• DIEU CACHE DANS L'EUCHARISTIE

                              L-Eucharistie.jpg

     

    Psaume 93(92),1abc.1d-2.5. 

    Il s'est vêtu de magnificence,
    le Seigneur a revêtu sa force. 

    Et la terre tient bon, inébranlable, 

    dès l'origine ton trône tient bon, 
    depuis toujours, tu es. 

    Tes volontés sont vraiment immuables : 
    la sainteté emplit ta maison, 
    Seigneur, pour la suite des temps. 








     

                                               Commentaire du Père de Foucauld

     

    « Je crois ! Viens au secours de mon incroyance »

          La vertu que notre Seigneur récompense, la vertu qu'il loue, c'est presque toujours la foi. Quelquefois, il loue l'amour, comme dans Magdeleine (Lc 7,47) ; quelquefois l'humilité, mais ces exemples sont rares ; c'est presque toujours la foi qui reçoit de lui récompense et louanges. Pourquoi ? Sans doute parce que la foi est la vertu, sinon la plus haute (la charité passe avant), du moins la plus importante, car elle est le fondement de toutes les autres, y compris la charité, et aussi parce qu'elle est la plus rare.

          Avoir vraiment la foi, la foi qui inspire toutes les actions, cette foi au surnaturel qui dépouille le monde de son masque et montre Dieu en toutes choses ; qui fait disparaître toute impossibilité ; qui fait que ces mots d'inquiétude, de péril, de crainte, n'ont plus de sens ; qui fait marcher dans la vie avec un calme, une paix, une joie profonde, comme un enfant à la main de sa mère ; qui établit l'âme dans un détachement si absolu de toutes les choses sensibles dont elle voit clairement le néant et la puérilité ; qui donne une telle confiance dans la prière, la confiance de l'enfant demandant une chose juste à son père ; cette foi qui nous montre que, « hors faire ce qui est agréable à Dieu, tout est mensonge » ; cette foi qui fait voir tout sous un autre jour — les hommes comme des images de Dieu, qu'il faut aimer et vénérer comme les portraits de notre Bien-Aimé et à qui il faut faire tout le bien possible ; les autres créatures comme des choses qui doivent, sans exception, nous aider à gagner le ciel, en louant Dieu à leur sujet, en nous en servant ou en nous en privant — cette foi qui, faisant entrevoir la grandeur de Dieu, nous fait voir notre petitesse ; qui fait entreprendre sans hésiter, sans rougir, sans craindre, sans reculer jamais, tout ce qui est agréable à Dieu : oh, que cette foi est rare ! Mon Dieu, donnez-la-moi ! Mon Dieu, je crois, mais augmentez ma foi ! Mon Dieu, faites que je croie et que j'aime.

    « LA PENTECOTE, VENUE DE L'ESPRIT SAINTLETTRE AUX PRISONNIERS »
    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

  • Commentaires

    1
    Mardi 21 Mai 2013 à 08:29

    Bonjour Ana, un bel article du père FOUCAULD, sur la foi... La pluie n'arête pas de tomber, il fait sombre comme en hiver... Bonne journée, gros bisous

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :