• Le service aux pauvres et aux déshérités

    Mère Térésa

     

    Les hindouistes s'en prennent à Mère Teresa

     

    « L’œuvre réalisée par Mère Teresa aurait pu être bonne, mais elle était menée dans un but précis : convertir au christianisme les personnes à qui elle venait en aide. » Tels sont les propos qu’a tenus Mohan Bhagwat, chef du Rashtriya Swayamsevak Sangh (RSS, Corps national des volontaires), le 23 février dernier au Rajasthan. Des propos mettant en cause la fondatrice des Missionnaires de la Charité et qui ont amené les responsables de l’Église catholique en Inde à réagir vivement.

    Le chef de l’organisation nationaliste hindoue s’exprimait à Bajhera, village situé près de Bharatpur, au Rajasthan, où l’ONG Apna Ghar (« Notre maison ») inaugurait deux centres, l’un pour enfants pauvres et l’autre pour femmes isolées. « La question n’est pas au sujet de la conversion, mais si celle-ci est obtenue au moyen du service offert, alors la valeur même de ce service est en cause, a affirmé le leader du RSS.Mais, ici [à Apna Ghar], le but poursuivi est purement et uniquement le service aux pauvres et aux déshérités. »

     

     

     

     Mes Amis faisant partie de cette famille des Missionnaires

    de la Charité fondé par Mère Teresa. Depuis 23 ans je fais

    partie des bénévoles. Je veux vous affirmer que Jamais

    ni Mère Teresa ni les Soeurs ni la branche de Frères ont

    eut aucun autre but, que d'accueillir les pauvres,sans

    distintion de religion ni de pays. Sans le désir de les 

    convertir mais en ayant un grand respect vis à vis de chaque 

    croyance. Permetant de les aider à se reinsérer dans la 

    societé. Aidant les personnes âgées a trouver une solution,

    pour mourir dignement dans une maison de retraite. Ne les

    abandonnant jusqu'à leur mort, en les visitant toujours.

     

    On a toujours vu dans la personne du pauvre celle

    du Christ.

    " Ce que vous ferez au plus petit de mes frères,

    c'est à moi que vous l'avez fait "

    Matthieu 25, 31-46

     

    La famille Missionnaires de la Charité ...

     

     

     

     «.... L'amour pour être vrai, doit être d'abord pour mon voisin. L’amour de mon voisin me conduira à l'amour vrai de Dieu. Et ce que nos sœurs et frères et nos coopérateurs à travers le monde essaient de faire c’est de mettre l'amour de Dieu en'action vivante . » (Mère Teresa)

     

    «Dieu est amoureux de nous et à travers nous continue d'allumer la lumière de l'amour dans le monde.»

    «Ne pensez pas que l'amour pour être authentique doit être extraordinaire. Ce qu'il nous faut, c'est aimer sans relache. Soyez fidèle dans les petites choses, car c'est en elles que réside votre force.»
    (Mère Teresa)

        

     

     

     

    Ce n’est pas Mère Teresa qui a pris l’initiative, Mère Teresa a décidé de se mettre au service des plus pauvres après avoir reçu de Dieu un appel à devenir son amour et sa compassion auprès des plus pauvres d’entre les pauvres. Elle a fondé les Missionnaires de la Charité pour mettre en application le passage suivant de l’évangile :

    J’avais faim, et vous m’avez donné à manger;
    J’avais soif, et vous m’avez donné à boire;
    J’étais un étranger, et vous m’avez accueilli;
    J’étais nu, et vous m’avez habillé;
    J’étais malade, et vous m’avez visité;
    J’étais en prison, et vous êtes venus jusqu'à moi …
    Amen, je vous le dis, chaque fois que vous l’avez fait à l’un de ces petits qui sont mes frères, c’est
    A MOI QUE VOUS L’AVEZ FAIT.

    (Mt 25: 36-40)

    «Nous ne sommes pas des travailleurs sociaux, mais des contemplatifs, nos vies sont fondées sur la prière.»

    Les plus pauvres d’entre les pauvres sont ceux qui n’ont pas de maison, de nourriture ou d’habits ; ceux qui sont seuls et dont personne ne recherche la compagnie; ceux que personne n’aime et dont personne ne s’occupe ; ceux qui ne reconnaissent pas le besoin qu’ils ont de Dieu, quelque soit leur origine ou leur nationalité. Selon les mots de Mère Teresa, ils sont ceux qui sont : Seuls et démunis – pas seulement de nourriture, mais aussi de la parole de Dieu. Assoiffés et ignorants – pas seulement d’eau mais aussi de connaissance, de paix, de vérité, de justice et d’amour. Dénudés et mal aimés – pas seulement d’habits, mais aussi de dignité humaine. Reclus, enfant dans le ventre de sa mère, discriminés, sans abris et laissés pour compte – pas seulement de logement fait de briques, mais aussi d’un cœur qui comprend, qui protège, qui aime. Malades, mourants et emprisonnés – pas seulement dans leur corps, mais aussi dans leur âme et leur esprit. Ceux qui ont perdu l’espoir et la foi en la vie : les alcooliques et les drogués. Ceux qui ont perdu leur foi en Dieu – qui pensent que Dieu n’est plus et n’ont plus d’espoir dans le pouvoir de l’Esprit.

     

     

     

    Ma famille de frères de Paris

     

    Les frères ne portent pas d’habits distinctifs, mais des vêtements ordinaires avec un crucifix sur notre cœur en signe de notre profession.

     

    En tant que frères, nous professons quatre vœux.

    Par la pauvreté, nous proclamons et témoignons que nous voulons aimer Dieu par-dessus tout et L’avoir comme seule richesse et seule sécurité.

    Par la chasteté, nous proclamons que nous voulons L’aimer plus que toute personne en cherchant à porter du fruit à travers notre engagement dans un célibat d’amour.

    Par l’obéissance, nous proclamons notre désir d’aimer Dieu plus que notre propre volonté en nous dépassant en Lui qui est notre liberté et notre destinée.

    Notre quatrième vœu, « le service gratuit et de tout notre cœur des plus pauvres parmi les pauvres », nous lie au Christ dans Sa propre mission.

     

     

     

     

    «Je ne sais pas exactement comment sera le ciel, mais je sais que quand nous mourons et que viendra le temps pour Dieu de nous juger, il ne demandera pas,«Combien de bonnes choses vous avez faites dans votre vie? » Il demandera plutôt, « Quelle intensité d’amour avez-vous mis dans ce que vous avez fait? »» (Mère Teresa)

     

     

     

     

    Le 10 septembre 1946, Mère Teresa a reçu ce qu'elle appelle un « appel dans un appel.» Bien que déjà une sœur religieuse, elle se sentit un appel profond de Dieu à se mettre totalement au service des plus pauvres des pauvres. Avec une totale confiance en la providence divine, elle a reçu la permission de commencer les Missionnaires de la Charité.

     

     Merci Claude 

    De tout temps il y a eu des gens qui ont vu le mal là ou était le bien, ne dit on pas que le fils de dieu fut mis en croix pour reconnaissance de ce qu'il avait fait, et même parmi les miraculés, pas une seule voix n'a crié Barabas

    amicalement

    Claude

     

     

     

    GOD BLESS YOU

     

     

     

    Le service aux pauvres et aux déshérités

     

    « SI QUELQU'UN INSULTE SON FRERE...ME VOICI !!! »
    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    1
    Dimanche 1er Mars 2015 à 09:00

    Bonjour Ana, j'ai toujours été admirative de mère Térésa pour le bien qu'elle a fait aux malheureux et je ne comprends pas que l'on puisse émettre de mauvaises intentions à son égard...Elle ne faisait que soulager les misères et ne pensait pas à les faire changer de religion..

    Bonne journée Ana, gros bisous

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :