• EDITH STEIN CARMELITE

    MORTE EN AUSWITCH EN 1942

      

    Bonjour mes Amis. Encore aujourd'hui, je veux vous 

    faire connaître Edith Stein Carmelite. Par avance, je vous 

    incite à lire sa vie. C'est un être extraordinaire dans l'ordinaire

    de chaque jour. Et la lire nourri le coeur et avec ses pensés,

    nous enrichit aussi.

     

     

    Juive allemande, Edith Stein naît à Breslau le 12 octobre 1891. Philosophe éminente, convertie au christianisme et devenue carmélite sous le nom de soeur Thérèse-Bénédicte de la Croix, elle meurt à Auschwitz-Birkenau pendant la Seconde Guerre mondiale. Canonisée en 1998, elle est déclarée, l'année suivante, patronne de l'Europe par Jean-Paul II. Son nom allemand Stein veut dire "pierre". Edith est un diamant aux multiples facettes, solide, pure, lumineuse. Tout au long de sa vie Edith ne cessera d'affiner sa recherche : quel est le sens de l'existence ? quelle en est la destinée ultime ? En 1921, après avoir parcouru beaucoup de chemins de réflexion, elle est touchée par la parole d'un frère juif, Jésus : "Je suis la vérité", qui la convainc. Désormais, le diamant, sans la moindre hésitation, s'expose à la splendeur lumineuse de ce Jésus. De maître qu'elle était, Edith devient disciple ; d'inquiète chercheuse, elle se fait témoin serein et intrépide. La philosophe s'élance dans une phase finale, inconditionnelle : celle de l'Amour le plus haut. Elle devient épouse de la Vérité, l'embrasse, l'adore, au sens plénier. Plus tard, en 1938, en pleine montée du nazisme et de la haine des Juifs, elle s'ouvre à une amie, en se référant à son nom religieux : " Aujourd'hui je saisis certainement encore mieux ce que signifie d'avoir épousé le Seigneur sous le signe de la Croix. Mais vraiment comprendre, on ne le fera jamais, car c'est un Mystère". C'est cette extraordinaire destinée, cette si belle sainteté, que raconte Conrad De Meester dans ce récit concis, lumineux et très documenté.



     

     

     

     

    « Je crois que plus quelqu'un est entré profondément en Dieu, plus il doit aussi en sortir, c'est-à-dire aller dans le monde pour y porter la vie divine » (Lettre du 28/3/1930 à A. Jaegerschmid) Sainte Thérèse-Bénédicte de la Croix – Edith Stein (1891-1942)

     

     

    Prière d’Edith Stein

    Edith Stein

    Porte
    © D.R.

    Mon Seigneur et mon Dieu,
    Tu m’as conduite sur un long chemin, obscur,
    Pierreux et dur.
    Maintes fois mes forces faillirent m’abandonner,
    À peine j’espérais voir un jour la lumière.

    Pourtant, au plus profond de la douleur
    où mon coeur se figeait,
    Une étoile claire et douce se leva pour moi.
    Elle me conduisit fidèlement ; je la suivis
    D’abord hésitante, puis de plus en plus confiante,
    Je me tenais enfin à la porte de l’Église.

    Elle s’ouvrit ; je demandai d’entrer. […]
    Est-il possible, Seigneur, que renaisse
    Celui qui a franchi la moitié de sa vie ?
    Tu l’as dit, et pour moi c’est devenu réalité.
    Le fardeau d’une longue vie de fautes
    et de souffrances
    Est tombé de moi. […]

    Oh ! Aucun coeur d’homme ne peut comprendre
    Ce que tu réserves à ceux qui t’aiment.
    Maintenant je t’ai et ne te lâcherai plus.

    Où que conduise le chemin de ma vie,
    Tu es toujours auprès de moi,
    Rien ne pourra jamais me séparer de ton amour.

     

     

     

     7 euros

     

     

    GOD BLESS YOU TO

     

     

    « DES TRACES VERS DIEUCONVERSION DE PAUL CLAUDEL »
    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks

    Tags Tags : , , , , , ,
  • Commentaires

    1
    Jeudi 8 Mai 2014 à 10:21

    Bonjour Ana, bel article sur la vie d'Edith STEIN.... Le temps est toujours incertain... Bon jeudi, gros bisous

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :