• Article dédié à Pierre "aficionado" de la Pêche et aux amoureux de la mer

     

     

     

     

     

     Fond animé bord de mer

     

     

     

     

    Le sauvetage de la Grande Barrière de corail et le temps des communs

     

     

    Great_Barrier_Reef_-_shutterstock_593865266.jpg

     

    Quand l’équilibre de la nature est rompu, à cause de l’homme ou non, l’homme lui-même peut redresser la situation. Notre chroniqueur Tugdual Derville nous raconte l’histoire d’une mobilisation humaine réussie pour sauver l’un de nos "communs" : la Grande Barrière de corail.

     

    Une des réalités les plus fascinantes du monde vivant est la complexité des chaînes de prédation. Pour en rester au règne animal, regardons le corail : il est menacé dans le Pacifique par un prédateur vorace, une grosse étoile de mer bardée de piquants venimeux nommée acanthaster pourpre (Acanthaster planci) ou couronne d’épines. Cette dernière peut toutefois être dévorée, entre autres, par un petit crustacé, la crevette Arlequin, que déguste à son tour le célèbre poulpe, lui-même au menu de certains types de requin… Nous n’évoquons ici que quelques espèces emblématiques d’un écosystème foisonnant. Dans le meilleur des cas, tout cela s’équilibre : chacun joue son rôle.

     

     

    Le danger de la pullulation

    Hélas, si une seule espèce se met à pulluler, c’est la catastrophe. L’infestation par l’acanthastermenace ainsi depuis des dizaines d’années les récifs de corail : Japon, Indonésie, Nouvelle-Calédonie, Australie, dont un quart de la Grande Barrière est déjà détruite ! Atteignant un mètre de diamètre, ces étoiles de mer peuvent fondre sur un lagon — comme un nuage de sauterelles — et anéantir en quelques mois ses récifs coralliens. Le phénomène de pullulation est cyclique, mais il tend à s’aggraver pour des raisons encore mal connues. Où est la responsabilité de l’homme ? On a d’abord pensé à la surpêche d’un grand coquillage prisé des touristes : le triton géant. C’est l’un des rares prédateurs de la couronne d’épine. Mais cette hypothèse a été écartée, car il était déjà rare. On penche désormais pour la pollution de l’eau combinée à des changements climatiques favorables à la survie des larves de l’étoile destructrice.

     

     

    À mesure que nous découvrons notre puissance, nous réalisons qu’elle nous rend vulnérables, mais aussi responsables.

    Malheureusement — ou peut-être heureusement — les habitants de ces côtes et des multiples îles concernées sont dépendants d’un tourisme centré sur la plongée sous-marine. Une coalition des communautés locales, unies dans l’adversité, s’est dressée contre l’invasion de l’étoile de mer. Chacun a joué son rôle : les naturalistes pour tester les moyens de vaincre l’ennemi, les innombrables plongeurs pour signaler les zones contaminées, grâce à des sites Internet participatifs et des équipes spécialisées pour effectuer, au bon moment, les gestes appropriés : ramassage, injection sous-marine d’acide, réintroduction de prédateurs…

     

     

    Une mobilisation réfléchie

    Ces interventions coordonnées ont fait l’objet de débats préalables : en principe l’Acanthaster fait partie intégrante de l’écosystème corallien ; il favorise même sa biodiversité en limitant les coraux à croissance rapide au profit des coraux à croissance lente. Est-il légitime que l’homme prenne la main sur le récif pour lui « imposer » un rééquilibrage, au détriment d’une espèce ? D’autres écosystèmes ne connaissent-ils pas des phénomènes cycliques d’expansion d’un être vivant ? En général, son prédateur principal suit et régule sa démographie. Dans la situation évoquée, la destruction durable du récif corallien a fait tomber les réticences. Il est vrai que l’intérêt économique des récifs a pesé lourd dans la décision d’intervenir. Tout le monde s’y est donc mis. Là où les communautés autochtones se sont organisées, l’étoile prédatrice a été repérée à temps ; son expansion est maîtrisée : le corail est sauvé.

     

     


     

     Notre état de développement est tel que trois constats s’imposent : puissance, vulnérabilité et responsabilité. À mesure que nous découvrons notre puissance, nous réalisons qu’elle nous rend vulnérables, mais aussi responsables. Aux antipodes de l’individualisme, la complexité des défis nécessite une coopération coordonnée de multiples acteurs : le temps est aux communs.

     

     

    NATURE

     

     

     

    Article dédié à Pierre aficionado de la Pêche et amoureux de la mer

     

     

     
    « 25 Août : Les cinq petites sœurs de Mère Thérèse rescapés avec 14 orphelins à Kaboul !Témoignage poignant : Mes deux filles ont été tuées lors des attentats de 2015 »
    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks Pin It

    Tags Tags : , , ,
  • Commentaires

    2
    Vendredi 17 Septembre à 10:41

    Paysage automnal

    Bonjour Ana,

    bel article sur la pollution des mers..

    Ce matin Sylvie est allée garder Aaron car ses parents devaient sortir..

    Bonne journée, bons baisers, caresses à Titi

    1
    Vendredi 17 Septembre à 08:29

    On  retrouve   là     encore   le    formidable    agencement    de   la   nature   qu'on  ne   peut    qu'  attribuer   à  un  créateur !

    Quand   on    pense    que mers  et    océans  recouvrent   70 %   de   la    surface    terrestre   et   que   malgré  tout,    l'  homme   parvient    à     polluer !

    On   comprend   que   Dieu    s'  est  promis    d'intervenir !

     Merci   à     toi,    passe   une    bonne   journée

     Bisous

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :