• LES INTOUCHABLES DU TEMPS DE JESUS...et d'aujourd'hui

     

     

    LES INTOUCHABLES

     

     Comme il faisait route vers Jérusalem, Jésus traversait la Samarie et la Galilée.  À son entrée dans un village, dix lépreux vinrent à sa rencontre. Ils se tinrent à distance,  et ils élevèrent la voix pour dire: « Jésus, maître, aie pitié de nous! » a Jésus leur dit en les voyant: « Allez vous montrer aux prêtres. » Or, pendant qu'ils y allaient, ils furent purifiés. En voyant qu'il était guéri, l'un d'entre eux revint en rendant gloire à Dieu à pleine voix.  Et il se jeta le visage contre terre aux pieds de Jésus en le remerciant. Or, c'était un Samaritain! Jésus lui dit alors: « Est-ce que les dix n'ont pas été purifiés? Les neuf autres, où sont-ils?  Il ne s'est trouvé, pour revenir rendre gloire à Dieu, que cet étranger! » Jésus lui dit: « Relève-toi, va; ta foi t'a sauvé. »

    **************************

     

    Règles d'hygiène

     

    « Ne touche pas ça, c’est sale ! » Que de fois ne faut-il pas dire et redire cela à un enfant, avant qu’il ait acquis les réflexes de propreté élémentaires ! De même, une autre recommandation nous vient couramment à l’esprit : « Ne touche pas çà : tu vas le salir ». Donc, ne pas salir ou ne pas se salir, ce besoin de propreté relève de règles d’hygiène. Ou encore, de règles d’esthétique : est beau ce qui est propre. Et ce n’est pas seulement pour soi qu’on ressent ce besoin de propreté, c’est dans un souci d’être présentable, pour pouvoir entrer en relation avec les autres  : ce qui est sale est répugnant, par contre quelqu’un de propre est attirant.

     

    Autre aspect de la question : ce qui est sale peut être dangereux, donc il faut s’en protéger. Nous avons tous, plus ou moins, ce réflexe instinctif  en présence d’un malade, même quand il est propre extérieurement. On le sait bien, raisonnablement, toute maladie n’est pas contagieuse. Et pourtant ! Ne vous est-il pas arrivé d’éprouver une vague crainte en présence d’un malade que vous allez visiter. Il inquiète : que va-t-on lui dire, que va-t-on faire, jusqu’où aurons-nous à l’aider. Le malade est toujours pour les bien-portants comme un étranger. Sans dire un mot, il nous renvoie à nous-mêmes, en nous redisant notre propre fragilité.

     ************************

     C’est bien ce qui arrive tous les jours, un peu partout, dans le monde. Pas besoin de « faire un dessin » ni d’insister sur toutes les situations d’exclusion dont souffrent des millions d’hommes. Qu’y faire ? La Lettre aux Hébreux répond à notre question, d’une manière radicale et abrupte : « Pour aller à lui , sortons nous aussi hors du camp, en portant son humiliation ». Et, en parallèle, je lis les derniers mots de notre passage d’évangile : « Il était obligé d’éviter les lieux habités, mais de partout on venait à lui. » Je pense à la phrase de l’évangile : « Ils regarderont celui qu’ils ont transpercé » et à la parole de Jésus : « Une fois élevé de terre, j’attirerai à moi tous les hommes. » Élevé de terre, c’est à la fois la crucifixion et la résurrection, l’exclusion du lépreux et l’accès de l’homme à la vie divine.

     

    Le Lion et L'Agneau vivront ensemble

     

    Madame vos papiers...papiers....papiers . papiers

     

    ALLELUIA !

     

    Je ne sais pas le temps que j'ai passé dans un tel état

    de détresse. Mais en sortant par la grêce de Dieu, par les prières, par des gestes concrets qui ne seront pas vus que par Dieu.

    Cela m'a fait comprendre ce que le Samaritain

    a vécu...Des passants et des actes differents.

    Des mots differents.

    SVP il faut pas dire à celui qui endure une souffrance :

    allez, léve-toi vite, ne te morfons pas.

    J'ai compris ce qu'avant je ne croyais pas.

    Dans le blog, Si ! elle existe "le mot que je deteste"

    AMITIE VIRTUELLE, Et AMITIE TOUT COURT 

    Comme si nous pouvions de loin en voyant quelqu'un

    par terre, dire virtuellement allez, je vais t'aider et que cela se réalise.

    Cela m'a donné à réfléchir. En tout cas,

    Si l'un parmi vous avait besoin, quoi qu'il arrive,

    je serai là. C'est mon choix.

    MERCI A CHACUN !

     

     

     

    LES INTOUCHABLES DU TEMPS DE JESUS...et d'aujourd'hui

     

      

    GOD BLESS YOU

     

     

    LES INTOUCHABLES DU TEMPS DE JESUS...et d'aujourd'hui

    « JE VOUDRAIS ETRE UN OISEAUCONDAMNE A VIVRE DE L'AMOUR DU PERE DES CIEUX »
    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

    Tags Tags : , , ,
  • Commentaires

    4
    Jeudi 21 Novembre 2013 à 20:52

    Avec toute mon amitié Nani, 

    quelle profondeur dans ces beaux textes et ceux de tes amis !

    ...c'est vrai qu'il y a des choses qui sont révoltantes...à chaque instant, on peut chercher à y réagir au mieux...

    En tous les cas, la maladie, les épreuves ne changent en rien les qualités véritables d'une personne, simplement, quand tout va bien, beaucoup de choses sont faciles, quand ce n'est pas le cas le moindre geste coûte...mais Dieu voit, heureusement.

    A bientôt,

    bises

    3
    Jeudi 21 Novembre 2013 à 08:51
    2
    Jeudi 21 Novembre 2013 à 08:50

    Bonjour ma nani. Très beau texte sur la maladie qui parfois oui fait reculer un peu avant de revenir. Tolérance. Et puis en ce qui concerne la photo des sans papiers je sais c'est triste mon amie mais saist-tu que souvent le bébé est drogué pour pouvoir supporter et se taire. La misère est ignoble nani. et notre pays peut aussi en avoir assez des exactions de certains. Nous ne sommes pas dans un monde "bisousnours" ma douce. Je t'embrasse affectueusement. Prends bien soin de toi. Anne.

    1
    Jeudi 21 Novembre 2013 à 08:27

    Bonjour Ana, quel bel article sur la maladie et les conséquences qu'elle entraîne.. Tu as l'air d'aller mieux, j'en suis heureuse pour toi... Jésus t'a aidé... Continues dans ce sens... Pas de neige pour le moment mais du froid... Bon jeudi, gros bisous

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :