• COMBIEN JE VOUDRAIS VOUS PARTAGER JEAN DE LA CROIX

     

    Saint Jean de la Croix  O.C.D

    Mes amis, combien voudrais-je vous faire 

    connaître cet homme  qui fut fondateur des religieux Carmes Espagnoles.

    Ses poèmes sont comme une source qui coule 

    dans l'âme...un eau cristaline, toute pure.

    Une âme Amoureuse de Dieu et, au même temps,

    quelqu'un de très humain et qui était le premier à la tâche pour les travaux de Monastères. On disait de lui : pour les malades il  les tratait comme une mère.

    Je vous ferai connaître peu à peu ses poèmes, car 

    il est consideré comme le plus grand poète espagnol.

    Mais surtout l'Amoureau de Dieu un peu comme François d'Assise que j'aime aussi !

    Aimons le Seigneur, c'est en l'Aimant, que nous retrouvons la vraie source de paix et joie de notre âme.

    fontaine du couvent d’Avonfontaine du couvent d'Avon

     

     

     

     

     

     

    Les poèmes de Jean de la Croix, à cause de leur musicalité et de la richesse de la langue, défient toute traduction. Cependant beaucoup l’ont tentée. Quelque chose passe en elles ; elles deviennent chemin de retour à l’original. Pour y aider le lecteur, si nécessaire, je propose ici une nouvelle traduction versifiée :

    Durant une nuit obscure,

    Des feux d’un désir amoureux avivée,

    Ô merveilleuse aventure !

    Hors, je me suis esquivée ;

    En ma maison la paix était arrivée.

     

      Dans les ténèbres, et très sûre,

    Déguisée, la secrète échelle bravée,

    Ô merveilleuse aventure !

    Dans les ténèbres et lovée ;

    En ma maison la paix était arrivée.

     

    Durant cette nuit heureuse,

    Dans un tel secret que nul ne me voyait,

    De toute chose oublieuse,

    Un simple rai m’aiguillait ;

    Sa lumière chaude en mon cœur chatoyait.

     

    Et sa clarté me guidait

    Plus sûre que celle d’une mi-journée,

    À l’endroit où m’attendait

    L’élu de ma destinée ;

    En ce lieu caché, de tous abandonnée.

     

    Ô nuit qui sus me guider !

    Ô nuit, plus aimable qu’un jour au lever !

    Ô nuit qui sus nous brider,

    L’amant m’ayant pu trouver ;

    Aimée en l’amour, l’aimé put m’enlever !

     

    Entre mes seins tout fleuris

    Lesquels pour lui seul en entier se gardaient,

    Il s’endormit là, chéri ;

    Mes caresses il validait 

    Et l’éventail des cèdres le déridait.

     

    Quand l’air soufflait aux bretèches,

    Dénouant ses cheveux j’écartais ses mèches ;

    À la nuit, de ses mains fraîches,

    Il m’ouvrait au cou la brèche,

    Et mes sens tout épris n’étaient plus revêches.

     

    Terrassée et subjuguée,

    Le visage sur l’aimé je reposai,

    Tout cessa, j’étais au gué ;

    Nul souci je ne pesai,

    Oublié, parmi les lis je me grisai.

    un religieux dit... 

    Toute ma vie aura été éclairée par ces vers castillans. Depuis ma jeunesse religieuse, avec l’aide amicale d’un jeune frère carme espagnol, j’ai découvert leur musicalité et la force des métaphores employées. Dans le cadre de vie monastique, au lendemain des laideurs de la guerre qui avaient blessé ma première enfance heureuse, ce poème venait d’un univers de beauté. Ces strophes ne sont pas mon credo, certes, mais elles ont façonné sa forme existentielle; elles lui ont apporté un supplément d’incarnation, nécessaire à sa réception.  En elles, à plusieurs moments de ma vie, j’ai saisi le sens d’une destinée dont les ressorts demeurent cachés, connus de moi seul et de l’Indicible amour.

     

     

     

     

     

     

     

     

    Comment ne pas Aimer Dieu à travers ces paysages...

    En Espagne, dans ma Castille et celle de Jean de la Croix,

    tout est plat...l'infini....et les montagnes qui nous élevant

    l'âme vers le Créateur.

     

     

    QUE DIOS OS BENDIGA

     

     

     

     

    COMBIEN JE VOUDRAIS VOUS PARTAGER JEAN DE LA CROIX

     

    « MERCI DE VOS MESSAGESNOUVELLES DE NANI + GUERISON DE L'AVEUGLE »
    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

    Tags Tags : , , , , ,
  • Commentaires

    3
    Mercredi 19 Février 2014 à 18:15

    bonjour ana
    un superbe poème et j'espère que tes médicament tes feront du bien
    Le temps est mitigé aujourd’hui mais pas froid pour la saison
    Je te souhaite de passer une  bonne fin de journée
    je t'embrasse très fort et je pense bien à toi

    2
    Mercredi 19 Février 2014 à 07:59

    Bonjour Ana, j'ai écouté ton message en rentrant de l'atelier, j'espère que ce matin tu auras l'attelle voulue et que tu vas bientôt passer la radio... Les médicaments font souvent mal à l'estomac mais il faut bien soulager la douleur de ton bras... Malgré cette souffrance tu as fait un merveilleux article, j'aime beaucoup le poème de Jean de la Croix... Je te fais de gros bisous  

    1
    Mardi 18 Février 2014 à 19:45

    Magnifique article,comme d'habitude d'ailleurs

    alors comment vas tu mieux?

    bisous

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :