• ENGAGEMENT DE LA NON VIOLENCE

    GANDHI ET L'EVANGILE 

    Le samedi de la 21e semaine du temps ordinaire

    Première lettre de saint Paul Apôtre aux Thessaloniciens 4,9-11. 
    Frères, pour ce qui est de l'amour fraternel, vous n'avez pas besoin que je vous en parle, car vous avez appris vous-mêmes de Dieu à vous aimer les uns les autres, 
    et c'est ainsi que vous agissez envers tous les frères de la province de Macédoine. Frères, nous vous encourageons à faire encore de nouveaux progrès : 
    ayez à cœur de vivre calmement, de faire chacun ce que vous avez à faire et de travailler de vos mains comme nous vous l'avons ordonné.

     

    PRIERE DE GANDHI

     

    Mon Seigneur……
    Aides-moi à dire la vérité devant les forts et à ne pas dire de mensonges pour gagner l’applaudissement des faibles
    Si tu me donnes fortune, ne me retires pas la raison.
    Si tu me donnes un succès, ne me retires pas l’humilité.
    Si tu me donnes une humilité, ne me retires pas la dignité.
    Aides-moi toujours à voir le revers de la médaille, ne me laisses pas inculper les autres de trahison pour ne pas penser comme moi.
    Apprends-moi à aimer les gens comme moi même.
    Ne me laisses pas tomber dans l’orgueil si je triomphe, ni dans le désespoir si j’échoue.
    Rappelles-moi plutôt que l’échec est l’expérience qui précède au triomphe.
    Apprends-moi que pardonner est un signe de grandeur et que la vengeance est un signe de bassesse.
    Si tu me retires le succès, laisse-moi des forces pour apprendre l’échec.
    Si j‘ai offensé des gens, donnes-moi la valeur pour m´excuser et si les gens m’offensent, donnes-moi la valeur pour pardonner.
    Seigneur … si je t’oublie ne m´oublies jamais!

     

    Mahatma Gandhi

     

     

                     

     

     

    30 janvier 1948 - Gandhi a été assassiné ce matin

    L'assassin est un jeune Hindou

    La plupart des Hindous regardaient Gandhi comme un saint, et ajoutaient secrètement son image à la longue famille de leurs idoles traditionnelles.Photo :La plupart des Hindous regardaient Gandhi comme un saint, et ajoutaient secrètement son image à la longue famille de leurs idoles traditionnelles.

    Le Mahatma allait faire sa prière sur les gazons du palais Birla lorsque quatre balles l'ont atteint en pleine poitrine — La nation indienne en pleurs — Notes biographiques

    Nouvelle-Delhi, 30 (Reuter). - Gandhi était sorti du Palais Birla, où il jouissait de l'hospitalité d'un riche industriel hindou et effectuait son jeûne de protestation contre le conflit indo-musulman. Il allait faire sa prière sur les gazons du palais, marchant péniblement en s'appuyant sur les épaules de ses petites-filles; une foule de 500 personnes s'ouvrait respectueusement sur son passage, lorsqu'un jeune homme vêtu d'une capote kaki de l'armée s'avança et décocha au mahatma 4 coups de revolver en pleine poitrine. Dès le premier coup de feu, une tache de sang rouge apparut sur sa cape blanche; au troisième, il offrit lui-même sa poitrine toute grande, et chancela dans les bras des femmes qui poussaient des cris et éclataient en sanglots. Transporté à l'hôpital, il rendit l'âme au bout d'une demi-heure.

    Maîtrisé par des assistants, l'assassin a déclaré à la police qu'il était un Hindou Mahratte de Poona, et qu'il était indigné de la modération de Gandhi à l'égard des musulmans.

    'Remercions le ciel, a dit une personnalité officielle anglaise des Indes, que l'assassin ne soit pas un musulman, sinon le pire serait à craindre'.

    En effet, Gandhi se préparait, à l'issue de son jeûne, à entreprendre au Pakistan musulman une grande tournée de prédication et de pacification. On sait que les deux Dominions créés le 15 août dernier, Inde et Pakistan, sont déchirés depuis cette date par des troubles et des bagarres, surtout du fait que le Cachemire, de population en majorité musulmane, a été attribué au Dominion de l'Inde.

    Gandhi ne cessait d'exhorter les Hindous à fraterniser avec les Musulmans, à leur rendre l'usage des mosquées qui avaient été converties en temples bouddhistes, à leur assurer garantie et sécurité dans les trains, sur les routes et dans leurs demeures. Il avait entrepris son jeûne comme un symbole d'auto-punition et blâmait énergiquement l'emploi de la violence pour résoudre le problème des relations indo-musulmanes. - 'Le jeûne', disait-il, 'm'est apparu comme l'effort le plus noble de la nature humaine, et la meilleure discipline pour parvenir à la nudité de la conscience.' [...]

     

     

     

    ENGAGEMENT DE  LA NON VIOLENCE

     

     

    GOD BLESS YOU TO

     

    « DES ENFANTS MARTYRES...L'HORREURL'HUMILITE C'EST LA VERITE »
    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

    Tags Tags : , , , , , ,
  • Commentaires

    3
    Dimanche 1er Septembre 2013 à 08:41

    Bonjour Ana, très bel article sur ce grand homme qu'était Gnadhi... Il faudrait un homme comme lui pour résoudre le problème de la Syrie... Bonne journée gros bisous

    2
    Samedi 31 Août 2013 à 19:27

    Coucou Nani

    très belle prière que j'ai récitée lentement afin de comprendre tout les mots,j'ai même partager ton article sur mon FB,au fait y est tu inscrite,dis le en mp,si tu veux

    gros bisous

    1
    Samedi 31 Août 2013 à 14:12

    La plupart des Hindous regardaient Gandhi comme un saint, et ajoutaient secrètement son image à la longue famille de leurs idoles traditionnelles.

    Photo :

                                          APÔTRE DE LA NON VIOLENCE
    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :