• LE SENS DE LA PRIERE ET LE JEÛNE

     

    Texte de l'Évangile (Mc 9,14-29)

    En rejoignant les autres disciples, ils virent une grande foule qui les entourait, et des scribes qui discutaient avec eux. Aussitôt qu'elle vit Jésus, toute la foule fut stupéfaite, et les gens accouraient pour le saluer. Il leur demanda: «De quoi discutez-vous avec eux?». Un homme dans la foule lui répondit: «Maître, je t'ai amené mon fils, il est possédé par un esprit qui le rend muet; cet esprit s'empare de lui n'importe où, il le jette par terre, l'enfant écume, grince des dents et devient tout raide. J'ai demandé à tes disciples d'expulser cet esprit, mais ils n'ont pas réussi». 


    Jésus leur dit: «Génération incroyante, combien de temps devrai-je rester auprès de vous? Combien de temps devrai-je vous supporter? Amenez-le auprès de moi». On l'amena auprès de lui. Dès qu'il vit Jésus, l'esprit secoua violemment l'enfant; celui-ci tomba, il se roulait par terre en écumant. Jésus interrogea le père: «Combien y a-t-il de temps que cela lui arrive?». Il répondit: «Depuis sa petite enfance. Et souvent il l'a même jeté dans le feu ou dans l'eau pour le faire périr. Mais si tu y peux quelque chose, viens à notre secours, par pitié pour nous!». Jésus reprit: «Pourquoi dire: ‘Si tu peux’? Tout est possible en faveur de celui qui croit». Aussitôt le père de l'enfant s'écria: «Je crois! Viens au secours de mon incroyance!». 

    Jésus, voyant que la foule s'attroupait, interpella vivement l'esprit mauvais: «Esprit qui rends muet et sourd, je te l'ordonne, sors de cet enfant et n'y rentre plus jamais!». L'esprit poussa des cris, secoua violemment l'enfant et sortit. L'enfant devint comme un cadavre, de sorte que tout le monde disait: «Il est mort». Mais Jésus, lui saisissant la main, le releva, et il se mit debout. Quand Jésus fut rentré à la maison, seul avec ses disciples, ils l'interrogeaient en particulier: «Pourquoi est-ce que nous, nous n'avons pas pu l'expulser?». Jésus leur répondit: «Rien ne peut faire sortir cette espèce-là, sauf la prière».

     

     

    Je crois! Viens au secours de mon incroyance!

    Aujourd'hui, nous contemplons —encore!— le Seigneur sollicité par les gens («ils accouraient pour le saluer») et, en même temps, plein de sollicitude à leur égard. Dès qu'il sent qu'il se passe quelque chose, il s'y intéresse.

    L'un des personnages intervient. C'est le père d'un garçon possédé par un esprit mauvais. «Maître, je t'ai amené mon fils, il est possédé par un esprit qui le rend muet; cet esprit s'empare de lui n'importe où, il le jette par terre, l'enfant écume, grince des dents et devient tout raide» (Mc 9,17-18).

    Qu'il est terrible le mal que parvient à faire le Diable, cette créature dépourvue de toute charité! —Seigneur, il nous faut prier: «Délivre nous du mal»! Comment peut-il y avoir de nos jours des voix qui disent que le Diable n'existe pas, ou des gens qui lui rendent une sorte de culte! C'est absurde! Voici la leçon à tirer de tout cela: il ne faut pas jouer avec le feu.

    «J'ai demandé à tes disciples d'expulser cet esprit, mais ils n'ont pas réussi» (Mc 9,18). Jésus est triste quand il entend ces mots. Attristé, surtout, par le manque de foi…. Et la foi leur manque parce qu'ils doivent prier davantage: «Rien ne peut faire sortir cette espèce-là, sauf la prière» (Mc 9,29).

    La prière est un dialogue intime avec Dieu. Jean-Paul II a dit que «la prière implique toujours d'aller se cacher avec le Christ en Dieu. Ce n'est qu’en semblable intimité qu'agit le Saint-Esprit». Dans cette cachette intime, l'on pratique cette amicale fréquentation de Jésus, qui accroît notre confiance en Lui, c'est-à-dire notre foi.

    Mais cette foi, qui remue les montagnes et expulse les esprits mauvais («Tout est possible en faveur de celui qui croit»), est surtout un don de Dieu. Notre oraison, en tout cas, nous met en disposition de recevoir ce don. Mais nous devons l'implorer: «Je crois! Viens au secours de mon incroyance!» (Mc 9,24). Le Christ, Lui, ne se fera pas prier! 

     

    ****************

    Juste je veux ajouter que pour certains cas,

    la prière accompagné du jeûne, a une grande force.

     

    Pourquoi jeûner ?

    L’Eglise nous invite à jeûner à l’imitation de Jésus dans le désert. C’est un moyen offert pour renouer notre amitié avec le Seigneur. On ne jeûne pas pour se faire voir et approuver ou encore pour se faire mal. Comme tout moyen spirituel, le jeûne a pour but d’aimer davantage Dieu et son prochain.

    En acceptant un manque, on se découvre dépendant : de Dieu et de sa Parole d’abord, mais aussi des autres.

    Décider de jeûner est une décision d’amour

     Alors notre Ennemi est affaibli, il est désarmé. C’est ainsi que notre jeûne ne sera pas une vaine mortification mais une œuvre spirituelle de réparation et de supplication. En union avec le Christ, il nous permet de remporter bien des victoires. 

     

     

     

     

     

    QUE DIOS OS BENDIGA

     

     

    « TROUVER DANS MA VIE TA PRESENCEPAS DE GUERRES DE RELIGION ! »
    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    9
    Mardi 25 Février 2014 à 14:59

     Oh et bien moi je mets mon image pour enfant pas très sage... Le jeûne... J'en ai parlé à une nutritionniste...

    DANGEREUX m'a -t-il été répondu.  Les reins travaillent mal et la déshydratation est à craindre. Mon Dieu moi je crois en toi, j'ai foi en toi ... Ma foi je la vis au jour le jour... Mon premier commandement: Faire le moins de mal à quiconque. Ne pas médire... Enfin faire de son mieux. Dieu, ne demande pas que nous fassions l'impossible son fils JESUS l'a fait pour nous.

    Moi je suis la mécréante qui fait les choses biens sans les dire et c'est tellement mieux ainsi que de le clamer !

    Bisous ma nani.

    Mam.

     

    8
    Mardi 25 Février 2014 à 10:19

    Le problème c'est qu'aujourd'hui, dans notre société laïque, la foi est mis aux oubliettes... et lés démons se régalent car ils ne sont pas délogés.

    Je commence à avoir de l'âge... et je me souviens d'un temps où lorsqu'une personne possédée entrait dans un lieu de culte, le démon se manifestait. On pouvait ainsi, dans le nom de Jésus-Christ, le lier et le chasser afin la personne soit déliée, libérée de cette terrible chaîne !

    Jésus a dit quelque chose qui doit nous faire réfléchir : 

    Luc 18:8  Quand le Fils de l’homme viendra, trouvera-t-il la foi sur la terre ?

    Jésus va bientôt revenir chercher son Eglise pour lui épargner les jugements décrits dans l'Apocalypse et qui vont atteindre une génération rebelle et impénitente. Témoignons avec force de l'amour de Dieu et du salut gratuit offert en Jésus-Christ à tous ceux qui se repentent de leurs péchés.

    Bonne journée chère Ana et grosses bises à toi

     

    7
    Lundi 24 Février 2014 à 20:20

    Pour ceux qui n'ont pas compris mon article

    Tous les démons ne se ressemblent pas. Certains sont plus puissants et plus rebelles que d'autres, plus difficiles à déloger. Pour les chasser, il faut une foi triomphante qui ne doute pas d'elle-même et surtout pas du Christ. Le démon qui possédait cet enfant avait défié les disciples. Plutôt que de

    s'avouer vaincus, ils auraient dû recourir à la prière, compter sur Jésus, tabler sur sa force et sur sa promesse. Matthieu ajoute à la prière le jeûne qui, bien pratiqué, est un support à la prière et la rend plus intense.

     

    Le jeûne en soi même n'a aucune valeur sans la prière et le but la CHARITE

     

     

    6
    Lundi 24 Février 2014 à 20:14

    bonjour ana
    je m'excuse de te mettre un com plus tôt
    le jeune complet je ne peux le faire
    bien aimé ton article du jour
    j'espère que tu souffres moins maintenant et j'ai bien prié pour toii
    De fortes gelées matinales avec un peu de soleil ,c’est mieux que la pluie
    Je te souhaite de passer un  bon début de semaine et une douce soirée
    je t'embrasse

    5
    Lundi 24 Février 2014 à 19:25

    je rejoins Jonathan sur son analyse du jeûne .

    pour ce qui me  concerne je n'ai jamais su !

    "le sacrifice qui plait à Dieu c'est une esprit brisé"

    alors osons rester humble en se reconnaissant pécheur

    Jésus jeûnait ?

    certes oui puisque la parole nous le dit

    mais notre jeûne ne serait-il pas un ménage complet à faire au sein de notre être?

    nous débarrasser de tout ce qui empêche l'Esprit de passer?

    se priver de ce que l'on aime par-dessus tout pour accueillir Jésus n'est-ce pas une forme de jeûne ?

    se priver de nourriture pour quelqu'un qui ne mange pas beaucoup est-ce un sacrifice qui plait à Dieu ?

    n'oublions pas que nous n'avons de sacrifice à recevoir que celui de Jésus sur la croix

    la seule offrande qui agrée le Père est notre amour

    pour Lui mais aussi pour les autres

    Jésus est le seul et unique sacrifice par l'offrande de sa vie

    se priver de ce qui encombre notre vie à travers ce matérialisme que nous servons si bien afin que toute la place disponible soit réservée à Dieu n'est-ce pas un forme de jeûne ?

    remplacer les privations terrestres par l'amour n'est-ce pas plus important ?

    Dieu nous a créées pour l'amour en nous faisant amour

    car au soir de notre vie nous serons jugés sur l'amour uniquement

    Jésus nous dit bien que les amis de l'Epoux jeûneront lorsque l’Epoux leur sera enlevé

    alors lorsque nous sommes dans le péché nous nous sommes privés de la lumière de Dieu

    l'âme en souffre elle qui a contemplé la céleste lumière

    et l'Epoux divin ne peut rester là où il y a péché 

    alors la reconquête se fait à la croix là où l'âme reçoit la grâce du pardon.

    là où elle se confond avec Jésus en route vers le Père

    "Père entre tes mains je remets mon esprit"

    que Dieu te bénisse

    Daniel

     

    4
    Lundi 24 Février 2014 à 17:06

    Je te livre ma chère amie, quelques réflexions sur le sujet du jeûne.

    Le jeûne n'est pas la grève de la faim pour obtenir quelque chose de Dieu. Quand quelqu'un jeûne, c'est d'abord pour se livrer à la prière afin que son esprit soit en communion avec Dieu son Père. Jeûner, c'est se mettre dans des dispositions qui permettent à Dieu de nous parler, de nous éclairer, de se révéler à nous.

    Le jeûne sans la prière ne signifie rien ! De même quand on a terminé notre temps de prière, il ne sert à rien de continuer à jeûner. Jeûner et travailler c'est une ineptie ! Dieu ne nous demande pas cela.

    Bon, j'arrête là mon sermon... 

    J'espère que tu vas bien ? Gros bisous à toi.

    3
    Lundi 24 Février 2014 à 16:39

    Bonjour Nani,

    Que le Seigneur nous donne sa Lumière lorsque nous lisons sa Parole, demandons Lui d’augmenter en nous la Foi, de nous fortifier, et de nous libérer du péché.

    Les dix vierges
    Merci de ta visite Nani, tout doucement je retrouve l’envie de partager.
    À bientôt ton frère en Jésus Christ notre Seigneur.
    Gilbert.

    2
    Lundi 24 Février 2014 à 11:21

    .qu'il est douxde te lire..

     cela donne a reflexion..

     j'espere que tu vas mieux , et que tu souffres moins.. surtout sois prudente, ne force pas..

     bonne journee a toi petite Anna, je te fais de gros bisous  valy.

    1
    Lundi 24 Février 2014 à 10:37

    Bonjour Ana, ton article me plaît beaucoup... J'ai cherché une image spécialement pour toi... Gros bisous....

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :