• N'AYEZ PAS PEUR !

    N'AYEZ PAS PEUR !

    Évangile de Jésus Christ selon saint Marc 6,45-52. 

    Aussitôt après avoir nourri la foule, Jésus obligea ses disciples à monter dans la barque et à le précéder sur l'autre rive, vers Bethsaïde, pendant que lui-même renvoyait la foule. 
    Quand il les eut congédiés, il s'en alla sur la montagne pour prier. 
    Le soir venu, la barque était au milieu de la mer et lui, tout seul, à terre. 
    Voyant qu'ils se débattaient avec les rames, car le vent leur était contraire, il vient à eux vers la fin de la nuit en marchant sur la mer, et il allait les dépasser. 
    En le voyant marcher sur la mer, les disciples crurent que c'était un fantôme et ils se mirent à pousser des cris, 
    car tous l'avaient vu et ils étaient bouleversés. Mais aussitôt Jésus leur parla : « Confiance ! c'est moi ; n'ayez pas peur ! » 
    Il monta ensuite avec eux dans la barque et le vent tomba ; et en eux-mêmes ils étaient complètement bouleversés de stupeur, 
    car ils n'avaient pas compris la signification du

    miracle des pains : leur cœur était aveuglé. 

    Chers amis,

    En lisant l’Evangile de saint Marc, nous suivons un chemin où s’approfondissent simultanément la manifestation de la divinité du Christ et l’aveuglement de ceux qui en sont témoins. « Leur cœur était aveuglé, et ils n’avaient pas compris la signification du miracle des pains » nous dit l’Evangile (Mc 6, 52). Cette incompréhension et cet aveuglement vont grandir tout au long du ministère public du Christ jusqu’à sa crucifixion.

    L’Evangile de Marc est comme un scénario de film qui présente des scènes visuelles particulièrement évocatrices. Dans ce passage que nous avons entendu, nous voyons d’un côté Jésus, seul, à terre, dans la montagne où il prie ; et de l’autre côté les disciples obligés, forcés, poussés dans le dos pour monter dans la barque et gagner le milieu du lac. Ils se débattent avec les rames, impuissants à surmonter le vent et les flots. Sur ce tableau qui se dessine, nous apercevons le Christ qui prie dans la solitude et intercède pour les hommes, cette barque - qui évoque l’humanité, mais plus précisément la barque de Pierre, l’Église – qui est prise au milieu des flots, et les disciples, qui se démènent contre les éléments, les obstacles et tout ce qui vient contrecarrer leur navigation. Dans notre esprit, cette image se superpose peu à peu à la réalité de notre vie personnelle, quand nous avons l’impression de lutter dans une ignorance, une incompréhension ou un marasme complets. Ce tableau évoque aussi la vie de l’Église qui se tente de résister au milieu des événements du monde et à travers la succession des âges.

    Jésus est Libre. De nous mêmes, nous raisonnons selon notre temps à nous. Des qu'il y a un acconteciment inesperé, nous sommes paniqués. Or, c'est precisement dans cette peur que Dieu se manifeste.

     

     

     

     

    GOD BLESS TOU TO

     

     

    N'AYEZ PAS PEUR !

     

     

     

    « EN FIN JE SUIS PARMI VOUS ! MERCI JESUSPRIEZ AVEC MOI POUR MA MARRAINE. MERCI ! »
    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

    Tags Tags : , , , , ,
  • Commentaires

    2
    Jeudi 9 Janvier 2014 à 07:01

    Bonjour Ana, voici l'article que j'ai lu hier tantôt, mais je n'avais pas laissé de com car j'étais déjà venue sur ton autre article le matin, je ne suis pas du tout fâchée contre toi chère petite amie...Pardonnes-moi de n'avoir pas mis deux mots... Je t'embrasse bien fort...

    1
    Mercredi 8 Janvier 2014 à 13:33

    bonjour ana
    il y a un cantique que l'on chante à la messe"naies pas peur",je ne sais si tu le connais
    la mer ,musique éternelle
    je suis contente de ton retour
    Il ne fait pas froid mais encore trop d’humidité ,pas bon pour les rhumatismes
    nous avons quelques timides rayons de soleil cet après-midi
    je te souhaite de passer une bonne fin de journée
    gros bisous

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :