• L'ENFANT QUI REVIENS...

     

    L'enfant qui reviens... le pêcheur que je suis... 

    Seulement celui qui se sait pécheur, peut comprendre la tendresse de son Père. Avoir de la peine de l'avoir quitté et surtout de l'avoir fait de la peine. Pour cela il faut avoir de l'humilité et s'accepter pécheur. Mais, qu'est que c'est que d'être pécheur ? Est-ce-que nous le savons ? En faite c'est quelqu'un qui veut marcher tout seul, avec sa propre volonté. On se rends pas compte que peu à peu on tourne le dos à notre Père... c'est assez subtile. C'est une tentation qui nous envahi peu à peu... jamais nous pensons que ce que nous faisons c'est un péché. 

    Dieu de tendresse et de pitié donne-moi de me reconnaître pécheur.

     

     

                                        images(2)

     

     



     

    Quatrième dimanche de Carême (Laetare)
    Commentaire du jour 
    Saint Jean-Marie Vianney (1786-1859), prêtre, curé d'Ars 
    1er sermon sur la miséricorde de Dieu pour le 3ème dimanche après la Pentecôte

     

    « Il était perdu, et il est retrouvé »

          « J'ai bien mal fait d'avoir abandonné mon père qui m'aimait tant ; j'ai dissipé tout mon bien en menant une mauvaise vie ; je suis tout déchiré et tout sale, comment est-ce que mon père pourra me reconnaître pour son fils ? Mais je me jetterai à ses pieds, je les arroserai de mes larmes ; je lui demanderai de me mettre seulement au nombre de ses serviteurs »... Son père, qui pleurait depuis bien longtemps sa perte, le voyant venir de loin, oublia son grand âge et la mauvaise vie de ce fils, il se jeta à son cou pour l'embrasser. Ce pauvre enfant, tout étonné de l'amour de son père pour lui, s'écrie... : « Je ne mérite plus d'être appelé votre fils, mettez-moi seulement au nombre de vos serviteurs. —Non, non, mon fils, s'écrie le père..., tout est oublié, ne pensons plus qu'à nous réjouir. Qu'on lui apporte sa première robe pour l'en revêtir...; qu'on tue le veau gras et qu'on se réjouisse ; car mon fils était mort et il est ressuscité, il était perdu et il est retrouvé ».

          Belle figure, mes frères, de la grandeur de la miséricorde de Dieu pour les pécheurs les plus misérables !... Ô mon Dieu, que le péché est quelque chose d'affreux ! Comment peut-on le commettre ? Mais tout misérables que nous sommes, dès que nous prenons la résolution de nous convertir..., les entrailles de sa miséricorde sont touchées de compassion. Ce tendre Sauveur court, par sa grâce, au-devant des pécheurs, il les embrasse en les favorisant des consolations les plus délicieuses... Ô moment délicieux ! Que nous serions heureux si nous avions le bonheur de le comprendre ! Mais hélas, nous ne correspondons pas à la grâce, et alors, ces heureux moments disparaissent. Jésus Christ dit au pécheur par la bouche de ses ministres : « Que l'on revête ce chrétien qui est converti de sa première robe, qui est la grâce du baptême qu'il a perdue ; qu'on le revête de Jésus Christ, de sa justice, de ses vertus et de tous ses mérites » (cf Ga 3,27). Voilà, mes frères, la manière dont Jésus Christ nous traite quand nous avons le bonheur de quitter le péché pour nous donner à lui. Ah, quel sujet de confiance pour un pécheur, quoique bien coupable, de savoir que la miséricorde de Dieu est infinie !


    « DE LA TENDRESSE...ON A TOUS BESOINPAR LE CHRIST NOUS SOMMES DES VIVANS »
    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

  • Commentaires

    3
    Lundi 11 Mars 2013 à 10:50
    frere jacques

    C'est avec joie que j'ai visité ton blog.

    En toute amitié

    Frère Jacques

    2
    Lundi 11 Mars 2013 à 05:29
    maylie

    Bonjour Anna

    lever tôt donc tournée de blogs,lol,ou je lis attentivement avant de me rendormir un peu

    1
    Dimanche 10 Mars 2013 à 22:48
    Gilbert

    Bonsoir Nani,

     

    Nous sommes plus heureux avec Dieu que tout seul, et bien souvent après avoir voulu marcher tout seul, nous sommes amenés à comprendre combien heureux étions nous avec le Seigneur. C’est lorsque nous retournons à Dieu que nous trouvons le chemin de l’humilité.

     

    “Avant d’avoir été humilié, je m’égarais ; Maintenant j’observe ta Parole.” Psaumes 119 : 67

     

    Bonne soirée Nani ton frère en Jésus Christ notre Seigneur. Gilbert.

     

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :