• Monsieur Darmanin, écoutez Peppone

     

    Déjà !

    _______________________________________

     

     

    don camillo

    Le petit monde de Don Camillo, 1952.

     

    Cinquante ans après la mort de Fernandel, une petite leçon politique tirée de "Don Camillo". Le communiste Peppone sait qu’un catholique qui se tient debout n’est pas un séparatiste. Il est plus utile à la société qu’un courtisan qui rase les murs.

     

    Pour faire le portrait d’un bon curé, vous pouvez bien sûr demander aux papes. Les qualités sacerdotales de don Camillo n’ont échappé ni à Pie XII, qui pria Fernandel de venir le voir au Vatican, parce qu’il brûlait de rencontrer le « plus connu des prêtres de la chrétienté après le pape », ni à Benoît XVI qui confessa un jour connaître tous les épisodes presque par cœur, ni à François qui donna en modèle celui qui savait souffrir et rire avec ses paroissiens. 

     

     

    Le curé enragé

    Un vrai, pas avoir avec cet article ...Le curé enragé sur YouTube

     

    Un curé dangereux pour l’ordre social !

    Pour faire le portrait d’un bon curé, pour ne pas être soupçonné de parti-pris clérical, vous pouvez aussi demander à un maire communiste. Les adversaires honnêtes sont parfois plus lucides que les partisans trop enthousiastes. C’est une des scènes les plus réussies de la série. Elle est tirée du premier volet, le Petit Monde de don Camillo, le plus grand succès de Fernandel avec près de 13 millions d’entrées (loin devant la Vache et le Prisonnier).

     

     

     

    Pepone 

    Peppone s’est fait accompagner de son conseil municipal et, devant l’évêque qui porte barrette, il a ôté son chapeau. Il ne confond pas laïcité et mépris des traditions. Sa requête, jugeront certains, est fort actuelle : il vient se plaindre d’un curé dangereux pour l’ordre social. Il est vrai que ce prêtre pas comme les autres a renversé une lourde table et a distribué les coups de poing avec une grande générosité. Don Camillo, séparatiste ? « Il en a écrasé quinze. Quinze ! » C’est pourquoi Peppone, tout en reconnaissant que les victimes des coups l’avaient un peu cherché, dresse un portrait du curé idéal qui est d’abord en défaveur de don Camillo :

    « Vous admettrez, Monseigneur, que le village ne peut pas accepter ça : un prêtre qui se met à faire le rouleau compresseur. »

     

     

    L'artiste david - don camillo et peppone

     

    Le maire communiste veut une Église forte

     

    Règlement de compte idéologique ? Pétition pour obtenir la tête de cette menace contre la République ? Non, c’est tout le contraire. À l’évêque qui propose, peut-être avec un brin de malice, un nouveau curé plus doux qui ne fera de mal à personne, Peppone oppose une fin de non-recevoir : « Cette demi-portion ? Monseigneur, mais ce petit curetin, si je lui donne une gifle, je l’envoie à vingt mètres, tandis que si je donne une gifle à don Camillo, il bouge pas d’un centimètre. » Forte leçon de Peppone :

    l’anticlérical lui-même, quand il n’a pas la bêtise de l’autoritarisme ou de la mauvaise foi, réclame un curé viril. Il veut une Église forte, conscient de ce qu’il lui doit, y compris quand il l’affronte. 

    Le bref échange qui suit, entre le maire et l’évêque, révèle même que Peppone est capable d’arguments fort catholiques :

    « Vous ne jugez pourtant pas la valeur d’un prêtre au mètre et au poids ! Non, Monseigneur, nous ne sommes pas des sauvages, mais le fait est que l’œil veut aussi sa part. » 

    Sous des allures anodines, voilà un trésor théologique. « L’œil veut aussi sa part » : magistral critère de Peppone, qui semble soudain donner une leçon d’incarnation à l’évêque ! Les sens ne sont pas étrangers à la foi. Seul un spiritualiste désincarné ignore les apparences sensibles et imagine une Église sans tableau ni statue. 

     

     

    Don Camillo und Peppone (1951) | Verena mag alte Filme

     

    D’homme à homme

    Telle est donc la raison pour laquelle Peppone refuse de voir don Camillo quitter le village. Il tient à un adversaire à la fois bien incarné et sûr de lui, à qui on peut parler d’homme à homme. Il veut un prêtre qui porte la soutane sans coquetterie, mais sans honte, non comme une robe de bal, mais comme une tenue de service : « Ce que nous voulions dire, ce n’est pas que vous nous enleviez don Camillo, mais seulement que vous lui fassiez comprendre qu’il doit rester à sa place, ne pas faire de politique et ne pas aplatir personne. » Y a-t-il matière à exégèse dans la double négation finale, qui, en toute rigueur grammaticale, signifierait que Camillo doit aplatir quelqu’un ? Y voir un lapsus révélateur de la pensée cachée de Peppone serait amusant, mais on peut se contenter du contenu manifeste : il n’est pas bon qu’un curé fasse le coup de poing en pleine rue. Pour ce qui est « de ne pas faire de politique », il faudrait évidemment distinguer l’engagement militant dans un parti et le service du bien commun, ce que Peppone ne contesterait peut-être pas. 

     

     

    Le carillon de Douai sonne les cloches à Marseille

    Lucidité politique

     

    Ce qui est sûr, c’est que le maire communiste témoigne ici d’une lucidité politique qui manque à bien des députés qui se penchent sur le « séparatisme ». Peppone sait qu’un catholique qui se tient debout est mille fois plus utile à une société qu’un courtisan avachi. Il veut que don Camillo soit curé, seulement curé certes, mais pleinement curé. Il se peut que ce soit là le meilleur service à rendre à l’ordre social, quand il n’est pas caricaturé en exigence de soumission à un petit chef, plus proche de Joe Dalton que de Napoléon. Bernanos l’écrivait avec une belle acuité dans sa Lettre aux Anglais : « En déplorant que le monde n’ait plus son compte d’indociles, je ne trahis nullement la cause de l’ordre. Aucun chef digne de ce nom n’a jamais souhaité diriger un peuple de subalternes ; ce sont là des rêveries de pions ou de dévotes, on ne s’appuie que sur ce qui résiste. »

     

     

    LE PETIT MONDE DE DON CAMILLO - FERNANDEL BOX OFFICE 1952 - BOX OFFICE STORY

     

     

     

    Peppone veut un curé qui résiste à sa gifle, y voyant un appui plus encore qu’un ennemi. Aucun doute, un ministre de l’Intérieur peut gagner à écouter les leçons de politique des maires de petits villages, aussi bien que les conseils d’un écrivain que sa plume ne détourna jamais des combats vitaux de son temps.

     

     

    Découvrez la cathédrale Sainte Réparate de Nice

     CATHÉDRALE SAINTE RÉPARATE DE NICE

     

     Un sacristain dévoué, une Brésilienne « solaire » et une paroissienne : les trois victimes de l’attentat de Nice

     

    Monsieur Darmanin, écoutez Peppone. Il sait, lui, distingue

    r un curé d’un djihadiste et un indocile d’un « séparatiste ». Sans doute est-ce parce qu’il est un chef digne de ce nom. Écoutez Peppone et les catholiques distingueront à leur tour les projets de loi du gouvernement et les « rêveries de pions ou de dévotes » de la laïcité républicaine. 

     

    Image

     

     

     

    Gérald DARMANIN 
     
    En ce 26 juillet, je salue la mémoire du père Hamel, dont la générosité et l’humanité sont un exemple pour nous tous. Je salue toute l’Eglise de France, qui le suit sur le chemin de l’espérance. La France n’est jamais aussi forte que quand elle est unie.
     

     

     

     

    Monsieur Darmanin, écoutez Peppone

     

     

     

    « Sauver l'amour humain de la dérive tragique dans laquelle il est tombéOn veut être libre ! -chanson de Mireille Matthieu »
    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks Pin It

    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    14
    Vendredi 26 Février à 10:38

    La photo du jour

    Bonjour Ana,

    Don Camillo est un bon exemple que notre ministre

    devrait regarder de près..

    L'église a le droit de rester comme elle est..

    Pas de changement....

    Les enfants n'ont pas de jardin,

    ils habitent un appartement au 1er étage d'une maison...

    Bonne journée en compagnie de Titi, gros bisous..

      • Vendredi 26 Février à 14:46

        Crois-tu que cela est leur préoccupation ?

        C'est affreux et on en parle pas trop ce ce problème.  

    13
    Vendredi 26 Février à 08:20

    La   saga   Don   Camillo  est   un   formidable  exemple   du   vivre  ensemble !

     Le    communisme      s'il     est    vu     comme   une   philosophie,    peut     parfaitement    s'entendre    avec  l'   église !

     Ce    sont   les   hommes    qui   dérivent,  comme   les   Staline,  Mao, Pol Pot,   mais   aussi    les   inquisiteurs   d' autrefois !

     Passe   une  bonne   journée

     Bisous

      • Vendredi 26 Février à 14:47

        Malgré touts les technologies et les etc … on voit le résultat

        mais les élections approchent ... 

         

    12
    Vendredi 26 Février à 03:05

    bonjour nani en esperant d=que titi et toi vous allez tres bien ou le mieux possible ce serait deja tres bien dans ces moments que nous vivons tous plus ou moins , 

     nous on ne bougent pas beaucoup de chez nous ou poura ller se promener un peu dans la nature ce que je ferais encore aujourd hui  s il fait beau , je prendrais l auto bien sur pour aller soit au parc ou au bord de l eau ailleurs ou il y a un peu de monde quand meme car de nos jours vaut mieux ne pas etre trop seule , meme a mon age , mais mon age ne me permet pas encore de me faire vacciner et pourtant je suis pour a cent pour cent pour enrayer ce maudit virus pour que vous les plus jeunes vous puissiez vivre sereinement votre vie car une vie ça passe tres vite 

     bon vendredi et bonne fin fevrier 

     amitiés

      • Vendredi 26 Février à 14:49

        Mais ma pauvre, il n'y a pas des dosses encore même

        pour les plus âgées ...juste confinement !

    11
    Vendredi 26 Février à 00:11

    Le duo Don Camillo et Peppone, c'est mon enfance!!! Que d'éclats de rire chez ma grand-mère, nous ne rations pas un film, on adorait!

    Fort intéressant ton article, vraiment bien vu et la devise finale est profondément vraie... "La France n’est jamais aussi forte que quand elle est unie."

    Pensées pour le père Hamel, oui

    Merci pour tes mots Nani et sache que je suis comme Titi et toi, toute de travers!!!

    Allez, ça ira mieux quand on se sera reposés...

    Gros bisous et plein de caresses pour Titi

    Cendrine

      • Vendredi 26 Février à 14:51

        Merci Cendrine ! et selon Ana Hidalgo on va vers les

        confinement pour Paris et Val de Marne sans doute ..

        Le moral dans les chaussette !

    10
    Jeudi 25 Février à 22:07

    Coucou ma Nani chérie,

    ah Peppone et don Camillo sont deux figures inoubliables. Il faut une église forte pour que Peppone se sente bien.

    Il veut que les choses soient à leur place.

    J'ai bien aimé ton article, car en plus j'adore ces personnages.

    Douce nuit, mon amie, gros bisous  à toi et gros câlins à Titi 

      • Vendredi 26 Février à 14:57

        Ce monde de Pepone et Dom Camillo qui ont existé sans doute 

        à l'image de ses personnages 

    9
    Jeudi 25 Février à 21:06

    Bonsoir Nani,

    Comme tu dis nous sommes un peu tous fatigués. Je dirai lassitude. Même pour quelques km et malgré un Soleil généreux, j'ai préféré le lit au vélo. J'espère que ça ira mieux demain. En attendant, ça m'a fait du bien d'écouter l'Ave Maria puis Coluche toujours d'actualité. Pour les Don Camillo je les tous vus, et plusieurs fois. En se moment Orange les repasse tous, et comme je suis abonné je crois que je ne vais pas résister à en revoir quelques'uns. Mais pas ce soir. En rendant l'appareil samedi matin, elle verra si les cachets qu'elle m'a prescrit on fait baisser ma tension. Comme tu le sais, c'est le 18 que je serai vacciner. En attendant je fais beaucoup attention. Dans l'état de faiblesse où je suis, plus les 88 ans, le virus est un vrai danger pour ma vie. Aussi, de moi même je suis en quelque sorte confiné. Mais comme on dit: Et hop ! on s'en sortira !

    Doux bisous. Caresses à ton cher Titi

     

      • Vendredi 26 Février à 14:59

        Oui, il faut croire très fort que l'on va s'en sortir mais 

        depuis un an la fatigue et lassitude nous accompagnent.

        Disons CONFIANCE !

    8
    Jeudi 25 Février à 16:26

    coucou Nani merci pour ce bel exemple de curé et de politique! Et merci pour ton post sur ma page! je rentre à l'instant du CATTP où on a été marcher et de sarcler une rangée de fèves! il m'en reste deux!  merci beaucoup pour tes encouragements! je suis fatiguée mais je vais bien! ce soir ils vont sans doute faire sauter 'ici tout commence" pour faire parler le ministre et on l'aura demain on aura deux épisodes du coup! bises

      • Vendredi 26 Février à 15:00

        Et tout cela pour nous marteler les mêmes choses !

        Comme si on ne le savait pas depuis un ans ...déjà 

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :