• Grothendieck, un génie des maths devenu ermite

    Alexander Grothendieck | Matematicas, Astronomía, Física 

    Excusez-moi de prendre la parole avant. Un jour, sans doute fatiguée, j'ai cherché à écouter quelque chose...je suis tombé sur cette vidéo de 5'45 … cela m'aida beaucoup et me reposa grandement… juste 5'45 seulement… si vous ne le lisez pas le reste peu importe. Merci 

     

     

    (30 avril 1987) Le premier rêve dans ma vie dont j’ai sondé et entendu le message a aussitôt transformé le cours de ma vie, profondément. Ce moment a été vécu, véritablement, comme un renouvellement profond, comme une nouvelle naissance. Avec le recul, je dirais maintenant que c’était le moment des retrouvailles avec mon âme, dont je vivais séparé depuis les jours noyés d’oubli de ma première enfance. Jusqu’à ce moment-là j’avais vécu dans l’ignorance que j’avais une “âme”, qu’il y avait en moi un autre moi-même, silencieux et quasi invisible, et pourtant vivant et vigoureux - quelqu’un bien différent de celui en moi qui constamment prenait le devant de la scène, le seul que je voyais et auquel je continuais à m’identifier bon gré mal gré : “le Patron”, le “moi”, celui que je ne connaissais que trop, à satiété. Mais ce jour-là a été un jour de retrouvailles avec l’autre, cru mort et enterré “une longue vie durant” - avec l’enfant en moi.

     

     

        

    Qui était Grothendieck ?

    Cet immense mathématicien du XXe siècle est resté pratiquement introuvable pendant plus de vingt ans : Alexandre Grothendieck s'était coupé de presque tout contact humain depuis 1991. Le grand public n'entendit reparler de lui qu'à sa mort, le 13 novembre 2014, dans le sud de la France. Ce fut la fin d'une vie extraordinaire à tous égards.

    Le père de Grothendieck, Alexander « Sascha » Schapiro, était un anarchiste russe et juif qui avait rejoint à l'âge de 15 ans des groupes en lutte contre le régime tsariste. Emprisonné en 1907, condamné à mort, il fut conduit quotidiennement, et pendant des semaines, sur la place d'exécution avant que sa peine ne fût commuée en prison à perpétuité en raison de son jeune âge. Il passa les dix années suivantes dans des camps et prisons russes. Libéré lors de la révolution d'Octobre, il fut à nouveau capturé, mais cette fois par l'Armée Rouge. Condamné à mort une fois de plus, il réussit à s'évader pour Berlin, où il gagna sa vie en tant que photographe de rue.

    Là-bas, Alexander Schapiro fit la connaissance de la journaliste, actrice et écrivaine Johanna (Hanka) Grothendieck. Issue d'une famille aisée de Hambourg, elle s'était émancipée très jeune du monde bourgeois et menait une vie errante chaotique. Alexandre Grothendieck, le fils qu'elle eut avec Schapiro, vint au monde le 28 mars 1928.

    Avec l'arrivée au pouvoir des nazis, Schapiro émigra en France. Il prit part à la guerre civile espagnole, fut interné en France en tant que vétéran d'Espagne et livré à l'Allemagne en août 1942. Il fut immédiatement conduit à Auschwitz où on l'envoya sans doute directement à la chambre à gaz. Hanka Grothendieck avait suivi son compagnon en France et en Espagne, et passa la guerre dans des camps français. De 1945 jusqu'à sa mort, en 1957, elle vécut la plupart du temps avec son fils et connut ainsi l'ascension fulgurante de celui-ci.

    Le petit Alexandre passa les premières années de sa vie parmi des anarchistes, marginaux, prophètes itinérants, émigrants d'Europe de l'Est et autres existences atypiques. Lorsque ses parents se rendirent en France en 1933, ils le confièrent à la famille du pasteur Heydorn, à Hambourg. Ce furent ses seules années de vie rangée.

    En 1939, alors que le danger d'être « à moitié juif » le guette, les Heydorn l'envoient rejoindre ses parents en France. Peu après le début de la guerre, sa mère et lui sont internés dans des camps français en tant qu'« étrangers indésirables ». En 1942, Grothendieck trouve refuge dans le village du Chambon-sur-Lignon, où il suit sa scolarité jusqu'au baccalauréat. À partir de 1945, il étudie les mathématiques à l'université de Montpellier, financé par une petite bourse d'aide aux réfugiés, mais aussi en faisant les vendanges et divers petits emplois.

    À Montpellier, les cours sont si vieillots que Grothendieck décide de se former en autodidacte. Au printemps 1948, il monte à Paris où il rencontre de grands mathématiciens : les aînés Henri Cartan, Jean Leray, Jean Dieudonné, Claude Chevalley et André Weil, ainsi que ceux de sa génération, Jean-Pierre Serre, Pierre Cartier et François 

    Bruhat. Au cours du célèbre séminaire de Cartan, il s'approprie les mathématiques les plus récentes à une vitesse impressionnante, malgré sa médiocre formation. En 1949, Grothendieck se rend à Nancy, auprès des mathématiciens alors déjà célèbres Laurent Schwartz et Jean Dieudonné.

    Ainsi commence une période de vingt et un ans de sa vie presque entièrement dévouée aux mathématiques.

     

    Welcome to my site - Home

    Alexandre Grothendieck enfant

    Une noix image stock. Image du blanc, noix, shell, simple - 47523291

    «Il disait - comparant un problème de mathématiques à une noix - qu'il y a deux méthodes pour le résoudre: soit attaquer la coquille à coups de marteau et burin. Soit laisser la mer monter et dissoudre l'écorce de la noix. Bien sûr, c'était la deuxième solution qu'il préférait.» (Pierre Deligne Médaille Fiels 1978 à propos d’Alexandre Grothendieck)

     

    « Monsieur Emile, 100 ans, aime rendre service. Xavier Emmanuelli. Tél d'écoute SOS Crise gratuit »
    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks Pin It

    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    14
    Jeudi 15 Octobre à 15:29

    coucou Nani! merci pour ton com sur ta page! j'aime écrire et comme j'ai un peu des sous j'aime faire plaisir à mes proches! je leur glisse un billet même si c'est interdit! je vais voir une amie! bises

      • Jeudi 15 Octobre à 15:56

        Pourquoi c'est interdit de griser un billet ?

        Je ne le sais pas …un cadeau...les grands parents

        et les parents

        le font me semble t-il

    13
    Jeudi 15 Octobre à 11:56

    Je voudrais ajouter que j'ai écouté l'ave Maria de cassini. J'adore toutes les ave Maria, mais celles que j'aime le plus, ce sont celles de Schubert et de Gounod.

    Abrassos Hugues Hugues 

      • Jeudi 15 Octobre à 13:59

        Cher Robic,

        Que à cela ne tienne ! Voici ton Ave Marie Préféré

        Il suffit de le demander !

         

         

    12
    Jeudi 15 Octobre à 11:33

    Coucou Nani, la prolifique ! Je l'ai écouté de bout en bout. Comme Trublion je ne le connaissais pas, mais je comprends combien il t'a fait du bien, et du coup, je lui en  suis reconnaissant. Ce grand homme, je dirais ce grand savant aurait mérité d'être connu du monde entier. Mais j'imagine  qu'il s'en foutait ! Ce grand mathématicien était un grand croyant comme je les aime. Merci de me l'avoir fait connaître. Gros bisous. Hugues 

      • Jeudi 15 Octobre à 14:01

        Et comme je les aime aussi !

        C'est pour cela que l'écoute souvent et lis un peu

        de ses écrits.

         

    11
    Jeudi 15 Octobre à 09:36

    La peinture du jour

    Bonjour Ana,

    voici un homme qui a eu une vie bien remplie

    les mathématiques et ensuite sa foi en DIEU.

    Bonne journée chère petite amie

    Bons baisers et caresses à Titi

     

      • Jeudi 15 Octobre à 14:03

        Et oui, une trouvaille d'internet ! et je suis

        contente de le faire connaître car apparemment  on 

        l'a oublié car les grands hommes " mystiques … non,

        on ne les aime pas !

    10
    Jeudi 15 Octobre à 09:21

    Mon  père était    au   collège  des   jésuites   à Namur   en  Belgique,   et   me racontait    qu' ils   battaient    régulièrement    l'  athénée  royal   dans   les résultats  scolaires !

     il  me  disait  aussi   que    certains    jésuites étaient    des   savants    dans    tous   les   domaines   de   la  science.

    Dieu  connait   les   hommes,   et   sait  qu'ils  n'accepteraient   pas    d'entraves,   et    nous    avons   donc   le  choix    de  croire   ou  pas !

    je   n'  avais  jamais  entendu    parler    de    ce Grothendieck

     Passe   une  bonne   journée

     Bisous

      • Jeudi 15 Octobre à 14:13

        Et oui Pierre, on a rien comprit à cette liberté

        que nous a été donné et je dirait que ce qui me plaît c'est

        que lui ne fais pas d'entraves...va chercher l'homme, la femme,

        là où il se trouve et encore la liberté pour chacun. 

        J'ai constaté que ceux qui " ne croient pas " sont d'une

        grande profondeur et vont au-delà du seul sentimentalisme, 

        où puritanisme… oh la la je vais m'attirer des foudres sans doute

    9
    Jeudi 15 Octobre à 01:03

    Coucou ma Nani chérie,

    Encore une journée bien occupée où je ne suis venue sur mon ordi que pour faire du nettoyage avant de partir en courses. Et quand je suis rentrée des lessives m’attendaient, voilà j’ai accrochée la dernière et je suis à vous.

    La vie se complique avec M.Macron couvre feu à 21h, on n’a pas intérêt à flâner quand on part en goguette (lol).

    Cet homme est un véritable boulet de canon à voir comment il arrive à retourner sa veste en si peu de temps et découvrir Dieu dans tout cela: la clé des songes. Où dieu parle si bas que personne ne l'entend. C'est phénoménal. Merci Nani.

    Douce nuit gros bisous et câlins à Titi. Sylvie.

     

     

      • Jeudi 15 Octobre à 14:14

        Et oui, Dieu est timide, humble, pas intrusif et 

        c'est cela qui m'attire beaucoup de lui entre autres !

    8
    Mercredi 14 Octobre à 16:50

    Bonsoir Nani merci pour ton post engagé politiquement et aussi pour ton com sur ma page! tu sais j'ai fait plaisir à papa je lui ai acheté un rasoir comme il voulait avec les lames qui vont avec! Papa était trop content! en plus il a trouvé comment changer les lames! Je vais préparer les anniversaires d'octobre j'ai acheté des cartes pour ce faire! car avec celui de mon fils et de mes neveux et nièces j'ai beaucoup à faire! bisous

      • Jeudi 15 Octobre à 14:17

        Et bien, c'est un job que j'ai laissé depuis un moment…

        J'écrivais beaucoup des cartes pour les fêtes…

        Puis après l'arrêt de mas gardes de nuit j'ai relégué cela

        à internet. On a tort de laisser les crayons !!!

        Mais j'ai écris beaucoup dans ma vie et j'aimais le crayon !

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :