• Le Comédien Michael Lonsdale est décédé ce Lundi 21 Septembre

     

     

     Votreéf sainte prérée ?

    Thérèse de l’Enfant-Jésus et de la Sainte-Face. Ma mère a fui la religion catholique à cause de prêtres qui l’ont vouée à la damnation et à l’enfer. C’est pourquoi je me sens aussi proche de Thérèse : cette petite religieuse, morte à 24 ans, a renversé le jansénisme, le moralisme, et a remis l’Amour à sa place, c’est-à-dire la première ! Et dire que l’Histoire d’une âme est rédigée sans rature, alors que Thérèse ne s’est jamais relue…

     ( J'ai eu la joie de connaître Le comedian Michael Lonsdale lorsque les reliques de Sainte Thérère de l'enfant Jésus venaient à Paris. J'ai été marqué par son air simple et pacifique )

     

    LE COMÉDIEN MICHAEL LONSDALE EST DÉCÉDÉ CE LUNDI 21 SEPTEMBRE À SON DOMICILE PARISIEN À L’ÂGE DE 89 ANS, A APPRIS « L’OBS ».

     

    Signification de la flamme de la bougie : Allumez une bougie pour attirer ce que vous voulez | Esprit Spiritualité Métaphysiques

    C'est un visage qui disparaît, une voix qui s’éteint. Le comédien Michael Lonsdale est mort ce lundi 21 septembre à son domicile parisien à l’âge de 89 ans, a appris l'Obs auprès de sa compagne. Né à Paris en 1931, il a multiplié les rôles au théâtre et au cinéma, tournant entre autres avec Michel Deville, Gérard Oury, Jean-Pierre Mocky et François Truffaut. Les années 1970 marquent un tournant dans sa carrière avec deux grosses productions : le James Bond « Moonraker » et « Le nom de la rose » de Jean-Jacques Annaud.

    Une foi dont il ne s’est jamais caché

    Catholique engagé, Michael Lonsdale s’est converti à l’âge de 22 ans. Depuis, il n’a jamais refusé de parler de Dieu. « Je ne suis plus le même, la foi m’a « retourné ». J’ai été un chrétien un peu « tiède », qui vivait égoïstement. La foi m’a appris le pardon et à supprimer le jugement », expliquait-il au JDD en 2011. « La religion est devenue la part essentielle de ma vie. Mais elle est intimement liée aux deux autres composantes de mon existence, le cinéma et la peinture. L’expression artistique est un don de Dieu » Quelques années plus tard, en 2016, il confiait au Parisien « Dieu m’a sauvé du néant. Il m’a donné une raison de vivre ».

    Agnès Pinard Legry./ 21 septembre 2020

     

      LUC ARDIAN, JOURNALISTE, L’AVAIT RENCONTRÉ EN 2003. UN ÉCHANGE LUMINEUX.

    « Entrez », invite-t-il de cette voix tranquille, un brin nasillarde, qui n’appartient qu’à lui. Son appartement, ce matin-là, est un labyrinthe ténébreux. Lunettes d’écaille sur le nez retroussé, barbe plus sel que poivre, cheveux rejetés en arrière, Michael Lonsdale, 73 ans, slalome à petits pas entre des colonnes de livres et de manuscrits posés à terre. S’il ouvrait les fenêtres, on se laisserait baigner par cette lumière neuve qui fait scintiller le dôme d’or des Invalides, à portée de boulet. En fermant ses volets, Michael le pudique ne se protège ni de la neurasthénie ni des indiscrets, mais des giclées de sable dru projetées par des sapeurs emmitouflés qui ravalent la façade de l’immeuble parisien où il vit depuis cinquante ans.

     Sur une tablette, près d’une palette, des tubes de gouache autour d’une statuette de Notre-Dame de Lourdes. Dans la pénombre, des chaises au velours passé servent de chevalet à des toiles – ses toiles, qu’il baptise « mes paradis » – où s’épanouissent des fleurs naïves et colorées. On croit y voir assis les hôtes de sa vie, son oncle Marcel Arland, son amie Marguerite Duras ou son maître Samuel Beckett, Tania Balachova, son professeur d’art dramatique, ou le Père Régamey, ce dominicain artiste qui fut son père spirituel.

     

     

    - Quel est, pour vous, le comble de la misère ? Michael Lonsdale :

    Ne pas rencontrer Dieu. Ma Foi a connu plusieurs rebondissements. Je fus baptisé à l’âge de 22 ans ; j’étais croyant, mais la prière manquait à ma vie. Jusqu’aux jours de l’épreuve – des années 1984 à 87 – où je vécus une succession de deuils très douloureux. Je sombrai dans un désespoir profond. Du fond de mon abîme, j’ai crié vers le Seigneur : «Sauve-moi, je n’en peux plus !» Il m’a répondu aussitôt. Le lendemain, mon parrain montait à Paris et me tirait à l’église Saint-François-Xavier, toute proche. S’y tenait une assemblée de prière de la Communauté de l’Emmanuel. Ce fut une onction bienfaisante. Par la prière de ces frères et soeurs, la joie de la Foi me fut donnée. Je suis remonté à la surface comme un bouchon libéré de la vase. Depuis, ma vie est une Pentecôte, avec ses hauts et ses bas bien sûr.

    -Pour quelles fautes avez-vous le plus d’indulgence ?
    Celles du plus grand criminel. C’est osé de répondre cela, et je ne le ferais sans doute pas si l’un de mes proches avait été assassiné par cet homme. Mais je reste convaincu que le mal commis vient davantage de nos blessures que d’une intention délibérée. En tout cas, on ne peut réduire un homme à ses actes.

    -Le personnage historique que vous admirez le plus ?

     Gandhi. Il a désarmé une armée sans arme, il a chassé les Anglais sans faire la guerre. Mais pourquoi donc les grands faiseurs de paix sont-ils assassinés : Gandhi, Sadate, Rabin, Martin Luther King… ?

    -Votre musicien favori ?
    Mozart. Un avant-goût du Ciel.

    -Que possédez-vous de plus cher ?

    L’Amour du Christ.

    La vertu la plus nécessaire aujourd’hui ?
    La pureté.

    -S’il vous restait une heure à vivre ?

     Je chanterais à tue-tête en glorifiant Dieu.

    Que direz-vous à Dieu quand Il vous accueillera ?
    « Tu es vraiment trop bon ! »

    Le mot de la fin que vous préférez ?
    « Je ne meurs pas, j’entre dans la vie » (sainte Thérèse de l’Enfant-Jésus).
    - Luc Adrian -

    Michael Lonsdale

    " On dit qu’il y a eu seulement deux chrétiens depuis le Christ : le Christ… et François d’Assise. Je le crois. François est sans doute l’un de ceux qui ont le plus suivi le Christ dans son abaissement, son dépouillement, son anéantissement. "

     

     https://static.lexpress.fr/medias_1303/w_605,h_350,c_fill,g_north/v1600700840/michael-lonsdale-d-dans-le-role-de-frere-luc-dans-le-film-de-xavier-beauvois-des-hommes-et-des-dieux_667555.jpg

    Merci de tout ce que vous nous avez apporté !

    « De Paul Claudel dit par Madeleine Renaud et J-C GianaddaVol de vélo : une belle fin et retrouvaille ^_~ »
    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks Pin It

    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    6
    Jeudi 24 Septembre à 12:38

    Oh ! Nani, je suis bouleversé ! C'est par toi que j'apprends la mort de Michael Lonsdale. Figure-toi que nous sommes cotoyés trois semaines d'affilées, en 1987, lors du tournage "L'enfant et le président. C'est lors de ce tournage durant trois journées au Lycée Lamartine que  j'ai commencé à filmer avec discrétion et avec sa complicité les prises de vues. Puis j'ai continué à filmer les scènes dans Paris, surtout sur les berges de la Seine en crue ! C'est ainsi que j'ai connu et fréquenté Pascal Danel, producteur du film et jouant le rôle de prof au Lycée Lamartine. Il est aussi l'auteur de la musique du film. En tournage intérieur, j'ai eu la joie de connaitre et me lier d'amitié avec Paulette Prévost jouant le rôle de la grand-mère de l'enfant et qui est décédée il n'y a pas longtemps pratiquement centenaire ! Lors de la fin du tournage, c'est au lycée qu'à eut lieu le pot de l'amitié. Ce cher Lonsdale c'est mis à jouer lorsque je l'ai filmé. Bref, avec mon super 8 j'ai fait un film sur le film que je me suis repassé hier soir. Dans mes archives, je possède le scénario signé de tous les acteurs et techniciens dont le caméraman. A aucun moment, Michael n'a fait part de sa croyance en Dieu. Hélas, la vie est ainsi faite, que je n'ai plus eu l'occasion de le rencontrer et de lui serrer la main. 

    Doux bisous, ma chère Nani. Hugues

      • Jeudi 24 Septembre à 13:51

        Merci cher Hugues de nous partager ce trésor de ton approche avec Michael Lonsdale. 

        Je ne sais pas si lorsque tu l'a côtoyé il avait 59 ans... Il a vecu un grand chagrin d'Amour avec une actrice qui n'a pas pu épouser car elle n'était pas libre. Il était si fidèle qui est resté célibataire durant sa vie. Oui, dans le milieu Parisien on connaissais sa foi mais c'est vrai, lorsque je l'ai rencontré dans certains lieux et églises il était presque caché. Mais tu en as la preuve de ce qu'il a livré au journaliste. Tu sais on peut être croyant et avoir la foi en Dieu et rester un être très normal...comme les autres wink2

        Merci et Bisous   

         

    5
    Jeudi 24 Septembre à 09:00

    La peinture du jour

    Bonjour Ana,

    Hier nous avons fait une virée jusqu'à Cannes

    pour me sortir un peu,

    demain je mettrais les photos que j'ai faites..

    Bonne journée chèren petite maie, gros bisous, caresses à Titi.

     

    4
    Mercredi 23 Septembre à 19:02

    coucou Nani, merci pour ton long message sur l'acteur décédé! Je ne savais pas qu'il était chrétien! Je suis très fatiguée! demain matin on vient me faire l'entretien de ma chaudière! en deuxième partie de matinée à ce qu'on m'a dit! je rentrais de chez une amie que j'ai dépannée! et j'ai trouvé le message sur mon téléphone! du coup il a fallu que j'aille chercher des sous! car je n'ai pas de chéquier pour payer! bises

    3
    Mercredi 23 Septembre à 15:41

    J'aimais beaucoup cet acteur, je me souviens de ses films avec grande émotion...

    Tu lui rends un très bel hommage, merci!

    Je te dépose de gros bisous sans oublier un florilège de caresses pour Titi

    Cendrine

    2
    Mercredi 23 Septembre à 09:10

    La peinture du jour

    Bonjour Ana,

    bel hommage que celui que tu viens de rendre

    à cet homme qui aimait Dieu.. 

    Bonne idée de mettre l'interview avec le journaliste..

    Bonne journée, gros bisous, caresses à Titi

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :