• Comme un petit enfant contre sa mère.

     

     

    PSAUME 131

     

     Seigneur, je n’ai pas le cœur fier

    ni le regard ambitieux ;

    je ne poursuis ni grands desseins,
     

    ni merveilles qui me dépassent.

     

    Non, mais je tiens mon âme
     

    tranquille et silencieuse ;

     

    mon âme est en moi comme un enfant,
     

    comme un petit enfant contre sa mère.

     

     Attends le Seigneur, Israël,

    maintenant et à jamais.

     

     

     

    Mes Amis, ce psaume nous attire par sa simplicité.

     

    " je tiens mon âme
    tranquille et silencieuse "

     

    C'est le chemin de l'enfant qui court vers son Père.

    Cependant, à travers la vie de la Pte Thérèse de 

    Lisieux, nous savons, que cet abandon entre les mains

    de Dieu ne se fait pas tout seul.

    Rester entre les mains de Dieu notre Père, tranquille

    et silencieuse s'est faire un grand saut dans

    la foi. C'est faire confiance en tout moment. Même

    si le combat nous crie une défaite...

     

    " mon âme est en moi comme un enfant,
    comme un petit enfant contre sa mère."

     

    Restons toujours dans la confiance...Il est

    bien là, tout contre nous. Jésus est là.

     

     

     

     

     

     

     

    Explication du Psaume

     

    Le charme de ce psaume provient du fait qu’il décrit en quelques mots la scène d’une mère qui tient dans ses bras son bébé endormi qu’elle vient d’allaiter. La relation amoureuse qui unit la mère à son enfant illustre à merveille le rapport entre Dieu et le fidèle. La même idée est exprimée dans quelques passages bibliques : Is 49,15 ; 66,11-14 ; Os 11,3-4. Davantage encore, le charme du symbolisme de l’enfant pour la spiritualité et l’importance de l’abandon à Dieu constituent deux motifs constants dans la littérature religieuse. L'âme, en paix désormais, renonçant à toute recherche de grandeur humaine, s’abandonne au Seigneur avec la simplicité d’un enfant, sans inquiétude ni ambition. La même confiance filiale est demandée à tout le peuple de Dieu (v.3).

     Le bébé sevré n’a plus besoin de sa mère uniquement pour satisfaire son besoin primaire et instinctif de nourriture ; retourner sur le sein de sa mère répond au besoin encore plus fondamental de sécurité, d’intimité, d’affection. Transposé, comme c’est le cas ici, dans l’ordre des relations de l’homme avec Dieu, ce langage décrit les bases mêmes de toute spiritualité basée non pas sur la simple satisfaction des besoins ou l’exaucement des prières, mais sur une relation vivante, confiante et amoureuse.  

     

     

     

    Comme un petit enfant contre sa mère.

    Comme un petit enfant contre sa mère

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    MON ÂME 

     

     

     

    TRANQUILLE

     

     

     

    ET SILENCIEUSE

     

     

     

     

    Comme un petit enfant contre sa mère.

    « Je veux louer le Seigneur tant que je vis.FÊTE DU CORPS ET DU SANG DE JESUS CHRIST »
    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    2
    Dimanche 7 Juin 2015 à 18:15

    Bonjour anna

    un coucou du Sud pour cette fin d'après midi,

    c'est la fête au village actuellement,

    ça fini mardi,je crois...

    gros bisous

    1
    Dimanche 7 Juin 2015 à 08:49

    Bonjour Ana, faisons comme l'enfant laissons nous aller vers Jésus..

    Ecoutons ses conseils et vivons en parfaite harmonie avec nos prochains...

    Pas de sortie en ce moment Sylvie et Jérémy font des travaux dans notre nouvelle demeure avant que nous déménagions..

    Bon dimanche, gros bisous

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :