• HOMELIE DANS L'EGLISE DE GETHSEMANI

    Si le grain de blé ne tombe pas en terre, il ne donne pas du fruit

     

    Homélie prononcée par le pape François le 26 mai à 15h30, dans l'église de Gethsémani, près du Jardin des Oliviers à Jérusalem.

     

     

    « Il sortit pour se rendre… au mont des Oliviers, et ses disciples le suivirent » (Lc 22, 39)

    Quand arrive l’heure marquée par Dieu pour sauver l’humanité de l’esclavage du péché, Jésus se retire ici, à Gethsémani, au pied du mont des Oliviers. Nous nous retrouvons dans ce lieu saint, sanctifié par la prière de Jésus, par son angoisse, par sa sueur de sang ; sanctifié par-dessus tout par son « oui » à la volonté d’amour du Père. Nous avons presque peur de nous rapprocher des sentiments que Jésus a éprouvés en cette heure ; nous entrons sur la pointe des pieds dans cet espace intérieur où s’est décidé le drame du monde.

    En cette heure, Jésus a senti la nécessité de prier et d’avoir auprès de lui ses disciples, ses amis, qui l’avaient suivi et avaient partagé de plus près sa mission. Mais ici, à Gethsémani, le suivre se fait difficile et incertain ; le doute, la fatigue et la terreur prennent le dessus. Dans la rapidité du déroulement de la passion de Jésus, les disciples auront diverses attitudes à l’égard du Maître : de proximité, d’éloignement, d’incertitude.

    Cela nous fera du bien à nous tous, évêques, prêtres, personnes consacrées, séminaristes, de nous demander en ce lieu : qui suis-je devant mon Seigneur qui souffre ?

    Suis-je de ceux qui, invités par Jésus à veiller avec lui, s’endorment, et au lieu de prier, cherchent à s’évader en fermant les yeux devant la réalité ?

    Est-ce que je me reconnais en ceux qui se sont enfuis par peur, abandonnant le Maître à l’heure la plus tragique de sa vie terrestre ?

     

     

     Nous avons presque peur de nous rapprocher des sentiments que Jésus a éprouvés en cette heure ; nous entrons sur la pointe des pieds dans cet espace intérieur où s’est décidé le drame du monde.

     

    Pour moi cet homélie m'a donné du courage.

    Jésus sent la nécessité d'être entouré

    de ses disciples en cette heure supréme.

    Jésus Fils de Dieu, va sentir ce que nous 

    éprouvons. Mais encore d'avantage. Car il 

    portait tous les péchés des hommes.

    Il s'est fait péché. Lui, l'innocent.

    Et s'assoit à la table des pécheurs.

    Et il tombe par terre avec l'angoisse,

    et sa sueur sera du sang.

    Et il prie ainsi au Père :

     

    Éli, Élilama sabachthani 

    Mon Dieu pourquoi m'as tu abandonné ?

    Voici le créateur de tout, le Maître,

    qui va resentir la absolue SOLITUDE.

    Puis, nous connaissons aussi sa prière:

    Père si c'est possible, éloigne de moi ce

    caliz, mais PAS MA VOLONTE MAIS LA

    TIENNE

     

     

    ******************

    C'est un peu facile de lire cela. 

    Certaines personnes ont vécu un peu

    ce moment. L'Absence de Dieu

    Mère Teresa de Calcuta a vecu cette

    absence de Dieu durant 50 ans.

    Mais malgré cela, elle a vu Jésus en 

    la personne abandonné, mourante, défiguré

    par la lépre.

    Il y a des personnes qui l'on vecu, dans

    la solitude totale. Comme Jésus.

    Ses disciples étaient endormis...

    L'absence totale de consolation.

    Et là ce qui reste c'est de crier

    MON DIEU, POURQUOI M'AS-TU ABANDONNE ?

    Et malgré la souffrance atroce,

    Dieu est là encore plus proche.

    C'est comme crier : MON DIEU, TU EST 

    TOUT MON BIEN, JE N'AI QUE TOI !

     

    Cette souffrance n'est pas un signe

    de mort, mais un cris envers celui 

    qui est MON TOUT

     

    Pourquoi Dieu permet cela ?

    Quelque fois pour purifié l'Amour.

    Pour l'affirmer sur l'unique ROC :

    LE SEIGNEUR

     

     

    La main du Seigneur est toujours là, même si nous ne la sentons pas.

    Beaucoup sont scandalisés 

    par la souffrance.

    Je ne sais pas comme le dire, mais c'est

    une façon de nous faire crier vers Dieu.

    La souffrance restera ou pas, mais 

    Dieu se fera présent. car il ne nous a jamais

    laissé seuls.

     

     

     

    GOD BLESS YOU

     

     

     

    A vous qui souffrez

     

    COURAGE !

    « MA TERRE BIEN AIMEE QUI VEUT GAGNER DES MILLIONS ? »
    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks

    Tags Tags : , , , , , ,
  • Commentaires

    1
    Mercredi 28 Mai 2014 à 09:02

    Bonjour Ana, ton article est très beau et nous montre comment Jésus a souffert et comment il priait Dieu son père... Dans la souffrance nous aussi nous lançons un appel vers lui... Le ciel est gris, la pluie commence de tomber.. Bonne journée, gros bisous

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :