• En France, il y a 165 000 enfants violés. Ma réponse !

    Quelles leçons tirer de l'affaire Dolto? | Ramus méninges

    Françoise Dolto & Andrée Ruffo L’enfant, le juge et la psychanalyse. Paris : Gallimard, 1999, 128 p. Andrée Ruffo est juge à la chambre de la Jeunesse et siège à la Cour du Québec. Deux entretiens : à Paris en 1986 ; à Montréal en 1987.

     

    Publié le 16/09/2020 17:43Mis à jour le 16/09/2020 17:43
     
     
    Enquête : l’enfance toujours en danger
     
     
    Publié le 11 septembre 2020 à 10h00
    En France, aujourd’hui, un enfant meurt tous les quatre jours des suites de violences parentales. Au-delà de la sidération, que fait-on pour éviter ces tragédies ?
     

     

     

    L’inceste et autres sévices sexuels subis par l’enfant

     

    « Andrée Ruffo : Il arrive souvent avec des enfants de douze, treize ans, qu'on nous dise : “Cet enfant a des troubles de comportement”, parce qu'il a vécu un inceste, parce qu'il a été rejeté, parce qu'il a été méprisé. Mais moi, je refuse de lui accorder la protection pour ses troubles.

     

    Françoise Dolto : Mais vous avez tout à fait raison parce que l'important c'est : puisqu'il a survécu, qu'est-ce qu'il y a eu de suffisant pour y prendre son pied ? Si un être est vraiment traumatisé, il tombe malade ; si un être n’a pas de quoi vivre, il ne continue pas.

    « Andrée Ruffo : Vous savez, souvent, quand je vois des enfants en colère devant moi, je me dis à moi-même : “C'est merveilleux. Bravo.” Je ne pense pas que je doive, comme juge, le leur dire. Mais cette colère-là, pour moi, c'est leur façon d'exprimer qu'ils veulent survivre.

     

     

    Françoise Dolto: Oui, c'est ça. » (p. 33) «

     

    Andrée Ruffo: Et ils n'ont pas été écrasés. Ils disent : “Vous m'avez fait mal. Bien. Je vous ferai mal.” Et moi, je trouve ça sain ; je trouve ça sain dans le développement d'une personne, pas au niveau de la société.

     

     

    Françoise Dolto : C'est-à-dire qu'on leur a appris un langage. Le langage n'est pas que de la parole ; le langage, c'est manière d'homme, manière d'humain. “Manière d'humain, c'est de faire mal à un humain ? Bon. Eh bien, je deviens une grande personne et je ferai mal aux humains ! — Mais ce n'est pas ça l'important. Puisque tu avais choisi ces parents-là pour naître et que tu as survécu à quelque chose qui t'a fait mal, pour quelle raison crois-tu que tu as survécu ? Pour en faire quoi ? Changer les choses peut-être !” Mais le rôle du juge, c'est qu'à partir de là l'enfant se prenne davantage en charge ; c'est surtout, je crois, la prévention, c'est-à-dire la mise au courant des lois des enfants très jeunes. Si les enfants savaient que la loi interdit les privautés sensuelles et sexuelles entre adultes et enfants, eh bien, à partir du moment où un adulte le lui demande, s'il accepte, c'est qu'il est complice, il n'a pas à se plaindre. Mais il peut avoir, sans se plaindre, à dire : “Mais ça m'a fait très mal. — Oui. Pourquoi t'es-tu laissé faire puisque tu savais que ce n'était pas permis...”

    À partir du moment où l'enfant est au courant, très jeune, de la loi,il est complice et on peut l'aider beaucoup mieux.  !!!es

     

     Andrée Ruffo : Je comprends très bien. À ce moment-là, on ne lui donne pas un rôle de victime. » (p. 34)

     

    La juge : et qu’est-ce que vous faites en tant que juge pour enfant ?

    Dolto : on prévient l’enfant : ça ne recommencera pas, sans ça tu seras complice.

    P88 : la juge parle des mères abusées, de génération en génération

    Dolto : et alors, vous n’en êtes pas morte. Pourquoi vous en faites toute une histoire ?

     

     80 % des violences faites aux enfants ont lieu dans le cadre intrafamilial. Le nombre d’appels au 119 a augmenté de plus de 20 % depuis le début du confinement. (Illustration)

    80 % des violences faites aux enfants ont lieu dans le cadre intrafamilial. Le nombre d’appels au 119 a augmenté de plus de 20 % depuis le début du confinement.

     

     

    __________________________________________________________ 

     

    JE REPOND

     

    ...puisqu'il a survécu, qu'est-ce qu'il y a eu de suffisant pour y prendre son pied ? Si un être est vraiment traumatisé, il tombe malade ; si un être n’a pas de quoi vivre, il ne continue pas.

    Ana Casado : Survécu ? Vraiment ? Avez vous été dans le cerveau de cet enfant ? Survécu avec quelle séquelle à vie…

     

    ... puisqu'il a survécu, qu'est-ce qu'il y a eu de suffisant pour y prendre son pied ? Si un être est vraiment traumatisé, il tombe malade ; si un être n’a pas de quoi vivre, il ne continue pas.

    Ana Casado : Alors on marche ou on crève ! Savez vous mais non puisque vous n'êtes plus … combien des jeunes sont dans HP et suivront les  conséquences à VIE ? Parce il ne faut pas parler …parce que on n'ose pas parler de son père ou de sa mère !

     

    A Françoise Dolto Puisque tu avais choisi ces parents-là pour naître et que tu as survécu à quelque chose qui t'a fait mal,

    Ana Casado : Je n'ai rien choisi ! cela m'a été donné, puis Imposé.

    On peut survivre mais toujours rester attaché au mât du bateau !

    A Françoise Dolto : Si les enfants savaient que la loi interdit les privautés sensuelles et sexuelles entre adultes et enfants, eh bien, à partir du moment où un adulte le lui demande, s'il accepte, c'est qu'il est complice, il n'a pas à se plaindre. 

    Ana Casado: S'il accepte ! Comment un môme ou une pte fille peut dire NON ! lorsque on la touche, lorsque on la bat jour après jour durant 6 ans et des adultes le savaient !  (ça a été mon cas) Des mots de brute qui te restent cloués au cerveau " TU NE FERAS RIEN DE TA VIE, TU SERAS UNE PROSTITUE ! J'avais 11 ans ! 

    Ce sont des profs qui se sont rendu compte 6 ans après !

     

    A Madame Dolto: Oui. Pourquoi t'as-tu laissé faire puisque tu savais que ce n'était pas permis

    Ana Casado: Honte, Horreur ! Comment voulez vous dire non à 3 ans ! 

    Comment dire non à 11ans devant un montre d'adulte (une femme !)

     

    A Madame Dolto : À partir du moment où l'enfant est au courant, très jeune, de la loi, il escomplice et on peut l'aider beaucoup mieux.  " il n'a pas à se plaindre. "

     

     Ana Casado : Très jeune, quelle loi ? Et même avec la loi que peut faire un enfants qui A PEUR, TERREUR ! Comment se plaindre ? Qui va croire ?

    Et lorsque on le dit on fait comme vous, on ne les croit pas ou la famille défend le ou l' abuseuse  

     

    A Madame Dolto : on prévient l’enfant : ça ne recommencera pas, sans ça tu seras complice.

     

    Ana Casado : Madame, reposez en paix, mais moi qui croyais en vous un peu… Vous me blessez profondément en nous blessant...enfants de toujours blessés, violés, inceste, coups, mort, et conséquence à vie d'un traumatisme qu'aucun médecin ni traitement pourra enlever les images, les visages, la mémoire. Car un enfant garde la mémoire intacte à vie ! 

    Honte à tous ceux hauts placés et autres qui font des enfants leur sujet des fantasmes car pas assez hommes ou femmes pour abuser d'un enfant, pour la battre ou la tuer

     

    Enfants maltraités. Parents criminels : l'omerta française. France 2

     

    “Entre Septembre 2003 et juillet 2009, Marina a subi des actes de torture ou de barbarie [par ses parents] en lui portant de façon répété, et dès le plus jeune âge, des coups de poings sur le visage et sur le corps, des coups de pied, des coups de tête, des coups de ceinturon et de bâton, en la laissant la plupart du temps enfermée dans sa chambre volets clos, en l’affamant, en la séquestrant dans le grenier, dans le garage ou dans la cave, nue et privée de tout moyen de se protéger du froid, en lui infligeant des douches froides, en alternant des douches froides puis très chaudes, en l’attachant à son lit et en la bâillonnant avec du ruban adhésif, en lui faisant ingérer du vinaigre ou du gros sel, en refusant de l’habiller et en lui faisant passer des journées entières complètement dévêtues, en lui tirant les cheveux jusqu’à les lui arracher, en l’obligeant à marcher pieds nus sur un sol rugueux pendant plusieurs heures avec une charge sur le dos jusqu’au décollement de la peau, et en lui plongeant la tête sous l’eau à plusieurs reprises.”

     

     

     JE NE EPARGNE PAS LES PRÊTRES QUI ONT COMMIT DES ACTES PEDOFILES AUSSI !

     

     

     

    En prêchant le respect à un enfant, on ne lui apprend pas le respect. En  prêchant, on lui apprend à prêcher. Le respec… | La transmission,  Enseignement, Apprendre

     

     

     

    « Épiphanie du Seigneur et tradition de famille " la galette " On dit souvent :Dieu n'existe pas ! Dieu est mort ! " Lumen Fidei" »
    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks Pin It

    Tags Tags : , , , , ,
  • Commentaires

    16
    Vendredi 8 Janvier à 09:46

    La photo du jour

    Bonjour Ana,

    merci d'avoir osé mettre un tel article qui parle de la souffrance qu'endure ces pauvres enfants livrés à des abus sexuels ou à des violences physiques..

    Bonne journée, gros bisous,caresses à Titi

    15
    Vendredi 8 Janvier à 09:25

    J'ai  prévu   de   faire   un  article    qui  paraîtra   lundi sur    ce   sujet   qui   me tient   à   coeur !

     Ce   qui    m'horripile   le   plus,    c'  est   qu'à    chaque    fois   on  nous   sort  : on   savait !

     Alors   je   dis    que   les  juges,    les   politiques,    les  journalistes c    sont   s coupables    de    se   taire !

     Passe   une  bonne   journée

     Bisous

     

      • Vendredi 8 Janvier à 10:38

        Mais oui ! et pour le cas où je crois que tu parles encore

        plus...et l'on savait et même le père et la mère !

        Mais dans l'sphère des grand clubs privés de Paris sans 

        doute oui car cela trainais depuis 2019 !

    14
    Vendredi 8 Janvier à 07:35

    bonjour nani en ce matin tres glacial en pensanta  ceux qui n ont pas de toit hélas et ils sont nombreux alors par de telles temperatures c est tres dur a vivre et meme pas quelque chose de chaud  a boire pour se réchauffer , pour manger dans la journée avec le fruit de leur quete peut etre y arrivent ils un minimum j espere et il y a les maraudes heureusement et encore faut il qu ils passent de partout dans nos petites villes il n y en a pas , par contre il y a (( l hotel du nord )) ou ils sont tres bien donc ici il n y a vraiment personne dans la rue ce qui est tres bien 

     j espere que titi et toi allés tres bien 

     bonne fin de semaine 

     amitiés

      • Vendredi 8 Janvier à 10:40

        Chère Marie Thé,

        aujourd'hui on parle des enfants.

        Pour les sans abris je le sais et je suis inquiète aussi ! 

    13
    Vendredi 8 Janvier à 04:41

    C'est un sujet si terrible et révoltant...

    On ne pourra jamais assez soutenir les enfants victimes de ces atrocités et les adultes qu'ils deviennent lorsqu'ils parviennent à grandir...

    Tu as bien fait de parler de ce sujet, aucun sujet n'est tabou  et je trouve que les victimes ne devraient jamais être rejetées par des gens qui ne veulent pas voir... Hélas, tant de gens refusent de voir, cela les arrange...

    Je trouve que les victimes ont beaucoup de courage de survivre à de tels actes!

    Merci pour ton courage Nani, pensées pour celles et ceux qui ont subi de telles choses, pensées pour ceux qui ne sont plus car on les a laissés tomber...

    Gros bisous et pensées tendresse, je suis bien contente que le paquet soit arrivé... Un grand merci pour la photo de Titi!

    Cendrine

    Une maison pour petites fées...

      • Vendredi 8 Janvier à 10:59

        Merci Cendrine de dire aussi ! En faite ceux qui

        sont le plus fragiles, les enfants en les personnes âgées 

        parfois abandonnées on ne dira jamais trop.

        Mais je pense ...LE PROCÈS D'OUTREAU

                                                 douze enfants reconnus victimes !

                                                   Merci encore pour Titi

                                                                          

    12
    Jeudi 7 Janvier à 17:50

    Bonjour NANI

    un article touchant et fragile c est sur que ceci ne s arrêtera pas crois moi et ils ont tellement peur d en parler ils préfèrent garder ceci pour eux qui malheureusement ceci continu ce sont des malades et  j ai essayer de faire un article dessus je n ai pas pu ceci me faisant mal tu as bien fait d en parler quand je le pense même des bébés  je peux te le dire l horreur complet j en ai fait des cauchemars je t assure car je regarder à la télé des documentaires pour le viole des ENFANTS INCROYABLE JE TE REMERCIE UN ARTICLE PRENANT ET VRAI je te fais des bisous de ce Jeudi et à Titi DANNN

      • Jeudi 7 Janvier à 20:28

        C'est sûr que ce qui m'a relancé c'est le courage

        de cette femme qui défend son frère dans un monde aussi

        compliqué et enfermé car de pouvoir et " discrétion" 

        Quelle honte ! Quel crime de se servir des enfants.

         

    11
    Jeudi 7 Janvier à 17:27

    coucou ma petite Nani! Je suis désolée! Je me doute que des choses aussi intimes on n'en parle pas sur un blog! j'avais mal compris, pardon

    Je te souhaite une belle soirée! bisous à titi et à toi aussi bien sûr!

      • Jeudi 7 Janvier à 20:30

        Dans un blog il faut être vrai et oser parler sans insulter.

        Un blog pour moi c'est une page d'information.

        Je suis venue non pas à parler de moi, mais des enfants

        bien entendu même si je sais de quoi je parle.

         

    10
    Jeudi 7 Janvier à 16:49

    On ne peut pas imaginer à quel point est grande la douleur de ces milliers d'enfants martyrisés comme  Marina, ou violés dès le plus bas âge par des monstres, d'autant plus monstrueux qu'ils sont soit le père ou un membre de la famille ! 

    Je viens de lire la biographie de Françoise Dolto, morte en 1988, Elle fut une fervente militante de la "cause des enfants" faisant de l'enfant en souffrance et ses rapports avec la mère, son domaine de prédilection. A douze ans, elle est profondément marquée par la mort de sa soeur ainée. Plus tard, elle dira: " J'ai vu ma mère souffrir au point qu'elle ne pouvait pas tolérer de voir un enfant handicapé dans la rue. J'étais à côté d'elle, comme ça, rétrécie de souffrance pour elle et pour l'enfant qu'elle injuriait. J'ai éprouvé comme ça des choses tellement douloureuses, avec une telle compassion pour les gens qui souffraient parce que je ne pouvais pas faire autrement." 

    Je comprends que tu croyais en elle avant d'être profondément blessée par ces propos ! " Et alors ? Vous n'êtes pas morte. Pourquoi en faite-vous toute une histoire ?" C'est la phrase qui m'a fait le plus de mal ! Quelle dérive ! Bravo pour tes réponses !

    Je suis à tes côtés pour apaiser ta peine et ta révolte !

    Gros bisous ma chère Nani Hugues

     

      • Jeudi 7 Janvier à 16:54

        Merci de Dire Hugues !

        MERCI pour les enfants !

    9
    Jeudi 7 Janvier à 16:08

    Bonjour Nani! Je comprends ta souffrance et je la partage!

    Je rentre du CATTP! j'ai à nouveau eu la fève pour la 3ème fois consécutive! C'est un signe: 2021 va être une nouvelle année avec un renouveau, peut-être une belle rencontre! ou alors beaucoup de bonheur avec mon fils retrouvé!

    Je te souhaite la même chose pour toi pour 2021, beaucoup de bonheur avec ton Titi! choupette a mangé! elle vient de s'installer sur mon lit et elle fait sa toilette! bises et merci pour ton com sur ma page!

      • Jeudi 7 Janvier à 16:46

        Nicole, il ne s'agit pas de MA SOUFFRANCE, 

        Je parle et répond au nom de tant des enfants ou des adultes 

        qui ne peuvent pas le faire ou n'ont pas la force de le faire.

        Merci

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :