• SAINTE ANGELA DE LA CROIX

     

                                                          

    ÁNGELA DE LA CRUZ, (1846-1932)
    (María de los Ángeles Guerrero González)

     

     

    Angela de la Cruz Guerrero Gonzales est née à Séville le 30 janvier 1846. Elle dut très jeune abandonner l'école et travailler comme ouvrière dans une usine de chaussures.

    En 1871, par un acte privé, elle promis au Seigneur de vivre selon les principes évangéliques. Un jour, alors qu'elle était plongée dans la prière, elle vit une croix vide devant la croix du Christ crucifié et aspira dès lors à s'immoler avec Lui pour le salut des âmes. Cette expérience spirituelle éclaira l'horizon de sa vie et de la vie de l'Institut qu'elle devait fonder. Sur les conseils de son directeur, elle commença à écrire un journal spirituel dans lequel elle exposait en détail le style de vie de ses filles. 

    En 1875, elle fonda l'Institut des Soeurs de la Compagnie de la Croix, qui se distinguera en servant Dieu à travers les frères les plus pauvres. "Se faire pauvre avec le pauvre pour l'amener au Christ":  telle est la devise qui détermina toute sa vie et constitue le fondement de la spiritualité et de la mission de la Compagnie de la Croix. 

    Admirée de tous et appelée par la population la "mère des pauvres", elle méprisa toujours toute gloire humaine et rechercha l'humiliation la plus complète. 

    Elle mourut à Séville à l'âge de 86 ans, le 2 mars 1952. 

    Elle fut béatifiée à Séville par Jean-Paul II le 5 novembre 1982.

    Homélie du Pape Jean-Paul II

     

      

                


    Chers amis, je veux vous faire connaître una santa Espagnola. De Sevilla !
    J'ai connu les Soeurs de la Croix tres jeune. Ce qui m'a impresioné en les apercevant dans la rue c'est leur habit en bure épaise marron. Aussi le grand voile de la tête aux pieds. Mais qui sont ces personnes et pourquoi s'habiller ainsi alors que dans l'Andalucie les temperatures sont -pour nous plus que caniculaires-
    J'ai appris aprés, que l'habit correspondait à leur amour pour Saint François. Et le grand voile servait tout simplement à cacher ce qu'elles apportaient aux pauvres. Ces Soeurs s'occupent de plus pauvres, et font des  -velas- veillent la nuit les malades envoyés dans leur pauvre maison pour mourir. Et precisement c'et dans ces congregations, que les jeunes filles se sentent appeleés pour vivre tout simplement la vie de l'Evangile qui ne  changera jamais.   
     
     
                                                                                                                          
     
     
     
     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    « JEAN-LUC DELARUE REPOSE EN PAIXET VOUS AUSSI, VOUS VOULEZ AUSSI PARTIR ? »
    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks

  • Commentaires

    2
    Dimanche 26 Août 2012 à 14:02
    nanipeinture

    EHHHH OUI ! ENCORE UN ARTICLE COUPE; C'EST DEVENU PRESQUE MONAI COURRANTE; PAS GRAVE !      ATTENTION, JE SUIS ALLEE DANS LE FUTUR BLOG. POUR MOI C'EST N'IMPORTE QUOI. TOUT EN ENGAIS ET....tres moche ! pas contente nanipeinture aujourd'hui !!!

    1
    Dimanche 26 Août 2012 à 08:59

    Bonjour Ana, encore une fois, ton texte est coupé en deux , on ne peut pas le lire... Je vais dans un vide grenier à côté de chez moi avec une amie, bon dimanche, gros bisous

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :