• ECRITS DE SAINT AGUSTIN

    ECRITS DE SAINT AGUSTIN

     

        Bien tard je t’ai aimée, ô beauté !
         Print
    Dans cette page des Confessions, l’une des plus célèbres, Augustin renvoie à son expérience de Dieu au jardin de Milan, un Dieu présent au coeur de l’homme : « Toi, tu étais plus intime que l’intime de moi-même, et plus élevé que les cimes de moi-même. » (III, 6, 11).
     

     

    Bien tard je t’ai aimée,
    ô beauté si ancienne et si nouvelle,
    bien tard je t’ai aimée !
    Et voici que tu étais au-dedans, et moi au-dehors
    et c’est là que je te cherchais,
    et sur la grâce de ces choses que tu as faites,
    pauvre disgracié, je me ruais !
    Tu étais avec moi et je n’étais pas avec toi ;
    elles me retenaient loin de toi, ces choses qui pourtant,
    si elles n’existaient pas en toi, n’existeraient pas !

     

    Tu as appelé, tu as crié et tu as brisé ma surdité ;
    tu as brillé, tu as resplendi et tu as dissipé ma cécité ;
    tu as embaumé, j’ai respiré et haletant j’aspire à toi ;
    j’ai goûté, et j’ai faim et j’ai soif ;
    tu m’as touché et je me suis enflammé pour ta paix.

     

    Quand j’aurai adhéré à toi de tout moi-même,
    nulle part il n’y aura pour moi douleur et labeur,
    et vivante sera ma vie toute pleine de toi.
    Mais maintenant, puisque tu allèges celui que tu remplis,
    n’étant pas rempli de toi je suis un poids pour moi.
    Il y a lutte entre mes joies dignes de larmes
    et les tristesses dignes de joie ;
    et de quel côté se tient la victoire, je ne sais.
    Il y a lutte entre mes tristesses mauvaises
    et les bonnes joies ;
    et de quel côté se tient la victoire, je ne sais.

     

    Ah ! malheureux ! Seigneur, aie pitié de moi.
    Ah ! malheureux ! voici mes blessures, je ne les cache pas :
    tu es médecin, je suis malade ;
    tu es miséricorde, je suis misère.
    N’est-elle pas une épreuve, la vie humaine sur la terre ? […]
    Et mon espérance est tout entière uniquement
    dans la grandeur immense de ta miséricorde.
    Donne ce que tu commandes et commande ce que tu veux. […]
    Ô amour qui toujours brûles et jamais ne t’éteins,
    ô charité, mon Dieu, embrase-moi !

     ECRITS DE SAINT AGUSTIN

     

    Confessions, X, 27, 38-29, 40BA 14,

      J'ai vu le film de la vie de Agustin d'Hipone et sa Mère Monique.

    C'est merveilleux de voir comme les supliques d'une Mère et ses larmes ont de l'influence dans la conversion d'Agustin. En tout cas, nous voyos par son experience de conversion, comme Dieu et sa grâce traversent le coeur du converti.

    Dieu est toujours dans notre âme mais si nous l'avons fermé, le coeur endurci, ne peux avoir ecouter rien. Même si Dieu crie a grand force  " converti-toi !!! " Le Bien-Aimé était là, et les choses terrestres occupaient toute la place, de ce coeur qui sentait la soif mais méconnaisait où trouver la vrai Fontaine...Celle de l'Eau Vive.

    Puis, les larmes de sa Mère et le désir du Bién-Aimé, arrivent à lui donner une maladie. A permettre que ceux qui le louaient pour son éloquence, le laissent seul...

    C'est dans le Silence et la Solitude, que son coeur va écouter quelqu'un qui l'appele  : Agustin !  au milieu de l'écuerement, de la souffrance, de la desilution des ces choses terrestres, que son Âme va s'ouvrir et va recevoir toutes les grâces à propulsion.

    C'est cela la conversion. Il faut goûter le font de l'abîme, pour prendre 

    la main de LA MISERICORDE.

    Un abîme appele l'autre Abîme.

    Que notre âme Seigneur se mette dans le silence, pour écouter ta voix.

    GOD BLESS YOU

     ECRITS DE SAINT AGUSTIN

     

     

    « FETE DES MAMANS ET DE L'AMOURCHAQUE FOIS QUE TU FAIS UN DON MONTRE UN VISAGE JOYEUX »
    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

  • Commentaires

    3
    chezmamielucette Profil de chezmamielucette
    Mardi 28 Mai 2013 à 10:07

    Bonjour Ana, ce poème  de saint Agustin est très beau.... C'est grâce à la prière que nous arrivons à supporter toutes les misères qui nous arrivent.. Bonne journée chère petite amie, je te fais de gros bisous

    2
    Maylie83 Profil de Maylie83
    Mardi 28 Mai 2013 à 06:25

    onjour Anna

    très joli texte

    dis tu sais que tu peux agrandir l'encadrement,en fait on apprends petit a petit

    gros bisous

    1
    Lundi 27 Mai 2013 à 19:46

    Quelque part c'est un peu dommage que le coeur de l'être humain soit si dur ! Quand on parle du Seigneur à des gens riches et bien portants, il est rare qu'ils nous écoutent bien longtemps ! Mais près d'une personne qui souffre on peut prononcer le nom de Jésus, son coeur est plus ouvert à la Grâce de Dieu. De même bien des chrétiens n'ont pas le temps pour prier quand tout va bien., il le trouve pourtant quand tout va mal. Que l'Esprit de Dieu nous aide dans notre faiblesse chère Ana ! Sur mon blog eklablog , le lien renvoit vers des prédications que j'ai faites, il s'agit d'enregistrements en public. Grosses bises à toi

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :