• LE FILS PRODIGUE, JALOUSIE DU FRERE

    Evangile de l'enfant prodigue video

     

    La peinture de Rembrandt est bien connue : le vieux père penché vers le fils prodigue, en haillons et crotté, à genoux devant lui, pose ses mains sur ses épaules, la droite féminine et la gauche masculine, signes de la plénitude de la miséricorde divine.

     

     

    "Cet homme fait bon accueil aux pécheurs, et il mange avec eux. Dans les évangiles, c’est le reproche fait ordinairement à Jésus. Nous le voudrions dans un monde parfait, idéal. Mais s’il est vrai que c’est d’abord par amour que Dieu a ainsi pris rang parmi nous, c’est aussi parce que notre humanité avait besoin de sa grande miséricorde."

     

     

    La parabole de ce jour nous montre deux attitudes spirituelles, trois même avec celle du père… Après les paraboles de la brebis et de la pièce d’argent retrouvées, elle nous donne une multitude de détails. Même si ce n’est pas une histoire vraie, elle ne nous apporte pas moins un enseignement essentiel pour éclairer toute l’aventure de l’existence humaine.

     

    L’errance du plus jeune des deux fils illustre le côté obscur de l’aventure humaine, celle de l’enfant prodigue. Il réclame son héritage et le dilapide. C’est bien la parabole de toute notre vie. Dieu nous donne tout. L’existence est par elle-même un héritage extraordinaire : qu’en faisons-nous ? Nous allons jusqu’au bout de nous-mêmes. Nous dilapidons : l’argent, la fête, les filles… Puis nous nous retrouvons dans la misère, la solitude... N’est-ce pas toute l’histoire de l’humanité avec sa lumière et ses ombres à travers les siècles, ou celle d’un versant de l'humanite ?

     

      

     

     

    Au bout de son périple, le prodigue explicite une contrition imparfaite. Alors il réfléchit : Il aurait bien voulu se remplir le ventre avec les gousses que mangeaient les porcs, mais personne ne lui donnait rien. Tant d’ouvriers chez mon père ont du pain en abondance, et moi, ici je meurs de faim ! Je vais retourner chez mon père… Dans son malheur, le fils se souvient des temps heureux avec son père dans la maison familiale. Et monte finalement en son cœur la contrition parfaite, tout aussi sincère : Père, j’ai péché contre le ciel et contre toi. Je ne mérite plus d’être appelé ton fils.

     

     

    L’attitude du père est alors extraordinaire : sans relâche, il guette ce moment des retrouvailles avec son fils perdu. Le père ne peut pas s’en passer ; inlassablement il  attend son retour. Il reste sur le pas de sa porte et scrute l’horizon. Ce fils perdu ne peut pas ne pas réapparaître : infinie et surabondante miséricorde ! Le père ne fait alors aucun reproche à son fils. Il l’accueille avec tendresse et affection. Il prend le meilleur de sa maison pour la fête en l’honneur de son fils retrouvé.

     

     

    Le fils aîné rentre des champs, comme tous les soirs. Mais quelque chose est différent :il entendit la musique et les chants… Un domestique lui explique : … c’est ton frère qui est de retour… L’aîné se met en colère et s’adresse à son père : Il y a si longtemps que je suis à ton service sans avoir jamais désobéi à tes ordres… Assurément, il n’a jamais enfreint les habitudes de la maison. Mais n’est-ce que cela le rôle d’un fils ? Et le père de lui dire : Toi mon enfant, tu es toujours avec moi, et tout ce qui est à moi est à toi. Dans un premier mouvement, cette réponse du père à son fils ingrat pourrait sembler comme un reproche et nous donner de lui une image erronée.

     

    Mes Amis

    Depuis Adam jusqu'à nos jours , l'homme a décidé de tout

    décider ! Dieu a respecté et continue de respecter ce choix.

    ( N'est-Il pas Fidèle ? ) Il nous a donc confié la planète

    avec tout ce qu'elle contient , création presque parfaite qu'il

    nous incombe de gérer ... En sommes-nous capables ? La

    réponse est certainement dans la parabole et si nous n'en

    sommes pas convaincus , penchons nous sur l'histoire de l'île

    de Pâques qui est un abrégé de notre destinée . Comme dans

    la parabole , le Père , parce qu'Il est Amour ne s'ingérera

    pas dans notre vie. Comme dans la parabole , "tout nous est

    permis dans le bien comme dans le  mal ..."

    Jusqu'à la fin du monde , Il n'interviendra pas . Il est Amour . 

    C'est ce que je crois , même si c'est dur à entendre et

    difficile à admettre . En fait, c'est impossible à comprendre

    si on n'a jamais fait l'expérience du véritable Amour.

     

    -------------------------------------

    EN IMAGES - Des antiquités et trésors d'Irak, d'Afghanistan, de Syrie ou du Mali ont été détruits par différents groupes djihadistes (Daech, talibans...) sous prétexte qu'ils seraient des hérésies et des symboles de l'idolâtrie

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    EN IMAGES - Des antiquités et trésors d'Irak, d'Afghanistan, de Syrie ou du Mali ont été détruits par différents groupes djihadistes (Daech, talibans...) sous prétexte qu'ils seraient des hérésies et des symboles de l'idolâtrie.

     

     

    Voici ce que l'homme peut faire, loin de l'Amour et au nom

    d'un dieu terrible.

     

     

     

     

     

     

     

     

    GOD BLESS YOU

     

     

     

     

    LE FILS PRODIGUE, JALOUSIE DU FRERE

     

    « L'Amour du Bien-Aimé envers sa Bien-AiméeJESUS ET LA SAMARITAINE (Jean 4. 1-42) »
    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

    Tags Tags : , , , , ,
  • Commentaires

    1
    Dimanche 8 Mars 2015 à 09:47

    Bonjour Ana, ce hommes qui détruisent les trésors de l'Antiquité ne savent pas ce qu'ils font se sont des barbares... J'aime beaucoup l'histoire de l'enfant prodigue...

    Bon dimanche chère petite amie, profite de la douceur de cette journée... Gros bisous

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :