• JESUS ET LA DIGNITE DE L'ETRE HUMAIN

    Mes amis, quelques uns on sans doute reçu un mail 

    sois disant de ma part. J'ai eté piraté. Mais Orange a

    fait le necesaire.

    ===============================

     

     (Jn 13,16-20)

     Après qu'il leur eut lavé les pieds, leur dit: «Amen, amen, je vous le dis: le serviteur n'est pas plus grand que son maître, le messager n'est pas plus grand que celui qui l'envoie. Si vous savez cela, heureux êtes-vous, pourvu que vous le mettiez en pratique. Je ne parle pas pour vous tous. Moi, je sais quels sont ceux que j'ai choisis, mais il faut que s'accomplisse la parole de l'Écriture: Celui qui partageait mon pain a voulu me faire tomber. Je vous dis ces choses dès maintenant, avant qu'elles n'arrivent; ainsi, lorsqu'elles arriveront, vous croirez que moi, je suis. Amen, amen, je vous le dis: recevoir celui que j'envoie, c'est me recevoir moi-même; et me recevoir, c'est recevoir celui qui m'envoie».

     

     Aujourd'hui comme dans ces films qui commencent par raconter un événement passé, la liturgie se souvient d'un geste qui appartient au Jeudi Saint: Jésus lave les pieds de ses disciples ( Jn 13,12). Lu dans la perspective de Pâques, ce geste acquiert une valeur permanente.

     Dans notre société, on dirait que le faire est le thermomètre de la valeur de quelqu'un. Il est alors facile de traiter les gens comme des instruments; nous nous servons des autres. L'Évangile d'aujourd'hui nous pousse à transformer cette dynamique en une dynamique de service: l'autre n'est jamais un pur instrument. Il s'agit de vivre une spiritualité de communion, où l'autre —selon les mots de Jean-Paul II— en vient à être «quelqu'un pour moi», un «DON qui m'est adressé», auquel je dois «faire sa place». Sommes-nous attentifs aux autres? Les écoutons-nous quand ils nous parlent?

    L'évangile de chaque jour nous éclaire dans nos agisements.

    Un exemple : Quelqu'un s'envite chez moi un

    dimanche, j'accepte. Puis je sais que cela va me fatiguer.

    Alors, j'ai la possibilité de remettre cela à plus tard.

    Vous me direz c'est normal. Et je le crois aussi. Cependant

    par Amour, je ferai le geste de Jésus. Et je suis sûre,

    que ma fatigue s'en ira.

    Lavons-nous les pieds les uns aux autres.

    Alors nous entrerons, DANS UN'AUTRE DIMENSION

     

    Et nos coeurs s'elargirons jusqu'à la joie parfaite

     

    La boulangère de mon quartier

     

     

    J'ai toujours des amis dans les caisses de supermarchés.

    Un petit mot pour aléger leur fatigue

     

     

     

     

    « VOUS ETES MES AMIS DIT JESUSPOUR CE PETIT ANGE »
    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks

    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    2
    Dimanche 18 Mai 2014 à 08:20

    Coucou Ana

    un geste est aussi important,tout comme un sourire...chaque présent offert est amour aux yeux de Dieu

    bon dimanche

    1
    Vendredi 16 Mai 2014 à 09:49

    Bonjour Ana, dans la vie de tous les jours nous pouvons suivre la voie de Jésus et faire un geste envers les personnes que nous côtoyons, cela ne coûte rien et ça rend les gens heureux.... Bonne journée chère petite amie, gros bisous

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :