• DES TEMOINS DE DIEU AUJOUD'HUI : ANDRE LEVET

    Les témoignages

    Merci André de votre témoignage !

    Nous vivons dans un monde, où tout va vite.

    Tout rentre par les yeux...le coeur a peu de temps

    pour s'arrêter. Ou, il s'arrête ému, mais le bruit

    prend le dessus. Ce n'est pas le bruit des voitures, ou de la rue, c'est le bruit dans notre tête. Nous oublions de tas de choses importantes. Combien des jours je me dis, il faut que j'appele à telle personne.

    Que j'envoi cette lettre. Alors il y a des gens que dans la souffrance, le silence de leur cellule, ecoutent la voix du Seigneur.

    Les phrases les plus profondes me sont venues des

    gens "de la rue" 

    Quand est-ce que je vais me decider d'ecouter

    le Seigneur, et de pas attendre des autres voix

    qui troublent mon âme ? 

    Quand est-ce que je vais me decider, à me tourner 

    pour ne regarder que le Christ...en la personne 

    des autres. Cela fonctionne. Chaque fois que je l'ai fait, la rencontre avec cet autre, m'a été salutaire.

    IL y a des personnes que me dissent, que mon blog

    ou moi nous sommes mystiques...

    Voici ce que dit Google :

    La mystique ou le mysticisme est ce qui a trait aux mystères, aux choses cachées ou secrètes. Le terme relève principalement du domaine religieux, et sert à qualifier ou à désigner des expériences spirituelles de l'ordre du contact ou de la communication avec une réalité transcendante non ...

    Voila une autre defenition de quelqu'un

    Être mystique, c'est quoi?    

     

    c'est un être humain comme un autre,

    il a ses joies, il a ses fautes,

    il a ses peines; il pense comme vous,

    il souffre aussi comme vous;

      il s'alimente, dors, travaille comme vous;

    il travaille également dans un autre domaine,

    mais c'est toujours du travail qu'il mène,

    et parfois ce travail est pour vous.  

    C'est aussi un coeur qui bat et qui aime,

    un coeur qui peine et sourit,

    ce coeur est lourd parfois,

    mais bien vite il retrouve la joie et rit.  

    Il  change un simple mouvement d'humeur,

    et ce mouvement devient caresse,

    ce coeur palpite avec ivresse,

    et il donne toute joie avec un tapis de fleurs.  

    Un mystique s'oublie et pense à l'autre,

    il cherche la bonté et pousse avec énergie,

    toute âme à s'élever vers la libre harmonie,

    Il est patient, et oublie sa volonté propre.

    *************************

    Aucune de ses definitions me resemblent...

    Je suis juste, ce que je suis DEVANT DIEU

    André : Dans ma prison, « une lumière apparut »

     
    A cette époque, la police m’arrêta et me André Levet a aujourd’hui 73 ans... Cet ancien gangster est né en 1932, dans une famille « athée » et ce n’est pas à la maison qu’il entendit parler de Dieu. La seconde guerre mondiale frappe la France et André a déjà perdu sa mère lorsque son père est déporté à Auschwitz. Il n’a pas dix ans ! Recueilli dans une ferme des Pyrénées, il y a reçu « plus de coups de pieds au cul que de caresses », selon ses propres mots. Son père libéré en 1945 tente un remariage qu’André n’accepte pas. A 13 ans, il fuit... son enfer commence.

    Je n’ai pas accepté ma nouvelle belle-mère et je me suis enfui à Marseille à l’âge de 13 ans, couchant dans les rues et déchargeant des camions.mit en prison, aux Baumettes, en attendant de me rendre à ma famille. Au contact des autres prisonniers, je suis devenu un petit délinquant, apprenant toutes les ficelles du « métier ».Une fois rendu à mes parents, je me suis à nouveau enfui, et j’ai commencé une carrière de délinquant. A 15 ans j’ai été arrêté pour une attaque à main armée, et mis en prison jusqu’à ma majorité. A 18 ans, on avait la possibilité de s’engager pour faire la guerre d’Indochine, ce que j’ai fait pour éviter la prison. J’ai été blessé et rapatrié en France.

    Je me lance dans « les affaires »

    Après cela, fort de mes expériences militaires et carcérales, je suis devenu le chef d’une bande de gangsters, spécialisée dans le braquage des banques.

    Un jour, alors que j’étais venu à Laval pour une « affaire », j’ai aperçu un curé en robe, de l’autre côté de la route. Je suis allé vers lui et, n’en ayant jamais vu auparavant, je lui ai demandé s’il était un homme ou une femme. Il m’a répondu : « je suis un serviteur de Dieu ». Dieu, c’est mon patron ! Je lui ai dit : « ton Dieu, où il est ? On ne le voit pas ». Il a répliqué : « je vois que tu ne connais pas Dieu, mais si un jour tu as du temps, viens en discuter avec moi, 12 bis rue de Solférino ». Je n’ai jamais oublié cette adresse.

    Plusieurs mois après, alors que j’étais de passage à Laval pour une autre « affaire », je suis tombé par hasard dans cette rue. Je suis allé voir le curé, il était là et m’a dit : « je t’attendais ». Ce curé est devenu mon ami, il me donnait des conseils, que je ne suivais pas, et chaque fois qu’il me parlait de Dieu, je lui disais : « laisse ton Dieu où il est ». Quelque temps plus tard, je me trouvais à Rennes pour attaquer une banque. Là, l’affaire a mal tourné, mon copain a été tué et j’ai été arrêté. Je me suis évadé, j’ai gagné l’Amérique du sud où j’ai organisé un trafic de drogue...

    3 fois évadé 3 fois repris

    Revenu en France, je suis arrêté de nouveau, pour m’évader encore. 3 fois évadé, 3 fois repris. Toutes mes affaires vont me valoir 120 ans de prison, s’il fallait tout cumuler. On me transfert à Clairvaux dans la prison des durs et avec des copains je vais tenter une évasion en creusant un tunnel, comme dans le film « la grande vadrouille ». L’évasion a failli réussir, mais nous avons été repris. J’ai encore tenté une autre évasion, seul, en crochetant un gardien avec une arme. Là encore je me suis fait prendre. Ils ont décidé de m’envoyer à Château Thierry. Le directeur m’a reçu avec ces paroles : « ici, tu marches ou tu crèves ! » J’ai répondu en lui balançant le bureau sur la tête. Ils m’ont mis dans une toute petite cellule avec un lit scellé. Mon curé ne m’a pas abandonné, il m’a envoyé une lettre par mois ou de temps en temps il me parlait de Dieu me disant qu’il était bon. Je lui ai répondu : « si ton Dieu est bon, pourquoi faut il qu’il y ait tant de guerres, de misère, pourquoi certains crèvent de faim alors que d’autres ont trop ? Pourquoi certains ont plusieurs maisons alors que d’autres n’en ont pas ? »

    Le curé m’a répondu : « André, c’est toi le responsable ». Quoi ? Moi ? Je voulais bien être responsable des braquages, mais pas de la misère du monde ! Et puis un jour, le curé m’a envoyé un gros bouquin en me disant : « André, ce bouquin tu pourras le lire tout le temps, même après ta mort, en commençant par n’importe quelle page ». Le gardien me l’a apporté en me disant : « c’est bien ce bouquin, tu devrais le lire, tu pourras même l’emporter au cachot ». 
    « Ca parle de quoi ? » 
    « Du bon Dieu », il me répond.
    « Quoi ! C’est pas vrai ! il m’a ramené son bon Dieu dans ma cellule ! »

    Mon curé m’écrivait tout le temps, en me suppliant de lire le livre. Je commence à lire la Bible.

    Alors, pour lui faire plaisir, en 10 ans je l’ai ouvert 9 fois. J’ai commencé par lire les noces de Cana, où Jésus change l’eau en vin. J’ai tourné le robinet de mon lavabo en disant : « mec, fais couler du vin ! » Ca n’a pas marché. Je l’ai écrit au curé en disant : « ton bouquin, ça ne marche pas ». Mon curé m’a répondu : « André tu lis de travers, persévère ». J’ai lu l’histoire de la Samaritaine, l’histoire de la résurrection de Lazare. Avec cette histoire j’ai été révolté, je ne pouvais pas la croire, et mon copain qui s’est fait descendre par les flics, il n’est pas ressuscité lui ? Puis j’ai repris la lecture, longtemps après, et j’ai lu combien Jésus avait fait de bien aux gens et combien ils l’avaient maltraité, ils lui avaient craché dessus, ils l’avaient fouetté, injurié, puis cloué sur une croix. J’étais révolté je ne comprenais pas pourquoi on faisait autant de mal à quelqu’un qui faisait autant de bien.

    Rendez vous à 2 heures du matin

    J’abandonnais la lecture et je cherchais toujours à m’évader. J’attendais une arme et une lime, mais ces objets ont été interceptés. Il ne me restait plus aucun espoir, alors en désespoir de cause j’ai fait appel à Jésus. Je lui ai dit : si tu existes je te donne un rancart. Viens cette nuit à 2 heures du matin dans ma cellule et tu m’aideras à m’évader.

    Je me suis endormi cette nuit là et d’un coup au milieu de la nuit j’ai été réveillé. Prêt à bondir, j’ai senti une présence dans ma cellule, mais je ne voyais personne. Puis j’ai entendu une voix claire et forte à l’intérieur de moi : "André, il est 2h du matin, on a rendez-vous." J’appelais le gardien en criant : c’est toi qui m’appelle ? Non me dit il. 
    "Quelle heure est-il", demandais je ? 
    "2 heures."
    "2 heures combien ?"
    "2 heures pile", me répondit le gardien.

    Puis la voix se fit entendre à nouveau : "Ne sois pas incrédule, je suis ton Dieu, le Dieu de tous les hommes." Mais je ne te vois pas ! répondis-je.

    A ce moment là, vers les barreaux de la lucarne une lumière apparut. Et dans cette lumière, un homme avec les mains et les pieds percés et un trou au côté droit. Il me dit : "C’est aussi pour toi." A ce moment là ,les écailles de mes yeux, lourdes de 37 ans de péché, sont tombées et j’ai vu toute ma misère et toute ma méchanceté. Je suis tombé à genoux et suis resté dans cette position jusqu’à 7 heures du matin. J’ai pleuré devant Dieu et tout le mal est sorti de moi. J’ai compris que pendant 37 ans j’avais enfoncé les clous dans ses mains et dans ses pieds.

    A 7 heures les gardiens m’ont ouvert, ils m’ont vu à genoux et pleurant, je leur dis : Je ne vous cracherais plus dessus, je ne frapperais plus personne, je ne volerais plus personne, car chaque fois que je le ferais c’est à Jésus que je le ferais. Les gardiens ont été surpris, ils ont cru dans un premier temps à une ruse de ma part. Puis rapidement, ils ont compris que j’avais totalement changé.

    Plusieurs détenus ont été interpellés et ont pu eux aussi rencontrer ce Dieu merveilleux et changer de vie.

    Je suis maintenant libéré, ma vie a totalement changé et je passe tout mon temps à parler aux autres de l’amour de ce Dieu."

     

     

     

     

     

     


     

     

     

     

    RIEN QUE POUR AUJOURD'HUI

     

     

     

    GOD BLESS YOU TO 

     

     

    SOURIRE D'ENFANT

     

    MERCI

    « « JE BÉNIRAI LE SEIGNEUR PENDANT MA VIE -Saint Agustin -A NIVO TENDRESSE, MON AMI »
    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks

    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    3
    Vendredi 7 Février 2014 à 13:00

    bonjour ana
    merci de m'avoir prévenu pour maylie
    dans quel monde vivons nous ,c'est bien triste
    je lirai ton article ce soir ,car le vendredi je n'ai pas le temps ,je vais me préparer pour partir
    je te l'avais dit que le vendredi je suis absente des blogs
    le matin nous allons faire nos grosses courses et l'après-midi je vais à ma maison de retraite
    je t'embrasse très fort
    janine

    2
    Vendredi 7 Février 2014 à 09:33

    lhistoire que tu nous racontes, 

     je la decouvre, et je me dis que finalement il faut toujours esperer..

     j'espere que tu vas bien, bisous  "V"

     

     

    1
    Vendredi 7 Février 2014 à 09:19

    Bonjour Ana, je connaissais l'histoire de cet homme, mais j'ai pris plaisir à la relire... Le vent souffle fort et j'ai des coupures d'internet.. Bonne journée, gros bisous

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :