• Le Royaume de Dieu est au-dedans de vous

     

     

     

    Que vous êtes Bon mon Dieu 

     

    Que vous êtes divinement bon, mon Dieu ! Si vous aviez appelé d'abord les riches, les pauvres n'auraient pas osé s'approcher de vous ; ils se seraient crus obligés de rester à l'écart à cause de leur pauvreté ; ils vous auraient regardé de loin, laissant les riches vous entourer. Mais vous avez appelé à vous tout le monde, tout le monde : les pauvres, puisque vous leur montrez par là, jusqu'à la fin des siècles, qu'ils sont les premiers appelés, les favoris, les privilégiés ; les riches, car d'une part, ils ne sont pas timides, de l'autre il dépend d'eux de devenir aussi pauvres que les bergers. En une minute, s'ils veulent, s'ils ont le désir d'être semblables à vous, s'ils craignent que leurs richesses les écartent de vous, ils peuvent devenir parfaitement pauvres.

     

          Que vous êtes bon ! Comme vous avez pris le bon moyen pour appeler d'un seul coup autour de vous tous vos enfants, sans aucune exception ! Et quel baume vous avez mis jusqu'à la fin des siècles au cœur des pauvres, des petits, des dédaignés du monde, en leur montrant dès votre naissance qu'ils sont vos privilégiés, vos favoris, les premiers appelés -- les toujours appelés autour de vous qui avez voulu être un des leurs et être dès votre berceau et toute votre vie entouré par eux.

    Bienheureux Charles de Foucauld (1858-1916), ermite et missionnaire au Sahara 

     

     

     

     

    Mes Amis, je voudrais vous partager quelque

    chose d'intime.

    C'est dans mes longues nuits de veilles, que j'ai fait la

    connaissance de Charles de Foucauld, devenu frère

    charles de Jésus.

     C'est à travers ces lectures, que Jésus devint pour moi

    non pas une religion mais une personne vivante.

    Je suis tombé amoureuse de Jésus. 

    Vous les couples savez bien ce que nous arrive.

    On a besoin de dire la bonne nouvelle, de se montrer

    avec la personne Aimé.

    Parfois on me demande de parler de moi. Comment

    parler de moi sans parler de Celui qui m'a donné

    le goût de vivre ? Celui qui fait partie de 

    mon être ?

    Alors, je vous donne ce que j'ai de plus important

    dans ma vie. 

     

     

     

    Différentes étapes de la vie de ce Amoureux de Jésus

     

    Frère Charles de Foucauld, toujours en chemin...

    ( 1858 - 1916 )

     


    Toujours plus loin...

    • Un jeune officier incroyant qui s'ennuie,
    • un riche héritier qui ne pense qu'à faire la fête,
    • un explorateur au Maroc,
    • un homme bouleversé soudain par la bonté de Dieu,
    • un moine en Syrie, puis un ermite à Nazareth,
    • un prêtre au Sahara, qui se veut « frère universel »,
    • et qui devient, concrètement, frère de quelques Touaregs...


    Tout au long de son itinéraire passionné,

    Charles de Foucauld nous mène de surprise en surprise !

    A chaque étape, Dieu ne le « laisse pas tranquille »...
    et le pousse irrésistiblement à aller toujours plus loin...

     


    Dieu marche à son pas

     

    Notre frère Charles est comme nous: loin d'être parfait!
    Il réagit avec son tempérament enclin aux extrêmes..
    Il a du mal à prendre de la distance avec les préjugés
    de son milieu, de sa nation, de son époque.


    Mais tout en lui est orienté vers Dieu, dans un total abandon.
    Et Dieu le rencontre là où il est, sur la route de son humanité.

     

     

    Charles avec ses camarades de classe. C'est lui qui est affalé...

     

     


    « Je m'éloignais de plus en plus de vous, mon Seigneur et ma vie, … et aussi ma vie commençait à être une mort...

    Et, dans cet état de mort, vous me conserviez encore... Vous me faisiez sentir une tristesse profonde, un vide douloureux, une tristesse que je n'ai jamais éprouvée qu'alors;...


    Elle me revenait chaque soir lorsque je me retrouvais seul dans mon appartement... elle me tenait muet et accablé pendant ce que l'on appelle les fêtes...

    Vous me donniez cette inquiétude vague d'une conscience mauvaise qui, tout endormie qu'elle est, n'est pas tout à fait morte. Je n'ai jamais senti cette tristesse, ce malaise, cette inquiétude qu'alors.

    Mon Dieu, c'était un don de vous... Comme j'étais loin de m'en douter!... Que vous êtes bon! Comme vous m'avez gardé! Comme vous me couviez sous vos ailes lorsque je ne croyais même pas à votre existence ! »

     

    cabane de Charles à Nazareth

     

    Charles, désire être pauvre, pour être pauvre, comme Jésus: c'est un besoin d'amour.

     


    « Mon Dieu, je ne sais s'il est possible à certaines âmes de vous voir pauvre et de rester volontiers riches, de se voir tellement plus grandes que leur maître, que leur Bien-Aimé, de ne pas vouloir vous ressembler en tout, autant qu'il dépend d'elles, et surtout en vos abaissements; je veux bien qu'elles vous aiment, mon Dieu en tout cas, moi, je ne puis concevoir l'amour sans un besoin, un besoin impérieux de conformité, de ressemblance et surtout de partage de toutes les peines, de toutes les difficultés, de toutes les duretés de la vie...

     

    Etre riche, à mon aise, vivre doucement de mes biens, quand vous avez été pauvre, gêné, vivant péniblement d'un dur labeur: pour moi, je ne le puis, mon Dieu... Je ne puis aimer ainsi...

     

    « Il ne convient pas que le serviteur soit plus grand que le maître. »

     

     

    poignée de mains...

    Frère Charles et un saharien, en 1904

     

     

    Chapelle de Charles de Foucauld, de nos jours, à Béni Abbès

     Chapelle de Charles de Foucauld,
    de nos jours, à Béni Abbès:
    au fond, le Sacré-Coeur,
    d'après l'orignal dessiné par Charles

     

     


    (St Luc, 23,46):

    « Mon Père, je remets mon esprit entre Vos mains »...


    C'est la dernière prière de notre Maître, de notre Bien-Aimé...
    Puisse-t-elle être la nôtre: …
    Et qu'elle soit non seulement celle de notre dernier instant, mais celle de tous nos instants:

     

    (St Luc, 23,46):

    « Mon Père, je remets mon esprit entre Vos mains »...


    C'est la dernière prière de notre Maître, de notre Bien-Aimé...
    Puisse-t-elle être la nôtre: …
    Et qu'elle soit non seulement celle de notre dernier instant, mais celle de tous nos instants:

     

     

    « Mon Père,

    je m’abandonne à vous,

    faites de moi ce qu’il vous plaira.

    Quoi que vous fassiez de moi, je vous remercie.

    Je suis prêt à tout, j’accepte tout,

    pourvu que votre volonté se fasse en moi,

    en toutes vos créatures.

    Je ne désire rien d’autre, mon Dieu.

    Je remets mon âme entre vos mains.

    Je vous la donne, mon Dieu, avec tout l’amour de mon coeur.

    Parce que je vous aime,

    Et que ce m’est un besoin d’amour de me donner,

    de me remettre entre vos mains, sans mesure,

    avec une infinie confiance,

    car vous êtes mon Père. »

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    BIEN-AIME JESUS

     

     

     

     

     

     Le Royaume de Dieu est au-dedans de vous

    « FÊTE DE SAINT JOSEPH EPOUX DE LA VIERGE MARIE MON SEIGNEUR VIENS A MON AIDE »
    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    4
    Dimanche 22 Mars 2015 à 09:09

    Bonjour Ana, que cette journée ne t'apporte que du bonheur...

    Gros bisous chère petite amie...

    3
    Samedi 21 Mars 2015 à 17:36

    Bonjour ana
    merci pour la découverte de toi
    le père e Foucault était un grand humaniste
    Le temps sera mitigé ,couvert  et pluvieux ce week-end
    Je te souhaite de passer un bon week-end
    je t'embrasse très fort

    2
    Samedi 21 Mars 2015 à 13:06

    Et comme tu as raison Nani de parler de ce qui fait ta joie! Bisous pour toi! Anne.

    1
    Samedi 21 Mars 2015 à 09:41

    Bonjour Ana, ton article m'a beaucoup plu et surtout la dernière prière. Charles de Foucault était un grand homme...

    Bonne journée chère petite amie.. Gros bisous

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :