• LA PETITE VOIE DE L'ENFANCE SPIRITUELLE

      

    Sainte Thérèse de l'Enfant Jésus, dernière en date parmi les 33 docteurs de l’Église catholique 

    Les saints, sont des personnes comme nous. Ils ont 

    eu de combats, des tentations, comme nous.

    Ils nous ont été donné en exemple pour nous aider.

    Je vous ai parlé d'elle déjà. De ce qui fut sa vie.

    Elle était la plus jeune des cinq soeurs Martin.

    Pauline, Marie, Leonie, Celine et Thérese.

    Sauf Leonie qui parti à La Visitation, toutes les

    quatre entrerons au Carmel de Lisieux.

    Thérèse entra à 15 ans avec une permission spéciale.

    Dans la photo elle à 8 ans. Elle resta au Carmel 9 ans et mourut à 24.

    Au Carmel il y a une régle du silence, et parfois, comme Thérèse, elle

    écrit des lettres à sa Mère Supérieure...


    La petite voie de l'enfance spirituelle :

    " Vous le savez, ma mère, j'ai toujours désiré d'être une sainte, mais hélas ! j'ai toujours constaté, lorsque je me suis comparée aux saints, qu'il y a entre eux et moi la même différence qu'entre une montagne dont le sommet se perd dans les cieux et le grain de sable obscur foulé aux pieds des passants ; au lieu de me décourager, je me suis dit : Le Bon Dieu ne saurait inspirer des désirs irréalisables, je puis donc malgré ma petitesse aspirer à la sainteté ; me grandir, c'est impossible, je dois me supporter telle que je suis avec toutes mes imperfections ; mais je veux chercher le moyen d'aller au Ciel par une petite voie bien droite, bien courte, une petite voie toute nouvelle.

    Nous sommes dans un siècle d'invention, maintenant ce n'est plus la peine de gravir les marches d'un escalier, chez les riches un ascenseur le remplace avantageusement.
    Moi, je voudrais trouver un ascenseur pour m'élever jusqu'à Jésus, car je suis trop petite pour monter le rude escalier de la perfection.
    Alors, j'ai recherché dans les livres saints l'indication de l’ascenseur, objet de mon désir et j'ai lu ces mots sortis de la bouche de la Sagesse éternelle : "Si quelqu'un est TOUT PETIT, qu'il vienne à moi" (Pr 9, 4).
    Alors, je suis venue, devinant que j'avais trouvé ce que je cherchais et voulant savoir, ô mon Dieu, ce que vous feriez au tout petit qui répondrait à votre appel.

    J'ai continué mes recherches et voici ce que j'ai trouvé : " Comme une mère caresse son enfant, ainsi je vous consolerai, je vous porterai sur mon sein et je vous balancerai sur mes genoux".(Is 66,13-12)
    Ah ! Jamais paroles plus tendres, plus mélodieuses ne sont venues réjouir mon âme : l’ascenseur qui doit m'élever jusqu'au Ciel, ce sont vos bras, ô Jésus!
    Pour cela je n'ai pas besoin de grandir, au contraire il faut que je reste petite, que je le devienne de plus en plus.
    Ô mon Dieu, vous avez dépassé mon attente et moi je veux chanter vos miséricordes."

    Manuscrits autobiographiques p.240-241



    Pour une étude de cette "petite voie" : le livre :"L'abandon à Dieu, un chemin de paix à l'école de la petite Thérèse."

    Extrait de la préface :


    «De Thérèse de Lisieux, on peut dire avec conviction que l'Esprit de Dieu a permis à son cœur de révéler directement, aux hommes de notre temps, le mystère fondamental, la réalité de l'Évangile : le fait d'avoir reçu réellement "un esprit de fils adoptifs qui nous fait nous écrier : Abba ! Père !". La "petite voie" est la voie de la "sainte enfance". Dans cette voie, il y a quelque chose d'unique, un génie de sainte Thérèse de Lisieux. Il y a en même temps la confirmation et le renouvellement de la vérité la plus fondamentale et la plus universelle. Quelle vérité du message évangélique est en effet plus fondamentale et plus universelle que celle-ci : Dieu est notre Père et nous sommes ses enfants ?»

    Le Père Guibert nous donne donc de plonger dans ce mystère de la filiation divine : la première partie de son ouvrage, plus théologique, se penche sur le thème de la Providence divine et nous invite à la contemplation d'une paternité divine qui n'a rien à voir avec les caricatures auxquelles on la réduit souvent. Pour lui, comme pour toute la grande tradition de l'Église, en particulier saint Thomas d'Aquin qu'il cite fréquemment, la Providence a un dessein d'amour sur chacun de nous et ne cesse de le poursuivre malgré toutes nos résistances. «Tout l'objet de ce livre, écrit-il, réside dans la réponse à cette question : est-ce que je veux entrer dans ce projet d'amour très concret de Dieu sur ma vie, par l'abandon confiant et agissant ?»

    J'ai choisi cette photo qui, exprime très bien,

    ce que fut le "petit chemin" empreinté par 

    Petite Thérèse. 

    "Si quelqu'un est TOUT PETIT, qu'il vienne à moi" (Pr 9, 4).

    Normalement dans tous les temps, les enfants sont 

    préparés pour faire des Carrières. Pas pour régresser.

    Que veut dire ce tout petit ?

    C'est rester, dans cet etat d'enfance dans notre coeur,

    de manière à laisser Jésus faire en nous SON OEUVRE.

    Être petit c'est avoir une confiance total en Jésus.

    De telle façon, que arrive quoi qui arrive. 

    Nous gardons cette confiance. 

    Il arrive que dans la vie il y a des moments

    très durs, qui pourraient nous faire 

    bascouler dans le désespoir.

    C'est le moment de revenir tout suite à ce petit chemin de la confiance.

    De nous souvenir, que nous sommes portés par

    les bras de Jésus, que Lui va nous aider,

    que dans notre épreuve, nous ne sommes pas seuls.

    C'est dans l'evangile, et avec l'aide de pte Thérèse, 

    que lors des moments bien difficiles, 

    je cours me refugier dans les bras de Jésus.

    Parfois, il m'arrive d'avoir mon coeur qui bat la chamade.

    Qui s'agite dans la peur. Mais une fois que

    je fais le saut vers Jésus, tout devient pacifié.

    C'est sur, je dois prendre mes médicaments,

    car je suis humaine. Mais même avec eux,

    si je ne suis pas toute prete à faire le saut,

    a me lancer dans la confiance.

    Je suis inquiète, je suis triste, j'ai peur.

     

     

    Jésus, aide-moi, pour que lorsque mon coeur bat la chamade.

    Lorsque une situation me dépasse, je trouve ce petit chemin

    de la Confiance et de l'Abandon.

    Mais n'oublions pas que...

    "Si quelqu'un est TOUT PETIT, qu'il vienne à moi" (Pr 9, 4)

     

     

    La photo, je ne l'aime pas trop, ne regardons pas que ça.

    Que j'Aime ta Croix. Ce n'est pas du masochisme. Mais accepter...

    remettre, donner, les moments durs, la maladie. 

     

     

    LA PETITE VOIE DE L'ENFANCE SPIRITUELLE

     

     

    GOD BLESS YOU TO

     

     

    LA PETITE VOIE DE L'ENFANCE SPIRITUELLE

     

     

     

     

    « DANS LES MOMENTS DE SOUFFRANCEA MON PERE, MON PAPA ! »
    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

    Tags Tags : , , , , ,
  • Commentaires

    2
    Jeudi 14 Novembre 2013 à 04:29

    Ma chère Nani, il est très beau ton article et empli d'émotions. Je l'ai lu avecgrande attention. Sache que je pense bien fort à toi et que je perçois (je me permets de l'écrire) ta sensibilité et ton émotion.  Merci pour ce que tu m'as écrit, c'est vraiment très gentil. Je t'envoie plein de pensées douces afin de contrer, je l'espère, un peu la souffrance...

    Il ne faut condamner personne, je ne condamnerais certainement pas les prostituées, j'ai du respect pour ces femmes qui doivent affronter des aspects bien sombres de la vie et qui ont souvent des enfants à nourrir, à préserver, ce doit être très difficile.

     

    Je suis désolée de ne pas être passée plus tôt mais le week-end du 11 Novembre et les jours qui ont suivi ne m'ont pas épargnée, j'ai eu crise d'épilepsie sur crise d'épilepsie, je ne pouvais même plus tenir un verre d'eau hier. J'ai aussi eu droit à des hémorragies nocturnes. J'ai récupéré un peu de tonus musculaire mais il m'est bien difficile de passer sur les blogs.

     

    Là je ne dors toujours pas, ma tête et mes dents me font horriblement souffrir, je viens d'avaler de la morphine et je vais me recouvrir le front et les joues de patchs opiacés et d'anesthésiant pour opération, c'est ce que le médecin m'a prescrit il y a quelques jours. Mais je garde le moral, j'essaie de me fixer sur les beautés de l'automne, j'ai pu faire une sortie l'autre jour et je me suis régalée auprès d'une petite mare aux couleurs de la saison. Elle était investie par des oies facétieuses qui n'ont pas pu s'empêcher de s'approcher pour nous faire les yeux doux mais nous n'avions pas de pain ni de gâteaux, nous nous sommes promis de revenir avec des victuailles pour ces demoiselles aux yeux enjôleurs...

    Je t'envoie de gros bisous, j'espère que tu vas aller mieux, ce n'est pas évident, je le sens. Je t'envoie des pensées réconfortantes aussi.

     

    Cendrine

     

    PS: Une pensée pour mon amie May qui a perdu son adorable Kimi, petite chatte renversée par un abruti d'automobiliste devant chez elle. J'ai fondu en larmes tout à l'heure quand je l'ai appris...

     

     

    • Nom / Pseudo :

      E-mail (facultatif) :

      Site Web (facultatif) :

      Commentaire :


    1
    Mercredi 13 Novembre 2013 à 19:53

    bonsoir ana
    "laissez venir à moi les petits enfants"
    Aujourd’hui il fait un peu moins froid, mais le temps reste automnal et couvert
    Je te souhaite de passer une bonne soirée
    bisous

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :