• A VOUS D'ÊTRE LES TEMOINS

     

     

     

     

    Évangile de Jésus Christ selon saint Luc 24,35-48.
     

     

    En ce temps-là, les disciples qui rentraient d’Emmaüs racontaient aux onze Apôtres et à leurs compagnons ce qui s’était passé sur la route, et comment le Seigneur s’était fait reconnaître par eux à la fraction du pain.
    Comme ils en parlaient encore, lui-même fut présent au milieu d’eux, et leur di La paix soit avec vous ! »
    Saisis de frayeur et de crainte, ils croyaient voir un esprit.
    Jésus leur dit : « Pourquoi êtes-vous bouleversés ? Et pourquoi ces pensées qui surgissent dans votre cœur ?
    Voyez mes mains et mes pieds : c’est bien moi ! Touchez-moi, regardez : un esprit n’a pas de chair ni d’os comme vous constatez que j’en ai. »
    Après cette parole, il leur montra ses mains et ses pieds.
    Dans leur joie, ils n’osaient pas encore y croire, et restaient saisis d’étonnement. Jésus leur dit : « Avez-vous ici quelque chose à manger ? »
    Ils lui présentèrent une part de poisson grillé
    qu’il prit et mangea devant eux.
    Puis il leur déclara : « Voici les paroles que je vous ai dites quand j’étais encore avec vous : Il faut que s’accomplisse tout ce qui a été écrit à mon sujet dans la loi de Moïse, les Prophètes et les Psaumes. »
    Alors il ouvrit leur intelligence à la compréhension des Écritures.
    Il leur dit : « Ainsi est-il écrit que le Christ souffrirait, qu’il ressusciterait d’entre les morts le troisième jour,
    et que la conversion serait proclamée en son nom, pour le pardon des péchés, à toutes les nations, en commençant par Jérusalem.
    À vous d’en être les témoins.

     

     

     

     
    Les apparitions de Jésus à ses disciples obéissent à un schéma relativement fixe. D'abord Jésus se présente selon une initiative qui lui revient en propre et qui est inattendue. Il exprime un message de paix. Dans un premier temps les disciples ne le reconnaissent pas. Jésus se fait alors reconnaître, en manifestant qu'il est bien le même que celui d'avant Pâques, soit par des gestes corporels (il montre ses mains et ses pieds ou son côté; il demande à manger; il rompt le pain), soit en donnant une leçon d’Écriture (aux disciples d'Emmaüs et au Cénacle chez Luc). Il entraîne alors chez les siens la joie de la foi. Au terme de l'entretien, il les envoie en mission (Mt 28,18-20; Marc 16,15) et les établit témoins de ce qui lui est arrivé. Pour cela, Jésus promet aux disciples le don de l'Esprit (Luc 24,49; Actes 1,5). Chez saint Jean il l'accomplit déjà (20,22-23). Il disparaît alors.
     
    Quelques apparitions nous touchent davantage par certains traits particulièrement humains. Les disciples d'Emmaüs sont découragés, ils ont perdu l'espérance, ils continuent le mouvement de dispersion provoqué par la crucifixion de Jésus. Celui-ci les rejoint inopinément, mais ne révèle pas son identité : il entre dans leur tristesse et la transforme progressivement en joie, en leur donnant une leçon sur les Écritures qui rend leur cœur tout brûlant. Ce sont eux qui le reconnaissent à la fraction du pain, c'est-à-dire à un geste particulièrement familier à Jésus, celui qui l'évoque tout entier. Ne disons-nous pas devant le geste d'affection caractéristique d'un enfant : c'est tout lui !
     
    Les apparitions de Jésus aux disciples expriment une communication inattendue entre un corps "glorieux" et des corps non ressuscités. Ceci explique pourquoi les disciples ne l'ont jamais reconnu directement. On peut s'en étonner. Mais si l'on a bien réalisé le caractère étrange de la manifestation d'un "corps glorieux" à des hommes restés dans les conditions de notre monde, cela apparaît très cohérent. Cependant, l'initiative du ressuscité passe par la médiation de leurs sens corporels : "il a été vu" (1 Corinthiens 15,5-8), il a été touché, il a mangé et bu avec eux (cf. Luc 24,39-43). Mais Jésus n'est pas reconnu comme tel par la simple perception sensorielle, mais bien par la foi et grâce à des paroles qui expliquent le sens des Écritures. Vue et foi vont de pair. Ceci explique pourquoi Jésus ne s'est pas manifesté aux foules après sa résurrection. Pourquoi le point culminant du message n'est-il pas manifesté immédiatement à tous ? Une telle manifestation publique n'était pas possible sans dégénérer dans le merveilleux spectaculaire - médiatique, dirait-on aujourd'hui. La résurrection ne pouvait convertir d'emblée ceux qui, ne connaissant pas suffisamment Jésus, n'étaient pas préparés à la recevoir. Dans la parabole de Lazare et du mauvais riche, Abraham ne dit-il pas : "Même si quelqu'un ressuscite des morts, ils ne seront pas convaincus" (Luc 16, 31) ? Jésus a donc choisi la pédagogie du témoignage qui se transmet. Cette pédagogie vaut encore pour nous aujourd'hui et demande que l'itinéraire de Jésus avant Pâques soit présenté en premier. On n'accède pas de but en blanc à la foi en la résurrection.

    CROIRE AU XXIÈME SIÈCLE

     

     

    Mes Amis, je vous souhaite bien de joie en ce temps

    pascal. 

    Pour nous chrétiens, cette fête est un mélange de Joie,

    mais aussi, - par notre humanité - de tristesse à cause

    du sort de nos frères d'orient. Et au même temps,

    nous recevons d'eux, une force dans notre foi.

    Pour ceux qui ne peuvent croire, c'est aussi un signe

    vivant. Des hommes et des femmes que préférent 

    perdre leur vie pour ne pas renier leur foi.

    Croire en la Réssurection du Christ c'est croire,

    que nous sommes appellés à VIVRE aussi cette

    Réssurection. Que notre vie ne s'achève

    pas le jour de notre mort.

    Ainsi nos frères qui ont donné leur vie, ils sont maintenant

    heureux et vivent la présence du Réssuscité.

     

    Tout ceci je le vis dans la foi, dans le mystère de

    quelque chose qui dépasse mon entendement humain.

    La foi n'est pas un raisonnement.

     

     

    Nous avons été sauvés pas le même sang

     

     

     

     

     

    BNP-DU-24-D2CEMBRE.jpg

     

     

     

     

    Depuis le XIIIe siècle en effet, la France n’a cessé d’établir des ponts entre l’Orient et l’Occident en soutenant les communautés chrétiennes, protégeant les lieux saints, les itinéraires de pèlerinage, jusqu’à assumer officiellement à partir du XVIe la protection des chrétiens étrangers de l’empire ottoman. Mais nous parlons là de la France d’avant… Aujourd’hui, c’est du bout des lèvres et sous la pression de quelques rares parlementaires que le Quai d’Orsay condamne« avec la plus grande fermeté l’ultimatum lancé par l’État islamique aux chrétiens de Mossoul (…). La France défend, partout dans le monde, la liberté de religion ou de conviction (sic)… »

    On est en droit de douter de la conviction de ces propos très technocratiques.

    C’est précisément cette ambigüité que ne supportent pas les jeunes gens de l’association SOS chrétiens d’Orient. Alors, avec la détermination de leur 20 ans et la foi héritée de 1.500 ans de chrétienté, ils viennent témoigner, apporter un peu de réconfort en Syrie à Noël, en Irak à Pâques dernier et ces jours-ci.

     

     

     

     

     

    GOD BLESS YOU

     

     

     

    A VOUS D'ÊTRE LES TEMOINS

    « je reviens !C'EST LE SEIGNEUR !!! »
    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks Pin It

    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    2
    Vendredi 10 Avril 2015 à 18:15

    BONJOUR ANA !

    Les djihadistes aussi meurent pour leur Allah, les kamikazes japonais aussi mouraient pour leur empereur Dieu sur Terre etc. etc.

    Doit-on envoyer des soldats en Irak et Syrie pour mourir en sauvant des innocents ? Parce que ces "fous de Dieu" ne lâcherons jamais leurs position et en plus ils recrutent toujours autant partout dans le monde (1.500 français sur les 25.000 nouvelles recrues qui sont partis là-bas pour mourir)

    Et au YEMEN, il y a un front entre les Musulmans Sunnites et les Musulmans Chiites (Allah contre Allah) comme Irlande où des chrétiens catholiques et les chrétiens protestants s'entretuaient en criant des deux cotés : "God's with us" !

    En fait DIEU est avec qui alors ?

    Lesquels iront au paradis et ressusciteront à la fin des temps, avec tout ce sang ?

    GROS BISOUS ANA ?

    1
    Vendredi 10 Avril 2015 à 09:42

    Bonjour Ana, un bel article sur la façon dont Jésus est revenu sur terre devant les apôtres pour leur prouver qu'il était bien ressuscité...

    j'espère que tu vas mieux...

    Bon vendredi, gros bisous

     

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :