• LA MORT DECONCERTANTE

    LA MORT ET LA SOUFFRANCE

     

     

    Que tous ceux qui sont morts dans l'accident reposent en

    paix. Que leur familles trouvent du réconfort autour d'eux

    ---------------------------------------

     

    Michel Fromaget, l’anthropologue a travaillé sur les représentations de la mort. Nous l’avons interrogé sur la symbolique de la croix.

    Le corps, l’âme et l’esprit, Michel Fromaget s’intéresse aux trois dimensions de l’homme. Maître de conférences à l’université de Caen, il a écrit Naître et mourir, anthropologie spirituelle et accompagnement des mourants (éd. François-Xavier de Guibert, 2007), et Mort et Émerveillement dans la pensée de Maurice Zundel (éd. Lethielleux, 2011).

     

    Pour les Chrétiens le mot mort, nous l’entendons pratiquement tous les dimanches à propos de Jésus et nous mesurons l’importance que cela a pris dans nos cœurs. Nous nous réjouissons que cette mort physique a été vaincue par Jésus. Mais quelle résonance particulière ce mot a-t-il pour nous, s’agissant de notre propre mort physique, du moins tel que nous l’envisageons ?
    Devons-nous en parler ? Est-elle différente pour nous les chrétiens ? Je vais tenter d’apporter ce matin quelques éléments de réponse à ces interrogations.

    Tout d’abord, la mort est inévitable. Dieu aurait voulu que les hommes n’aient jamais affaire à elle. Et pourtant, elle les frappe tous, grands, petits, riches ou pauvres. La mort est qualifiée par la Parole de Dieu de « dernier ennemi ». Elle maintient beaucoup de gens dans la crainte, et on essaye d’en parler le moins possible.

    Qui d’entre nous peut dire qu’il n’a jamais pensé à la mort ? Le Seigneur a mis en nous la pensée de l’éternité. Mais à cause du péché, nous avons aussi la pensée de la mort. L’apôtre Paul ne dit-il pas dans Rom. 6.23, « le salaire du péché, c’est la mort » ?

    Tout être humain éprouve plus ou moins la crainte de la mort. A des degrés divers, elle traîne au fond de nos cœurs. Jacob déjà la décrivait comme le « roi des épouvantes ».

    Quand la crainte de la mort n’est pas vaincue, elle va en augmentant avec le temps qui passe. C’est pourquoi l’enfant a moins peur de la mort que l’adulte, et l’adulte moins que le vieillard.

     

    Homage à Florence Arthaud

     

     

    Mes Amis, c'est toujours difficile de parler de la 

    mort. C'est un tabou vieux comme le monde. Et cependant,

    nous savons que nous passerons par elle...nous la

    traveserons. 

    Personnellement j'ai passé tout prés d'elle. J'ai vu

    mourir des êtres chers. Je n'ai pas peur de la mort.

    Je la regarde comme un passage nécessaire. Je crois que

    après la mort nous allons vers une VIE sans fin.

    Je respecte toute personne que ne crois pas comme

    moi à la VIE éternelle.

     

     

     

    Cependant, je crois que même celui qui ne crois pas, ira 

    vers cette vie éternelle. 

    Je voudrais dire aussi, que toute mort est un choc.

    Plus encore lorsqu'il s'agit des jeunes personnes.

    La mort est une souffrance. Ma meilleure Amie me

    manque, même si j'ai l'entière conviction de la retrouver

    un jour.

    Nous vivons dans un siècle, où l'on veut se dépasser...

    où la peur du risque n'existe pour ainsi dire.

    Je crois que chez le jeune cela a été toujours pareil.

    Je le sais pour moi-même.

    Il faudrait méditer un peu sur la nécessité, de

    vouloir montrer qui est le plus fort et qui va plus loin.

    J'ai mis la video de Florence Arthaud car je l'Aime beaucoup

    par son franc parler.

     

     

     

     

     

     

    Je suis la résurrection et la

    vie. Celui qui croit en moi

    vivra, quand même il serait

    mort; et quiconque vit et croit

    en moi ne mourra jamais.

    -Jean 11,25-

     

     

    LA MORT ET LA SOUFFRANCE

     

     

     

     

     

     

     

    LA MORT ET LA SOUFFRANCE

    « COEUR DE MISERICORDEECOUTEZ MA VOIX »
    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

    Tags Tags : , , , , ,
  • Commentaires

    3
    Vendredi 13 Mars 2015 à 17:14

    BONJOUR ANA !

    Comme Lucette, je dis que c'est un bel hommage aux morts d'Argentine.

    Ce qui me gêne c'est que parmi ces milliers de morts violentes qu'il y a tous les jours dans le monde, nous ne voyons que ceux que les médias nous montrent, avec tout le réalisme dont il sont capables et à coté de ces "sportifs" admirables il y a des enfants qui meurent au Soudan, en Syrie etc. leurs petits corps ne sont même pas ramassés et sont la proie des charognards.

    Tu dis que même des êtres humain comme moi, Dieu ne les oubliera pas, mais sais-tu qu'il n'y a pas si longtemps que ça, notre église catholique romaine ignorait les "sauvages" (noirs et indiens) qui, selon elle n'avaient pas d'âme......Oups !

    Les personnes de cœur, les vraies Saintes ne sont pas celles qui semblent les plus proches de Dieu. Ce sont des gens comme toi, comme Lucette etc. Le berger sacrifiera toujours ses brebis pour protéger sa vie.

    Bisous ANA !

    2
    Jeudi 12 Mars 2015 à 09:15

    Bonjour Ana, bel article pour honorer la mémoire de ceux qui sont disparus dans cet accident d'hélicoptère... La mort est inévitable, tout le monde y passe, riche ou pauvre, mais il n'y a pas à avoir peur de la mort car elle nous ouvre les portes de la vie éternelle pour ceux qui croient en Jésus...

    Bon jeudi, gros bisous

    1
    Jeudi 12 Mars 2015 à 07:07

    Notre vie est courte sur terre...


    La mort nous attend à tout moment...


    Ceux qui pensent qu'après , il y a quelque chose, gardent espoir...


    Merci de votre commentaire sur mon livre d'or


    Douce journée


    @+


    timilo

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :