• Saint Joseph le silencieux et le juste

     

     

     

    Évangile de Jésus Christ selon saint Matthieu 13, 54-

    58

     

    Jésus alla dans son pays, et il enseignait les gens dans leur synagogue,

    de telle manière qu'ils étaient frappés d'étonnement et disaient :

    « D'où lui viennent cette sagesse et ces miracles ? N'est-il pas le fils du charpentier ?

    Sa mère ne s'appelle-t-elle pas Marie, et ses frères : Jacques, Joseph, Simon et Jude ?

    Et ses sœurs ne sont-elles pas toutes chez nous ? Alors, d'où lui vient tout cela ? »

    Et ils étaient profondément choqués à cause de lui.

    Jésus leur dit : « Un prophète n'est méprisé que dans sa patrie et dans sa propre maison. »

    Et il ne fit pas beaucoup de miracles à cet endroit-là, à cause de leur manque de foi.

     

     

    Pour tout le monde ce jour du 1er mai est la fête du Travail, férié en France depuis 1941, par décision du gouvernement de Vichy.

    Pour les catholiques, c'est aussi la fête de Saint Joseph, travailleur, depuis 1955.

    La fête de saint Joseph, fixée au 1er mai par le pape Pie XII, succède à la solennité de saint Joseph qui se célébra jusqu’en 1955. Le monde du travail prend une conscience grandissante de son importance et c’est le rôle de l’Église de lui enseigner toute sa dignité ; la figure de saint Joseph y contribue merveilleusement. Cette fête de saint Joseph est une triple fête patronale : fête de l’Église, fête de la famille et du foyer, fête du travail.

    La présence de Jésus dans l’atelier de Nazareth enseigna à saint Joseph le prix des heures pénibles, et le dur labeur accepté comme une réparation pour l’impudence de l’homme à faire fi des lois de Dieu, a acquis grâce au Christ, une valeur rédemptrice. Artisan avec Dieu créateur, frère de travail de Jésus-Ouvrier, associé avec Lui au rachat du monde, saint Joseph n’attirera jamais trop les regards et la prière de notre siècle.

    C’est pourquoi l’Église, s’inspirant de la Tradition qui baptisa autrefois quantité de fêtes païennes pour les doter d’un contenu chrétien tout nouveau, plaça la fête civile du travail sous le puissant patronage de saint Joseph. Ouvrier toute sa vie, qui mieux que lui rendit grâces à Dieu le Père en son labeur de chaque jour ? C’est ce modeste artisan que Dieu choisit pour veiller sur l’enfance du Verbe incarné venu sauver le monde par l’humilité de la croix.

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    A l'heure où le rôle du père est si appauvrit.

     

    A moi mon père que je n'ai pas connu, m'a 

    rudement manqué.

     

    Non, jamais une femme pourra Aimer son enfant

    comme un père. JAMAIS !

     

     

     

     

     

     

    Saint Joseph le silencieux et le juste

     

    Merci Abbito de m'avoir montré l'Amour d'un papa.

     

     

     

     

     

    ABBA !

     

     

     

    PAPA !

     

     

     

    Saint Joseph le silencieux et le juste

    « AIME ET FAIT CE QUE TU VEUX - st Agustin-Chantons un chant nouveau... »
    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    1
    Samedi 2 Mai 2015 à 09:38

    Bonjour Ana, dans la vie d'un enfant l'amour d'un père est aussi important que l'amour d'une mère.. Il faut que les deux s'unissent pour donner à l'enfant tout le bonheur qu'il peut avoir besoin...

    Le 1er mai est également je jour où l'on fête les Jérémy...

    Bonne journée, gros bisous 

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :