• Chaque fois que vous l’avez fait à l’un de ces plus petits de mes frères

    matthieu_25_31-46                                                       … 

     

     Jésus disait à ses disciples :

     

    « Quand le Fils de l’homme viendra dans sa gloire, et tous les anges avec lui, alors il siégera sur son trône de gloire.

    Toutes les nations seront rassemblées devant lui ; il séparera les hommes les uns des autres, comme le berger sépare les brebis des boucs : il placera les brebis à sa droite, et les boucs à gauche.


    Alors le Roi dira à ceux qui seront à sa droite :

     

    “Venez, les bénis de mon Père, recevez en héritage le Royaume préparé pour vous depuis la fondation du monde.

    Car,

    j’avais faim, et vous m’avez donné à manger ;

    j’avais soif, et vous m’avez donné à boire ;

    j’étais un étranger, et vous m’avez accueilli ;

    j’étais nu, et vous m’avez habillé ;

    j’étais malade, et vous m’avez visité ;

    j’étais en prison, et vous êtes venus jusqu’à moi !”

     

     Alors les justes lui répondront :

     

    “Seigneur, quand est-ce que nous t’avons vu… ?

    tu avais donc faim, et nous t’avons nourri ? tu avais soif, et nous t’avons donné à boire ? tu étais un étranger, et nous t’avons accueilli ? tu étais nu, et nous t’avons habillé ? tu étais malade ou en prison… Quand sommes-nous venus jusqu’à toi ?”

     

     

    Et le Roi leur répondra :

    “Amen, je vous le dis :

     

    chaque fois que vous l’avez fait à l’un de ces plus petits de mes frères, c’est à moi que vous l’avez fait.”

    Matthieu (25, 31-46)

     

    Résultat de recherche d'images pour "Mouroir de Calcutta"

     

     

    Résultat de recherche d'images pour "Mouroir de Calcutta"

     

     

    Tout d'abord, n'est pas donné que aux croyants,

    de secourir le prochain !

    Le cœur humain n'a pas besoin de croyance pour 

    se conmovoir à la vue d'une détresse humaine.

     

    Mais c'est vrai que dans l’Évangile, cela fait partie 

    de la priorité des priorités.

    Ma mère n'allais pas à la messe... elle m'a fait baptiser

    et m'a mis dans des écoles chrétiennes. Elle l'étais

    mais elle n'allais pas à la messe.

    Sa maison était ouverte nuit et jour à toute détresse...

    Et nous n'étions pas riches mais pauvres.

    J'ai reçu cela depuis mon enfance.

    Elle ne m'a jamais prêché RIEN ...j'ai vu, entendu...

     

    Puis, j'ai été toujours attirée vers l'autre. 

    Cela m'a fait coutoyer le monde des grands malades,

    et choisir une profession auprès d'eux.

     Lorsque je suis monté sur Paris, et cherchant

    un lieu pour donner de mon temps, j'ai entendu

    parler des sœurs et frères de Mère Térésa.

    Je me suis adressé tout d'abord chez les femmes...

    Mais la personne de la porte n'a pas permis que je rencontre la supérieure.

    Alors je me suis tournée vers les frères Missionnaires of

    Charité et, cela a marché tout de suite.

    J'ai fait connaissance de l'accueil des personnes de la rue...

    Et lorsque je les ai connu ...vraiment je n'avais jamais vu

    une telle misère à tous les niveaux.

     

    On s'est rencontré ce monde et le mien et on ne s'est pas quitté.

    J'ai eu de la chance de les rencontrer car c'est eux

    qui m'ont appris le vrai Amour et la vraie manière de faire.

    Lorsque tu arrives à rentrer en amitié intime ...lorsque

    tu peux jouer à la belote avec eux et trimer car tu ne joues

    pas bien... Tu rentres dans leur famille ...

    Les larmes mouillent mes yeux en pensant à certains visages 

    ...C'est touchant de voir leur regard plein de tendresse,

    et leur façon de m'ouvrir la porte avec des cris de joie.

    Il faut avoir les lunettes de leur cœurs pour s'apercevoir

    des détails ... 

    Je peux dire que je n'ai jamais été traité avec autant 

    de délicatesse que pas mes frères de la rue Violet...

    Mais avant cette rue, nous étions dans un quartier bien

    plus pauvre près des gares de l'Est et du Nord.

    Lorsque je rentraie le soir dans le quartier où j'habitais,

    Un de plus rupins de Paris ... en remontant l'escalator du

    métro je me retrouvais en face des brasseries avec

    des grands plats de huîtres !

    Je sortais d'un réfectoire aménagé et l'on mangeais à 40

    ou plus ...car on ne savait pas le nombre par avance.

    J'avoue avoir eu de la répugnance au debout ...

    Je l'avoue ... me disant, que demain je pourrais manger

    dans la même assiette de mon camarade d'en face.

    Mais oh combien l'Amour change le regard ! 

    Et c'est là que d'aimer Jésus cela m'a poussé encore plus.

    Car je l'Aimais et je le voyais dans chaque être avec qui

    je entrais en contact. 

    Aimer avec l'amour du Christ ...je ne saurais pas l'expliquer

    car c'est lui qui fait en nous...il n'y a pas d'explications.

    Que des soirées en silence devant un icône de Jésus

    avec tant de joie que je pleurais ne pouvant pas la contenir.

    Voilà un petit témoignage qui n'a rien de théologien ...

    Jésus et les pauvres on les comprend par le contact et 

    l’assiduité. 

     

    Je remercie à ceux qui m'ont tant aidé... Pt Jean, Robi,

    frère Tony, Michel, Anton, Micheline, Alice, Anne Marie,

    Jacqueline, petit Marc, " Jésus-Christ "he C'est lui qui

    me criais pour que j’apprenne à bien jouer à la belote !

    Et le jour "J" il a dit : Là je serai toujours avec toi ! elle

    joue bien cette fille !

    J'était trop fière et suis rentrée en sautillant avec ma

    salopette et mon sac à dos !!!

     

     Résultat de recherche d'images pour "missionnaires of charity paris france"

     

      God Bless You

    « L’homme ne vit pas seulement de painLa parole, qui sort de ma bouche, »
    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

    Tags Tags : , , , , ,
  • Commentaires

    8
    Mardi 3 Mars à 15:36

    bonjour nanie en ce mardi assez beau , ça permet de sortir un peu quand meme dehors et ça fait du bien moralement un peu 

     ce matin je suis sortie faire quelques courses quand meme et a part a la caisse on a vue personne et tant mieux pour une fois et puis comme j aie toujours mes problèmes de hanche gauche , je n aie pas trop envie de parler et surtout de rester sur place car je fatigue vite 

     passe un bon apres midi 

     je t embrasse

      • Mardi 3 Mars à 16:14

        Merci de tes nouvelles et courage !

        Bisous nani

    7
    Mardi 3 Mars à 09:21

    La création du jour

    Bonjour Ana,  

    merci pour ce bel article moitié avec un morceau de la bible et ensuite avec ce que tu as vécu...Tu as appris à aimer ton prochain et à faire du bien autour de toi..

    Bonne journée, gros bisous, caresses à Titi

     

      • Mardi 3 Mars à 16:15

        Surtout me souvenir de ce que les autres m'ont apporter.

        Je n'ai pas l'impression d'avoir donné quelque chose.

    6
    Mardi 3 Mars à 02:13
    Bonjour nani tu as raison grande prudence, ce virus est super dangereux déjà 25 médecins et infirmière l'on payer de leur vie masque et gants, tout bien cuire, pas de crudité Passe une bonne journée Avec amitiés René
      • Mardi 3 Mars à 16:17

        Et oui, mais on ne nous dit pas combien des morts 

        de la grippe comme chaque année.

        On nous donne un décés pas loin d'une personne

        de 86 ans ...avec des autres pathologies !

        Il faut se laver les mains et pas se séparer de sa fiole !

    5
    Lundi 2 Mars à 17:04

    Bonjour nani, je te réponds sur le site parce que par mail cela ne fonctionne pas! j'ai des problèmes avec la messagerie! Je suis très touchée que tu pries pour mon fils mon père et moi! cela me touche tu ne peux pas savoir! Je sais que je ne guérirai pas de ma maladie, je n'y crois pas car je n'ai pas le droit d'arrêter mon traitement surtout l'injection, même si j'étais guérie car je l'ai fait une fois et j'ai pas cru pouvoir sortir de l'HP, c'était en 1995! depuis j'ai eu mon fils en 1997! il est né en bonne santé c'est déjà un don de Dieu! Je connais l'histoire de ste thérèse car je l'ai lue! sais-tu que je suis née dans une clinique qui s'appelle ste thérèse? une clinique privée qui exerçait encore dans les années 1990! quand la sage-femme qui la tenait celle qui m'avait faite naître est partie à la retraite, la clinique a fermé! C'est une jolie petite maison dans sarlat! une maison bourgeoise! je ne sais pas pourquoi j'ai eu besoin de te raconter tout cela? du coup ste thérèse est ma sainte patronne! j'aime regarder ses statues dans les églises! Bises

      • Lundi 2 Mars à 19:01

        Merci de me partager ce que tu me dis sur toi.

        C'est vrai que l'on sait que l'on ne guérira

        pas de notre maladie,

        mais on peut recevoir de grâce pour la vivre dans la paix comme

        nous le faisons. 

        Merci Nicole !

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :