• "La différence qu'il y a entre un ange et une personne?

    Couverture du livre : Anna et Mister God

    Résumé

    L'histoire que Fynn raconte aujourd'hui s'est passée il y a une trentaine d'années. Fynn avait dix-neuf ans, il rôdait dans le quartier des docks de l'East End londonien, un soir brouillardeux de novembre, et il découvrit, assise sur une marche, une petite fille crasseuse, meurtrie et terrifiée. Il l'emmena chez lui et la confia à sa mère, vigoureuse Irlandaise qui accueillait tous ceux et celles que ses enfants lui amenaient. Anna avait pour intérêt principal dans l'existence sa familiarité avec Dieu, « Mister God ». Elle comprenait le sens de la vie et la signification de l'amour. A six ans, elle était théologienne, mathématicienne, philosophe, poète et jardinière. A sept ans elle mourut dans un accident, son beau visage traversé d'une petite grimace, et disant : « Fynn, j'parie que Mister God m'laissera entrer au ciel à cause de ça. Fynn évoque toute cette histoire en disant de lui-même : « Je m'appelle Fynn. Enfin ce n'est pas mon vrai nom, mais quelle importance ? Tous mes amis m'appellent Fynn, ça m'est resté... Je mesure un mètre quatre-vingt-cinq, je pèse cent deux kilos, j'adore la gymnastique, ma mère est irlandaise et mon père Gallois... Mon passe-temps favori ? Me balader dans le quartier des docks, la nuit, par temps de brouillard. Cette étrange histoire d'Anna, racontée par un étrange témoin, dont le préfacier nous certifie l'existence, apparaît comme un conte, Alice au pays des docks ou Anna Crusoë dans l'île de l'absolu. Mais non, c'est une histoire vraie, et c'est bien pourquoi elle semble incroyable.

    Résultat de recherche d'images pour "images de Anna et Mister God" 

    Tu vois, Fynn, Mister God est différent de nous parce qu’il peut finir les choses, et pas nous. Moi, je ne peux pas finir de t’aimer, parce que je serai morte des millions d’années avant d’avoir fini, mais Mister God peut finir de t’aimer, alors ça ce n’est pas le même genre d’amour, hein ? Même l’amour de Mister Jether n’est pas comme l’amour de Mister God, parce qu’il est seulement venu ici nous rappeler.

     

    Résultat de recherche d'images pour "images de Anna et Mister God"

     

     

    Anna - Mister God a tout fait, non?

    Résultat de recherche d'images pour "images de Anna et Mister God"

    Fynn ...

    Aucune raison de dire qu'en fait je n'en savais rien. Je dis "Oui"

    Image associée

     

    - Même la poussière et les étoiles et les animaux et les gens et les arbres et tout et les"trucmuches"? "Les trucmuches étaient les petites créatures que nous avions vues au microscope.

    Résultat de recherche d'images pour "images de Anna et Mister God"

    -Oui, dis-je, il a tout fait.

    Elle fit un signe d'accord et poursuivit: "Est ce que Mister God nous aime vraiment?

     

    -Surement, dis-je, Mister God aime tout.

     

    - Mais alors, dit-elle, pourquoi permet-il aux choses d'avoir du mal et de mourir?" On sentait à sa voix, qu'elle venait de trahir un grand secret, mais la question avait été pensée, il était nécessaire de la prononcer.

     

    - "Je ne sais pas, répondis-je, il y a des tas de choses que nous ne savons pas sur Mister God.

     

    -Mais alors, poursuivit-elle, s'il y a des tas de chose que nous ne savons pas sur Mister God, comment savons-nous qu'il nous aime?"

     

    Je me sentais glisser dans un trou. Heureusement, elle n'attendait pas de réponse et continuait:

     

    -"Ces trucmuches, je pourrais les aimer à en crever, mais ils ne le sauraient pas, hein? Je suis un million de fois plus grosse qu'eux, et Mister God est un million de fois plus gros que moi, alors comment savoir ce que Mister God fait?"

     

    Elle se tint silencieuse pendant quelques minutes. Plus tard, il m'a semblé qu'elle disait adieu à sa petite enfance. Puis elle continua:

     

    -"Fynn, Mister God ne nous aime pas." Elle hésita. "Il aime pas vraiment, tu comprends, il n'y a s que les gens qui peuvent aimer. J'aime Bossy (un chien) mais Bossy ne m'aime pas. J'aime les "trucmuches", mais eux ne m'aiment pas. Je t'aime toi, Fynn, et toi tu m'aimesRésultat de recherche d'images pour "images de Anna et Mister God", hein?"

     

     

     

    Image associée

    "La différence qu'il y a entre un ange et une personne? Facile. Un ange, c'est presque tout en dedans, une personne, presque tout en dehors." Ainsi parlait, à six ans, Anna, également connue sous les noms de Pompom', Souris, ou La Joie.

     

    A cinq ans, Anna connaissait parfaitement le but de l'existence, la signification de l'amour, et elle était l'amie intime et le bras droit de Mister God.

     

    A six ans, elle était théologien, mathématicien, philosophe, poète et jardinier.

     

    De moi, personne n'a entendu parler, et pourtant, je devrai être célèbre : J'ai connu Anna. Cette aventure là, c'était une grande première. Je ne l'ai pas connue vaguement, comme ci, comme ça. La connaître exigeait un engagement total. Car je l'ai connue dans sa propre lumière, comme elle demandait à l'être: du dedans. "Un ange c'est presque tout en dedans" C'est ainsi que je me suis appliquée à connaître Anna, mon premier ange.

    Résultat de recherche d'images pour "images de Anna et Mister God"

    +

     

     

    Cette petite fille a sauvé un chiot et son image a remporté le concours annuel de photographie de l'association NT .... mais qui a gagné est vraiment, c'est le chiot qui a près de lui une petite fille avec un grand coeur.

    Il fait encore peu de temps je croyais aux grandes personnes. Je croyais que les grandes personnes disaient pas de mensonges, que cela était réservé aux enfants pour pas se faire gronder ! 

    Je croyais que les grandes personnes protégeaient les enfants car ils sont plus petits, plus fragiles.

    Je croyais dans leur histoires et puis, un jour, je me suis rendue compte qu'elles disaient des mensonges !

    Puis, je me suis trouvé perdue, mon cartable trop lourd et mes crayons de couleurs tous noirs. Mes cahiers bien remplis autre fois restaient vides.

    Vous allez me dire que cela va passer, que toutes les grandes personnes ne mentent pas, qu'il faut que ça soit moi qui grandisse et qui fasse comme elles.

      J'en connais un qui va être content !!!

    Pourtant papy ne me disait pas des mensonges,

    Il ne me disais pas oui toujours et il me grondais parfois mais son non était non et son oui fidèle. Lorsque il promettais de faire un savarin un dimanche. Il se levait tôt pour le préparer.

    Ah mon papy que ton innocence me manque ! Que ton regard me manque-t-il !

    Tu sais papy, je crois que depuis ton départ j'ai tout perdu et sans ton regard le mien devient tellement rude ... parfois je crois que je hais. Je pense aux bêtes à qui l'on fait marcher chargés des poids immondes ... elles partent en courant et parfois elles se trouvent dans un précipice tellement elles sont fatigués et désespérés de leur maître qui ne les aime pas et qui profite de leur innocence.

     

    Image associée 

    A vous qui passerez par ici, il y a ce livre merveilleux qui ne ment pas et que dans les questions d'un enfant on trouve plein des réponses. Pas des réponses très belles et enrobés des beaux couleurs comme les papier des bombons... Il ne coûte pas cher du tout et il n'est pas long et avec des lettres faciles à lire.

    Puis vous voyez cet autre enfant à la fin, celui qui est plein de boue ... ça ce n'est pas le livre c'est un peu ce que je porte et traverse. Je peux vous dire qu'en faisant cet article avec Anna et Finn cela m'a apaisé ... alors je vous le recommande.  

     

    hartford boy - cwunch: ♡

    « Je sais la source qui jaillit et fuit, bien que de nuitPour les pauvres, les personnes âgés seules et gens de la rue »
    Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    4
    Jeudi 2 Août à 11:05

    La création du jour

    Bonjour Ana, voici une magnifique histoire...

    Tu nous as gâté , deux articles le même jour...

    Il fait 30°... Je fonds comme la glace!...

    Bonne journée au frais

    GROS BISOUS

    3
    Jeudi 2 Août à 10:22

    C'est un conte de fée comme je les aime. Le penseur à trouvé le mot juste. Pour être honnête, j'appréciais beaucoup Luc, mais il ne me manque pas, vu qu'il a fait le choix de "disparaître" tout à coup, et il a fallut que je lui écrive pour qu'il nous "rassure" en disant qu'il était parti en vacances sans ordi ou tel. Depuis le temps, il aurait pu faire trois fois le tour de monde ! Si un jour il réapparaît, il sera le bienvenu, mais je n'ai pas envie de le supplier. Par contre, toi, tu m'as manquée, mais tu avais une bonne raison; Ta maladie et donc ton besoin de faire un break. Je t'embrasse très fort. Hugues

    2
    Jeudi 2 Août à 07:51

    La majorité des réponses se trouvent au fond de notre cœur

    Amicalement

    Claude

    1
    Jeudi 2 Août à 07:06

    Une bien belle histoire ...

    Je te souhaite un bon jeudi, au frais, si tu peux.
    Ras l'bol, mon dos est encore coincé ...
    Bisoux, ma nani chérie

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :