes. Le monde attend de l’Église une parole forte, la seule parole qui donne l’Espérance et la confiance, la parole de la foi en Dieu, la parole que Jésus nous a confiée.

     

     

    ___________________________________________________________

     

     

    Que puis-je ajuter devant un Cardinal ? 

    Juste le sentiment d'une croyante. On perd le sens du sacrée dans notre église. Sous prétexte de modernisme on oublie le divin. Se remettre entre les mains de Dieu. Vouloir à tout prix que l'église ou que Dieu se plie aux idées du monde. Déjà entre chrétiens on a des antagonismes… Tu es pour et pas pour. Mais le Christ nous a bien dit que seul Lui est le vrai CHEMIN, L'UNIQUE VERITE et LA VIE. 

    On veut mettre des condiments dans les plats traditionnels de la famille …

    Et lorsque on veut librement se mettre à genoux, on est taxés de traditionalistes !  

    Que cela soit clair pour ceux qui dans le web me liront …

    Je me trouve très proche de la pensé de Benoît XVI car elle ne romps pas en moi le lien que j'avait depuis mon enfance avec l'église. 

    Je l'ai abandonnée à TORS et c'est mon péché… durant trois ans j'ai vécu un grand combat sans que cela touche ma foi dans le Christ et son évangile.

    Je préparait un homme de 72 ans à son baptême selon son désir. Je faisait partie des catéchistes. Or après des mois d'écoute et dialogue...j'était en train de le partager, de le préparer à connaître un peu qui était la personne du Christ dont il ignorait TOUT.

    Et tout d'un coup le curé m'annonce que dimanche il allait lui donner la communion. Ce prêtre ne connaissait pas ce que je savais … le chemin de cet homme qui avait besoin de plus de temps. Et il se permettait de sauter le Rubicon car il le décidait 

    Mais mon père, il ne sait pas qui est la personne de Jésus encore !

    -J'ai décidé comme cela et voilà

    Pour moi le problème n'était pas le fait de faire sa première communion. Mais ce MANQUE où il fallait que le pauvre Monsieur sache QUI EST CELUI QU'IL VA RECEVOIR 

    J'ai démissionnée des deux charges sans dire rien … personne n'a jamais su pourquoi je l'ai fait. Et un an après il quittait la paroisse ! 

    Cela m'a fait un mal terrible, puis je me suis dit que Dieu réglerait son affaire puisque c'était à lui. 

    J'obéis au Pape François et l'estime puisque il est élu et qu'il mène la barque de l'Eglise; parfois j'ai du mal. Voilà et je demande d'avance des excuses car sans aucun doute je m'exprime MAL.

    Le Christ est UN, L'Evangile est : SON EVANGILE 

    " DONNER A CESAR CE QUI EST A CESAR ET A DIEU CE QUI EST A DIEU" Et comme le souligne le Cardinal Sarah, on ne doit pas quitter le navire à cause des divisions ou des actes irrépressibles de certains cardinaux et des certains prêtres. COMBIEN DES AUTRES Cardinaux et prêtres et consacrées et Chrétiens restent fidèles à la foi dans le Christ car il s'agit que de cela… Faire un avec le Christ et vivre son évangile. 

    Ne jugeons pas pour ne pas être jugés 

      

     

    Résultat de recherche d'images pour "Ne jugeons pas"

     

     

     

     

    Scrutez l’Évangile et fixez votre regard sur le Christ. Mgr Sarah

     

    « « The Voice » : une chanson sur l’avortement bouleverse VianneyA chaque jour sa peine »
    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks Pin It

    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    15
    Lundi 22 Février à 03:07

    La pensée de ce Cardinal, j'en partage de très nombreux aspects et franchement, je comprends qu'il ait eu besoin d'écrire une autre page de vie...

    Cela ne lui enlève pas sa foi, sa croyance en ce qui l'habitait quand il est venu en religion...

    C'était passionnant à lire, merci de l'avoir partagé Nani et merci d'avoir exprimé ta pensée avec la sincérité qui est tienne...

    Pour moi, le coronavirus est un temps d'initiation... Beaucoup d'êtres humains se sont crus supérieurs à tout, et notamment des scientifiques qui ont cru pouvoir tout contrôler, maîtriser, référencer...

    Or, il y a en nous tous et en la Vie, par Nature, de la subtilité, des choses non quantifiables,

    C'est ce que j'ai expérimenté dans le Paganisme, dans ma chair et mon esprit, dans mon âme à travers le chant des Esprits de la Nature... On ne peut pas tout contrôler, tout maîtriser, tout vouloir plier suivant sa volonté... Il y a des temps pour s'interroger, faire un travail sur soi et à travers soi...

    Il y a "ce qui fut"..."et qui sera"... à travers ce qu'on appelle le Wyrd... la toile du Destin...La barque lunaire de la déesse Arianrhod...  La toile n'est pas écrite totalement, elle s'écrit au fil de nos apprentissages,

    Elle nous offre le Libre Arbitre et nous rappelle que "Science sans Conscience n'est que ruine de l'âme"...

    Et que la part de Mystère qui palpite autour de nous est des plus importantes...

    Les Tisseuses d'autrefois le savaient, les Sorcières du coin de l'âtre transmettaient un Savoir qui s'enracinaient dans le coeur des gens puis ils faisaient leurs expériences, ils ne se prétendaient pas au-dessus de tout...

    J'ai beaucoup aimé les paroles de ce Cardinal et son honnêteté...

    Belle route à lui, sur les chemins qui le guideront en son âme et conscience...

    Gros bisous Nani et merci pour ce partage, caresses pour Titi surtout

    Cendrine

     

    14
    Dimanche 21 Février à 17:05

    il   est   clair   que    ce   virus    a remis   un peu   d'ordre    et    chercheurs,   épidémiologistes et   généticiens    ont   compris      qu'ils    étaient    loin   d'  être  performant !

     Pareil    pour    tous   les   économistes !

    Je   pense   aussi   à  ce    qui   est  qualifié    à raison     comme    exploit,   avec   cet  engin    sur  Mars,    mais   on   devrait   se  dire   que  ce   n'  est     rien    par  rapport   à   l'immensité   de   l' espace.

    J' ai regretté    qu'on    ne   garde   pas   la   messe   en  latin,    qui    permettait   aux  chrétiens    du   monde  entier  d' être   unis    dans   la  même   prière !

     Bon   dimanche   à  toi

     Bisous

      • Dimanche 21 Février à 17:16

        Et oui, et ce Cardinal gênait pas mal Merci d'être passé !

    13
    Dimanche 21 Février à 10:22

    La peinture du jour

    Bonjour Ana,

    bel article sur le cardinal Sarah, ses paroles sont vraies,

    tout à été bouleversé par ce virus

    et tout est à remettre en question..

    Mais il nous reste une chose : la foi en Jésus,

    rien ne pourra nous l'enlever

    et cet isolement obligé nous rapproche encore de lui.

    Bonne journée, gros bisous,

    caresses à Titi qui 'est pas gentil avec toi..

      • Dimanche 21 Février à 16:47

        Très bon texte de Mgr Sarah

        Merci !

    12
    Dimanche 21 Février à 07:23

    bonjour chere nani en ce beau dimanche matin assez tot encore mais moi c est le matin que je suis a peu pres en forme si je puis dire ça , donc je fais ce que j aie a faire et apres je reste tranquille mais la vue ce temps je vais essayer d aller au parc pour m oxygener un peu car je ne sors pas beaucoup , n y eska non plus mais bon la laisse elle n aime pas du tout et faut la porter donc je prefere qu elle reste ici a la maison avec son papa 

     comment vas tu le mieux possible j espere surtout mais bon nous avons tous nos petits problemes je pense 

     je t embrasse

      • Dimanche 21 Février à 16:49

        Comment ?he Eska n'aime pas se promener en laisse ? 

        il aurait fallu prévoir la voiturette de Titi !

    11
    Samedi 20 Février à 21:15

    Bonsoir Nani,

    Ce soir, je fini mes visites chez toi en dernier. Il faut dire que tes articles sont assez long et que j'ai plaisir à y faire quelques commentaires. Et pour commencer, soit tranquille, je ne suis pas de ceux qui vont te taxer de traditionaliste quand tu te mets à genou. Tu t'es souvent agenouillée pour prier et apaiser mes douleurs sur mes deuils récents. Merci infiniment.

    J'ai lu attentivement le Cardinal Sarah. Un passage a retenu mon attention:( l'homme moderne) " Il considère comme humiliant de dépendre de Dieu. Il s'imagine ne rien devoir à personne". Je ne sais pas si je fais partie des hommes modernes, je crois cependant que oui, mais je ne suis pas de ceux qui s'imaginent ne rien devoir à personne ! On m'a tellement donné ! Bien plus que je ne pourrais rendre. Y compris l'amour.

    Parleriez-vous de crise spirituelle ?

    Dernière phrase: Je suis de ceux qui pensent que c'est un mauvais moment à passer. Tour recommencera comme avant. Tout comme les anciennes graves épidémies comme la fièvre espagnole ou la peste et le choléra qui ont fait des millions de morts. Il faut dire qu'il n'y avait pas de vaccins comme, HEUREUSEMENT aujourd'hui.

    J'ai écouté avec plaisir Vianney puis l'heureuse histoire d'une famille recomposée. J'ai le même exemple dans ma famille. L'un de mes fils remarié, est resté en meilleurs termes avec son ex, comme on dit, et sa nouvelle compagne à de grands enfants qui s'entendent merveilleusement avec mes petits enfants.

    Aujourd'hui, me croyant au mois de Mai, j'ai fait ma première sortie: 25 km à faible allure. Dérisoire par rapport aux 475 millions de km franchis par perseverance pour atterrir sur Mars.

    Gros et tendres bisous. Hugues 

     

     

      • Dimanche 21 Février à 16:52

        C'est un texte long, je suis de ton avis mais comment 

        le couper sans couper le sens. Merci de l'avoir lu.

        Merci !

    10
    Samedi 20 Février à 18:52

    coucou Nani, merci pour ton post et pour ton com sur ma page! je te remercie! j'ai été à la messe avec ma nièce c'était un beau moment! j'ai aimé! Bises

      • Samedi 20 Février à 20:24

        Merci et prend soin de toi 

    9
    Samedi 20 Février à 18:42

    COUCOU  NANI ET TITI

    MERCI pour ces 2 beaux articles

    famille recomposée malheureusement  beaucoup trop d'actualité

    pour les petits, quand cela se passe bien , c'est super

    et merci aussi pour la parole du Cardinal Sarah

    je te souhaite un bon WE

    a bientot   bisous 

      • Samedi 20 Février à 20:26

        Oui, ce sont les petits qui vivent ces changements.

        Pas évident pour un enfant d'avoir deux lieux de vie ...

         

    8
    Samedi 20 Février à 17:56

    Bonjour Nina 

    très émouvant de cette petite Famille recomposer qui dit vrai ce n est pas facile mais si tous le Monde y met du sien ceci peu marché c est sur j ai vraiment apprécier que ce papa à fait une chanson de ceci et la Maman Violoniste excellent     car parfois Nina  que ce sois la Maman ou Papa qui n e sont pas les parents certains Enfants ils composent la Famille et Enfant et la plus par du temps tout fonctionne je peux t en parler  car 2tant seule avec mes Enfants ils ont trouver un Papa qui les à élever et Aimer comme si c était les siens en plus il n en à pas voulu que nous faisions un Enfant ceci lui  suffisait je te souhaite un excellent Week-End Bisous et à Titi profiter 
    DANNN

      • Samedi 20 Février à 20:27

        Merci Dannnnn de ton exemple.

        Il y a du beau !

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :