• DES PRETRES, DES FEMMES, DES HOMMES MARTYRES

     

    Image illustrative de l'article Jerzy Popieluszko

    Bx Jerzy Popiełuszko
    Prêtre et martyr

     

    Jerzy Aleksander(au baptême : Alfons) Popiełuszko naît le 14 septembre 1947 à Okopy, un petit village de Voïvodine, au nord-est de Białystok (Pologne), au sein d’une famille de paysans profondément chrétienne.

    Entré au grand séminaire de Varsovie en 1965, il a été appelé, un an plus tard, sous les drapeaux, pour faire ses trois années de service militaire dans une unité spéciale. Les autorités militaires procédaient à un endoctrinement anticlérical et antireligieux pour détourner les séminaristes de leur vocation. Il fut l'objet de vexations et de persécutions qui portèrent atteinte à sa santé.

     

    Jerzy Popiełuszko fut ordonné prêtre le 28 mai 1972 par le cardinal Stefan Wyszyński, primat de Pologne, et choisit pour devise sacerdotale les paroles du prophète Isaïe et de l'Évangile de Luc : « Il m'a envoyé porter la Bonne Nouvelle aux pauvres, panser les plaies des cœurs brisés ».

           

     DES PRETRES MARTYRES

     

    Il exerça ses fonctions pastorales en tant que vicaire de paroisses à Ząbki, à proximité de Varsovie, puis à Anin, et enfin à Varsovie même, à la paroisse de l'Enfant Jésus.

     

    En 1979-1980, il assura la catéchèse des étudiants en médecine à l'église académique Sainte-Anne à Varsovie. Il fut également nommé membre du Corps consultatif national pour la pastorale du service de santé et aumônier diocésain du personnel de santé.

     

    Dès mai 1980, il exerça son ministère dans la paroisse Saint-Stanislas-Kostka à Varsovie.

     

    En août 1980, pendant la grève de Solidarność aux aciéries de Varsovie, le père Jerry Popiełuszko devient, à la demande des sidérurgistes et par nomination du primat Wyszyński, aumônier des ouvriers. Il s'engage profondément dans la pastorale des travailleurs et accompagne le syndicat Solidarność pendant l'état de guerre.

     

    Après le coup de force du général Wojciech Jaruzelski contre Solidarność en décembre 1981, le père Popieluszko s'était mis à célébrer des« Messes pour la patrie », où les homélies affrontaient des thèmes religieux et spirituels mais aussi des questions d'actualité, à caractère social, politique et moral. Ces messes regroupent des milliers de fidèles venant de Varsovie et de différentes régions de Pologne, suscitant la fureur du pouvoir communiste.

     

    Considéré comme « dangereux », Jerzy Popiełuszko fut enlevé par trois officiers de la police politique (SB) le 19 octobre 1984, alors qu'il revient en voiture de son service pastoral. Après avoir été torturé jusqu'à ce que mort s'ensuive, le corps est lesté puis jeté dans un réservoir d'eau de la Vistule (à 120 km au nord de Varsovie). Son corps méconnaissable ne sera découvert, par des plongeurs, que plusieurs jours plus tard dans ce réservoir, grâce aux aveux des trois officiers. Ses funérailles, auxquelles participèrent plus de 1.000 prêtres et des centaines de milliers de fidèles, furent célébrées le 3 novembre 1984 à Varsovie.

     

    Le père Popiełuszko symbolie, aux yeux des Polonais, la lutte commune de l'opposition démocratique et de l'Église catholique contre un régime totalitaire.

     

    Fichier:Popiełuszkogrób.JPG

     

    ******

    Souvent, les medias nous montrent une Eglise obscure,

    où il y aurait que zones d'ombre.

    Tout d'abord, c'est le Christ que l'on doit mettre au centre.

    L'Eglise, n'est qu'un moyent où il y a aussi

    des zones d'ombre. Il faut le savoir et pas accepter cela.

    Mais dans cet Eglise, il y a aussi des Martyres qui donnent

    leur vie pour dire non au régime totalitaire.

    Il y a encore aujourd'hui l'Eglise du Silence.

    Où des hommes et des femmes donnent

    leur vie, pour être parmi des chrétiens,

    qui ne peuvent vivre librement leur foi.

     

    Le Christ, appelle sans obliger

    des moissoneurs, pour que notre monde,

    devienne une source d'Amour.

    Ce n'est pas qu'a des personnes consacrés,

    mais nous tous, sommes responsables, 

    de construire selon nos moyens, un monde

    meilleur. 

    Ce sont des petits gester du quodien.

    Je regardais les malades à la Messe.

    Il viennent chercher la force.

    Je suis très émoue lors du moment de la

    communion. 

    Le prêtre me demande de l'aider.

    Qui suis-je pauvre créature,

    pour être la servante d'un tel cadeau ?

    C'est en donnant que l'on reçoit

    Je vous confie la jeune femme, qui

    bientôt ne sera pas parmi nous.

    Quel Mystère !

     

     

    DES PRETRES MARTYRES

     

     

    elle n'est pas très belle, je l'ai faite

    un jour. Elle simbolice la louange

     

    DES PRETRES MARTYRES

    Mais la louange la plus vraie,

    est celle de petits enfants...

     

    DES PRETRES MARTYRES

     

     

     

    GOD BLESS YOU TO

     

     

     

    DES PRETRES MARTYRES

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    « IL EST BON DE PARTAGER LA JOIEPERSER UN PEU A CEUX QUI DORMENT EN BAS »
    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks Pin It

    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    2
    Dimanche 20 Octobre 2013 à 19:19

    Bonjour, Ana, je passe sur ton agréable blog ! pour te remercier, de ta bonne visite, de ton bon commentaire. Moi, je suis une marseillaise, j'habite dans un quartier sud, très résidentiel et calme, un peu loin de la mer, un quartier que l'on appelait auparavant la petite banlieu, je suis entourée dans ce quartier convivial de moyenne colline, j'y suis bien. J'ai un appart confortable mais sans balcon, des petites loggias, nous aimerions pour moi qui suis handicapée, trouver plus tard, un plain pied, dans le secteur, mais c'est difficile pas grand chose, où alors partir de la ville, enfin, quand mon tendre sera à la retraite dans presque encore dix ans, l'on verra, car il me faut un corps médical, sinon, nous resterons ici, où au troisième étage l'on est bien quand même si il faut que j'atteigne par sept marches l'ascenseur voilà, le problème, comme je ne sors presque pas là, ça va, que je fais venir tout à domicile et que aussi mon tendre s'occupe des courses... Certe, nous sommes dans une région où nous avons pas mal de soleil, c'est agréable sauf en ce moment en période de la Toussaint, le temps n'est pas au beau fixe. Je te souhaite une bonne soirée, une douce nuit. Au plaisir, mes tendres amitiés, bisous, bisous, ton amie du midi.


    1
    Dimanche 20 Octobre 2013 à 08:08

    Bonjour Ana, j'ai aimé lire ce texte qui parle de ce prêtre qui a été assassiné parce qu'il exerçait son sacerdoce.... comme tu as de la chance de donner le pain de Dieu... Je prierai pour cette jeune femme qui va mourrir et qui va laisser son enfant .... Tu as bien fait de mettre le dessin que tu as fait... Bon dimanche, gros bisous ma petite nani

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :