• MON SEIGNEUR ET MON DIEU

     

    Evangile de Jésus-Christ selon saint Jean (20, 19‑31)

     

    C’était après la mort de Jésus. Le soir venu, en ce premier jour de la semaine, alors que les portes du lieu où se trouvaient les disciples étaient verrouillées par crainte des Juifs, Jésus vint, et il était là au milieu d’eux. Il leur dit : « La paix soit avec vous ! » Après cette parole, il leur montra ses mains et son côté. Les disciples furent remplis de joie en voyant le Seigneur. Jésus leur dit de nouveau : « La paix soit avec vous ! De même que le Père m’a envoyé, moi aussi, je vous envoie. » Ayant ainsi parlé, il souffla sur eux et il leur dit : « Recevez l’Esprit Saint. À qui vous remettrez ses péchés, ils seront remis ; à qui vous maintiendrez ses péchés, ils seront maintenus. »
    Or, l’un des Douze, Thomas, appelé Didyme (c’est-à-dire Jumeau), n’était pas avec eux quand Jésus était venu. Les autres disciples lui disaient : « Nous avons vu le Seigneur ! » Mais il leur déclara : « Si je ne vois pas dans ses mains la marque des clous, si je ne mets pas mon doigt dans la marque des clous, si je ne mets pas la main dans son côté, non, je ne croirai pas ! »
    Huit jours plus tard, les disciples se trouvaient de nouveau dans la maison, et Thomas était avec eux. Jésus vient, alors que les portes étaient verrouillées, et il était là au milieu d’eux. Il dit : « La paix soit avec vous ! » Puis il dit à Thomas : « Avance ton doigt ici, et vois mes mains ; avance ta main, et mets-la dans mon côté : cesse d’être incrédule, sois croyant. » Alors Thomas lui dit : « Mon Seigneur et mon Dieu ! » Jésus lui dit : « Parce que tu m’as vu, tu crois. Heureux ceux qui croient sans avoir vu. »
    Il y a encore beaucoup d’autres signes que Jésus a faits en présence des disciples et qui ne sont pas écrits dans ce livre. Mais ceux-là ont été écrits pour que vous croyiez que Jésus est le Christ, le Fils de Dieu, et pour qu’en croyant, vous ayez la vie en son nom.

     

     

    Mes Amis, Jésus allait prier son Père la nuit. Nicodème

    venait retrouver Jésus de nuit. L'arrestation de

    Jésus se passa la nuit. La nuit a un certain mystère...

    On n'a pas la lumière comme en plein jour...et pourtant,

    c'est dans le silence de tout, que Dieu peut nous parler.

    Combien de fois dans le silence de la nuit, au

    milieu des ténèbres et des combats, Dieu m'a donné

    sa paix et sa force. Aussi, au milieu de la maladie,

    beaucoup des malades trouvent une lumière qui

    leur donne sens à leur vie. Je sais de quoi je parle.

    Dieu s'est fait le Verbe, LA PAROLE, et combien

    cette PAROLE nous pénétre dans le silence.

    La foi ce n'est pas une bibliothèque des mots...Ah que non!

    C'est une rencontre, un regard, un coeur à coeur. 

    Car si le coeur à coeur ne se fait pas, inutile la

    connaissance et le reste.

    Et malgré tout ceci, l'apôtre Thomas, va nous enseigner

    combien tout en étant si prés de Jésus, il a douté.

    Le doute n'est pas une trahison, mais une recherche.

    J'ai trouvé quelques paroles du cardinal Balbarin que

    j'Aime beaucoup. 

     

    + 

    Au soir de Pâques...

    Au soir de Pâques donc, « Thomas, l’un des Douze, n’était pas avec eux lorsque Jésus vint », dit l’Évangile (Jn 20, 24). Pourquoi donc était-il absent ? Pourquoi n’était-il pas avec ses frères pour accueillir Jésus ressuscité, et l’entendre dire par deux fois : « La paix soit avec vous » (vv. 19 et 21) ? La réponse peut se déduire de l’Evangile lui-même qui explique : « Les disciples avaient verrouillé les portes du lieu où ils étaient car ils avaient peur des Juifs » (v. 19).

    S’il n’est pas là, c’est qu’il n’a pas peur et qu’il ne veut pas rester enfermé avec les autres, paralysés, semble-t-il, par la violence de cette ville qui vient de faire mourir Jésus, et meurtris par leur propre lâcheté au moment de la Passion. Peut-être est-il sorti dans Jérusalem - enfin un Apôtre courageux !-, convaincu que les gens n’ont pas pu effacer le souvenir de celui qu’ils avaient acclamé peu de jours auparavant comme le Roi Messie (12, 12-16).

    Combien de fois ai-je entendu des chrétiens invoquer saint Thomas pour excuser leur paresse spirituelle ou leur peu d’ardeur à croire et à combattre les doutes ! « Vous savez, mon Père, moi, je suis comme saint Thomas ! Tant que je n’ai pas de preuves, je n’arrive pas à croire. » J’ai envie de prendre ces personnes au mot et de leur dire : « Vous êtes comme saint Thomas ? Eh bien, venez, regardons ensemble dans l’Evangile qui il est, en vérité, ce saint Thomas derrière lequel vous vous cachez, sans vouloir le connaître vraiment. Ayez le même amour du Christ, la même fougue, la même audace que lui, et toute l’Eglise se réveillera ! » Ne nous servons pas de lui pour justifier notre médiocrité. Vivons nos souffrances et nos obscurités comme nous le pouvons, pauvrement, mais certainement pas en maltraitant ainsi saint Thomas.

     

     

    ...Mais alors, si nous avons tous besoin de voir pour croire, pourquoi Jésus déclare-t-il heureux ceux qui croient sans voir ? Il dit cela, probablement, pour le jour où surviendra un malheur dans notre vie ou notre famille, le jour où nous serons en proie à un grand désarroi intérieur, ou guettés par le désespoir. Jésus pense au jour où, toi, tu souffriras et où tout d’un coup, ta foi deviendra trouble et douloureuse. Il te dit : « Même dans ces jours-là, même quand tu seras dans la nuit, continue de croire. Heureux es-tu, si tu arrives à croire, même lorsque tu ne vois plus rien ». « Ne renie pas dans les ténèbres ce que tu as vu dans la lumière », comme dit Coventry Patmore.

    Nul d’entre nous n’est à l’abri de ces jours d’épreuve et d’obscurité, de la nuit de l’esprit ou du cœur, dans sa vie. Si nous avons beaucoup reçu, si notre foi a été fortifiée par d’autres, béni soit Dieu ! Gardons pourtant cette béatitude, pour que, aux jours d’obscurité, la lumière de Jésus ressuscité demeure au fond de notre cœur et que nous puissions connaître cette joie promise par Jésus : « Heureux ceux qui croient sans avoir vu. »

    Philippe card. Barbarin

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    TOUT EST DIT !!!

     

    Prions pour tous nos frères chrétiens qui meurent

    chaque jour. Merci de leur foi.

     

     

     

     

     

    MON SEIGNEUR

     

     

     

    ET MON DIEU

     

     

     

    MON SEIGNEUR ET MON DIEU

     

     

     

    « C'EST LE SEIGNEUR !!!Ce qui est né de la chair est chair »
    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    1
    Lundi 13 Avril 2015 à 10:08

    Bonjour Ana, très bel article sur le doute que certains ont sur le fait que Jésus est ressuscité et en son existence...Ne soyons pas comme Thomas, mettons toute notre confiance dans Jésus sans l'avoir vu..il est là près de nous à chaque heure du jour..

    Bon lundi, bons baisers chère petite amie...

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :