• LA PUISSANCE DE LA PRIERE

     

    Deuxième lettre de saint Paul Apôtre aux Corinthiens 4,7-15.

    Frères, nous, les Apôtres, nous ressemblons à des gens qui portent un trésor dans des poteries sans valeur ; ainsi, on voit bien que cette puissance extraordinaire ne vient pas de nous, mais de Dieu

    À tout moment, nous subissons l'épreuve, mais nous ne sommes pas écrasés ; nous sommes désorientés, mais non pas désemparés ;
    nous sommes pourchassés, mais non pas abandonnés ; terrassés, mais non pas anéantis.
    Partout et toujours, nous subissons dans notre corps la mort de Jésus, afin que la vie de Jésus, elle aussi, soit manifestée dans notre corps.
    En effet, nous, les vivants, nous sommes continuellement livrés à la mort à cause de Jésus, afin que la vie de Jésus, elle aussi, soit manifestée dans notre existence mortelle.
    Ainsi la mort fait son œuvre en nous, et la vie en vous.
    L'Écriture dit : J'ai cru, c'est pourquoi j'ai parlé. Et nous, les Apôtres, animés de cette même foi, nous croyons, nous aussi, et c'est pourquoi nous parlons.
    Car, nous le savons, celui qui a ressuscité le Seigneur Jésus nous ressuscitera, nous aussi, avec Jésus, et il nous placera près de lui avec vous.
    Et tout ce qui nous arrive, c'est pour vous, afin que la grâce plus abondante, en vous rendant plus nombreux, fasse monter une immense action de grâce pour la gloire de Dieu.

     

     

    SEIGNEUR

    À tout moment, nous subissons l'épreuve, mais nous ne sommes pas écrasés ; nous sommes désorientés, mais non pas désemparés ;
    nous sommes pourchassés, mais non pas abandonnés ; terrassés, mais non pas anéantis.
    Partout et toujours, nous subissons dans notre corps la mort de Jésus, afin que la vie de Jésus, elle aussi, soit manifestée dans notre corps.

     

     

     

     

     

    En effet, nous, les vivants, nous sommes continuellement livrés à la mort à cause de Jésus, afin que la vie de Jésus, elle aussi, soit manifestée dans notre existence mortelle.

     

     

     

     

    nous ressemblons à des gens qui portent un trésor dans des poteries sans valeur ; ainsi, on voit bien que cette puissance extraordinaire ne vient pas de nous, mais de Dieu.

     

     

    abandonnés ; terrassés, mais non pas anéantis.
    Partout et toujours, nous subissons dans notre corps la mort de Jésus, afin que la vie de Jésus, elle aussi, soit manifestée dans notre corps.

     

     

    C'est  moi ta force !

     

     

    paul-de-la-croix. Que signifie le mot mystique ? La mystique ou la vie mystique est l'expérience personnelle et directe de Dieu.

     

     

     

     

     

    L'Écriture dit : J'ai cru, c'est pourquoi j'ai parlé. Et nous, les Apôtres, animés de cette même foi, nous croyons, nous aussi, et c'est pourquoi nous parlons.

     

    Pourquoi les hommes de Dieu vous surchargent avec leurs pensées charnelles ? Reprenez-vous vite et revenez à la Doctrine des Apôtres.

     

     

     

    GARDER LA PAROLE DE DIEU

     

     

    Les principaux devoirs du chrétien consistent en ces deux choses : souffrir avec patience, et mortifier le péché-(mettre a mort le péché) . 1 1 - L'Apôtre Pierre chap 4

     

    Notre Dame du Mont Carmel

     

     

     

     

    La prière d'un âne

    Seigneur, je ne suis qu'un âne.

    Depuis tant et tant d'années que l'on me dit stupide, paresseux et têtu,
    je finis par croire qu'il doit en être ainsi,
    que je suis ce raté, dernier des animaux, Aliboron de cirque,
    juste digne d'un bât, et parfois d'un chardon.
    mais souvent, Seigneur, je suis triste et bien fatigué,
    de cette charge d'indifférence et de mépris,
    que jamais je ne peux ni déposer, ni oublier.
    On m'a tant frappé,
    que mon dos est marqué de deux raies en forme de croix.
    On s'est tant moqué de moi,que j'en ai honte et baisse la tête en ne disant plus rien.

     

     

    Aujourd'hui pourtant, en trottinant dans la poussière du chemin,
    je me souviens... ...
    Je me souviens de cette nuit froide de Judée,
    quand je fus choisi,
    avec un boeuf aussi misérable que moi,
    pour réchauffer de mon haleine,
    un Enfant-Dieu !

     

     

    Jamais, jusqu'à ce soir-là, personne ne m'avait, comme Lui, regardé et souri.
    Je me souviens de la longue traversée du désert,
    vers le pays d'Egypte,
    lorsqu'il fallait trotter vite pour sauver de la mort
    celui qui venait apporter la Vie au monde.
    Jamais, jusqu'à ce jour-là, je n'avais porté fardeau plus doux et plus léger.
    Je me souviens d'une entrée triomphale à Jérusalem,
    au milieu d'une foule en délire qui chantait des "Hosannah",
    et qui pleurait d'espérance et de joie.
    Jamais, jusqu'à cette heure-là, je n'avais osé croire au jour de fête,
    quand tout paraît si facile et si beau.

     

     

    Aujourd'hui, en trottinant dans la poussière du chemin,
    je me souviens et je rêve... ...
    Je rêve q'un jour, peut-être,
    je m'en irai par les chemins étoilés de Tes prairies éternelles,
    qui sentent bon le thym et le romarin.
    A une croisée fleurie, Francis Jammes sera là,
    avec son bon sourire et sa douce amitié.
    Avec confiance, je le suivrai timidement,
    sur le sentier de gloire qui monte vers Ton Ciel.
    J'arriverai chez Toi, tout ému et tremblant,
    et te dirai doucement :
    Seigneur, je m'appelle Martin,
    je n'ai rien d'important, ni de beau, ni de grand à T'offrir,
    rien qu'une pauvre vie,
    toute faite de patience et d'humiliations.
    Mais si Tu veux bien de moi dans Ton Paradis,
    fais que je reste, tout simplement, un âne,
    un peu moins stupide,
    pour comprendre la grandeur de Ta gloire et l'infini de Ta bonté,
    un peu moins têtu,
    pour ne plus faire que Ta seule volonté,
    un peu moins paresseux,
    pour chanter Ta louange éternellement !
    Amen.

     Robert Dartevelle

     

     

    GOD BLESS YOU

    « TOUJOURS LE SILENCE DU GOUVERNEMENT FRANCAIS«N'aie pas peur, petit troupeau» ( depuis Mossoul) »
    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    2
    Vendredi 25 Juillet 2014 à 10:56

    Je remarque ce que tu as écrit :

    Pourquoi les hommes de Dieu vous surchargent avec leurs pensées charnelles ? Reprenez-vous vite et revenez à la Doctrine des Apôtres.

    Je dirais que les hommes de Dieu ne nous surchargent pas, ce sont seulement ceux qui prétendent servir Dieu et qui ne sont que des religieux pharisiens qui font cela ! Jésus en parlait ainsi :

     

    Matthieu 23:4 Ils lient des fardeaux pesants, et les mettent sur les épaules des hommes, mais ils ne veulent pas les remuer du doigt.

    Nous avons la Parole, nous pouvons la lire, nous en nourrir, c'est notre privilège mais aussi notre responsabilité devant le Seigneur.

    Il est écrit au sujet des chrétiens de Bérée :

    Actes 17:11 Ces Juifs avaient des sentiments plus nobles que ceux de Thessalonique ; ils reçurent la parole avec beaucoup d’empressement, et ils examinaient chaque jour les Ecritures, pour voir si ce qu’on leur disait était exact.

    Faisons comme eux, examinons ce qui nous est enseigné à la lumière des Ecritures, et ne nous laissons pas endoctriner par des religieux légalistes sans amour.

    Gros bisous à mon amie, ma chère soeur Ana

     

    1
    Vendredi 25 Juillet 2014 à 10:28

    Bonjour Ana, que de choses à lire dans ton article d'aujourd'hui, j'ai bien aimé la poésie de l'âne... Tu ne m'étonnes pas en disant que tu passes beaucoup de temps à faire un article car tu y mets beaucoup de choses... Les grillons chantent dans le jardin... Bonne journée, gros bisous

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :