• JE SAIS LA SOURCE QUI JAILLIT ET FUIT...

     

     

     

     

    CHANT DE L'ÂME QUI SE RÉJOUIT 

    DE CONNAÎTRE DIEU EN FOI

    Ce poème est né dans l'obscurité du cachot de Tolède, en 1578. Sa forme est celle d'un villancico, poème construit à partir d'un refrain de deux vers, avec reprise du deuxième à la fin de chaque strophe. Il est centré sur les deux métaphores de la source et de la nuit. Jean de la Croix illustre, par ces deux fortes images, sa foi en Dieu, en la Trinité, et en l'eucharistie.

     

    Je sais la source qui jaillit et fuit,
    bien que de nuit.

    1. Cette source éternelle est bien cachée,
    pourtant sa demeure je la connais,
    bien que de nuit.

    2. En cette nuit obscure de la vie,
    je connais bien par foi la source vive,
    bien que de nuit

    3. Je ne sais sa cause, car n'en a point,
    pourtant toute origine d'elle vient,
    bien que de nuit.

    4. Je sais qu'il n'y a pas chose plus belle,
    et que cieux et terre s'abreuvent d'elle,
    bien que de nuit.

    5. Je sais qu'on ne peut de fond y trouver,
    et que nul ne peut à gué la passer,
    bien que de nuit.

    6. Sa lumière jamais n'est altérée,
    et sais que vient d'elle toute clarté,
    bien que de nuit.

    7. Je sais que ses flots vont à profusion,
    et arrosent cieux, enfers et nations,
    bien que de nuit.

    8. Le flot de cette source jaillissant,
    je sais qu'il est aussi vaste et puissant,
    bien que de nuit.

    9. Et le torrent qui de ces deux procède,
    je sais bien qu'aucun d'eux ne le précède,
    bien que de nuit.

    10. Je sais bien qu'ils sont trois en une eau vive,
    et que l'un de l'autre, ils se dérivent,
    bien que de nuit.

    11. Cette source éternelle est bien cachée,
    en ce pain vivant, pour vie nous donner,
    bien que de nuit.

    12. Ici, elle appelle les créatures,
    qui de cette eau boivent, bien qu'à l'obscur,
    bien que de nuit.

    13. Cette source vive que je désire,
    je la vois au sein de ce pain de vie,
    bien que de nuit.

     

     

    Sentier du Carmel... Saint Jean de la Croix, carme et célèbre

    poète espagnol (1542-1591)

     

     
    Juan est né en Vieille-Castille dans une famille pauvre. Il est très jeune quand meurt son père. Sa mère doit se louer comme nourrice. Lui-même, pour payer ses études, travaille comme infirmier à l'hôpital de la ville. A 21 ans, il décide d'entrer chez les Pères Carmes et ses supérieurs l'envoient à l'Université de Salamanque. Il aspire à retrouver la règle primitive de l'Ordre, faite d'austérité et de prière, mais il n'essuie que des refus. Devenu prêtre, il songe à changer d'Ordre religieux, quand Dieu lui fait rencontrer sainte Thérèse d'Avia. Avec elle, il réalisera cette réforme dans une vie toute faite d'absolu. Il devint ainsi, auprès de ses frères, un signe de contradiction. On l'emprisonne neuf mois à Tolède, menottes aux mains, dans un cachot. Et, de son âme dépouillée de tout appui humain, jaillira le " Cantique spirituel ". Il finit par s'enfuir et il est recueilli par des carmélites déchaussées. Commence alors pour Jean de la Croix, une période d'activité rayonnante, ouvrant à tous, carmes et carmélites, gens du peuple et universitaires, l'étroit sentier de la parfaite docilité à l'Esprit-Saint. De retour en Castille, il exerce de lourdes responsabilité, tout en désirant la parfaite ressemblance d'amour avec son Seigneur crucifié. Démis de toute charge, malade, calomnié, enfin se déchire la "toile de cette vie", il entre dans la vision de Dieu et va chanter son Cantique spirituel. "A la fin du jour, c'est sur l'amour qu'on vous examinera." (Maxime 80)

     

     

     

    tierrasdezamora-1

    Duruelo en Espagne. Lieu du premier Carmel des frères carmelites

     

    201433_castilla-4

     

     

    campos de castilla

    Paysages Espagnol de Castille

     

    Cette source éternelle est bien cachée,
    pourtant sa demeure je la connais,
    bien que de nuit.

     

    Mes amis, le poème explique bien de choses.

    En faite c'est l'histoire de lâme qui cherche Dieu

    Source de l'EAU VIVE.

    Au debut, lors de la première rencontre aprés la conversion,

    le chemin est plat et sans difficultés. On croit

    toucher le Christ. Et c'est vrai. Dieu donne

    sa nourriture comme une mère la donne à son nourrison.

    Et plus l'enfant grandit, plus son Père lui laissera un

    peu à lui-même. La lumière des debuts disparaitra...pour 

    laisser des blancs, des silences comme dans une partition

    de musique. Ces silences apparents de Dieu, sont

    des moments necesaires...Dans ces silences on verra

    de plus en plus clair la difference entre nous et Dieu.

    Nos impuretes... comme quelqu'un qui se regarde dans l'eau

    limpide. Mais aprés un "longtemps" selon notre mesure

    du temps,nous commencerons à Aimer ce silence... et à

    laisser les pages blanches, pour laisser Dieu nous

    parler et les écrire en notre âme.

     

    Cette source éternelle est bien cachée,
    pourtant sa demeure je la connais,
    bien que de nuit.

     

     

    Cette nuit s'appelera desormais des aridités.

    Mais plus nous avancerons dans cette nuit, plus nous

    laisserons faire AU POTIER nous modeler selon

    sa bonne volonté.

    Il y a des nuits qui sont de nuits bénies et sacrés.

    C'est le sécret entre Dieu et sa créature

     

     

     

     

     

     

     

     

    QUE LE CHRIST

     

    EUCHARISTIE

     

     

    NOUS  BENISSE 

     

    ET NOUS GARDE

     

     

     

     

    « QUI A DIEU A TOUT....Jésus pleure sur Jérusalem »
    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    2
    Jeudi 20 Novembre 2014 à 21:15

    Coucou Nani

    J'aime bcp cette page !

    Le silence, pour que Dieu Notre Père puisse écrire sur cette page blanche et nous parler... C'est beau !

    Merci de ce partage et que la Source de Dieu continue de couler en toi
    Bisous tout ragaillardis par un beau soleil et une grande promenade autour du Lac de Ste Croix, magnifique paré des couleurs automnales....

    1
    Jeudi 20 Novembre 2014 à 10:16

    Bonjour Ana, ton article est très complet sur cette source d'eau divine qui coule en nous... Ainsi le Papy est rentré chez lui et il n'a pas vu tout le ménage que tu as fait.. C'est bien des hommes ils ne remarquent rien ... Le soleil brille encore aujourd'hui, il fera bon tantôt pour aller se promener... Bon jeudi, gros bisous

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :