•      

         Commentaire: Abbé Antoni ORIOL i Tataret (Vic, Barcelona, Espagne)

       

    Pour entrer dans le Royaume des cieux (…) il faut faire la volonté de mon Père qui est aux cieux

    Aujourd'hui, la parole évangélique nous invite à méditer sérieusement sur la distance infinie qui sépare le simple “écouter-invoquer” du “faire”, lorsqu'il s'agit du message et de la personne de Jésus. Et nous disons “simple” car il ne faut pas oublier qu'il est des façons d'écouter et d'invoquer qui ne nous demandent pas d'agir. En effet, aucun de ceux qui —ayant écouté l'annonce de l'Évangile— croient en lui n'aura à le regretter; et, tous ceux qui, ayant cru, invoqueront le nom du Seigneur seront sauvés: saint Paul nous l'apprend dans sa lettre aux Romains (10,9-13). Il s’agit alors de ceux qui croient d'une foi authentique, celle qui «agit moyennant la charité», comme l'Apôtre l'affirme encore.

    En revanche, c'est un fait qu'il y en a qui croient mais qui ne font pas. La lettre de saint Jacques nous dit cela d'une manière impressionnante: «Mettez la Parole en application, ne vous contentez pas de l'écouter: ce serait vous faire illusion» (1,22); «Ainsi donc, celui qui n'agit pas, sa foi est bel et bien morte» (2,17); «En effet, comme le corps qui ne respire plus est mort, la foi qui n'agit pas est morte» (2,26). Saint Matthieu le dit aussi de manière inoubliable, quand il affirme: «Il ne suffit pas de me dire: ‘Seigneur, Seigneur!’, pour entrer dans le Royaume des cieux; mais il faut faire la volonté de mon Père qui est aux cieux» (7,21).

    Il nous faut donc écouter et accomplir; c'est ainsi que nous parviendrons à bâtir sur le roc et non sur le sable. Comment accomplir? Demandons-nous: Dieu et le prochain, sont-ils dans ma tête —suis-je croyant par conviction? Pour ce qui est de ma poche, est-ce que je partage mes biens dans un esprit de solidarité? Et quant à la culture, est-ce que je contribue à la consolidation des valeurs humaines dans mon pays? Pour l'accroissement du bien, est-ce que je fuis le péché d'omission? Dans mon activité apostolique, est-ce que je cherche le salut éternel de ceux qui m'entourent? C'est à dire: suis-je une personne sensée qui, par des œuvres, bâtit la maison de ma vie sur le roc du Christ?

                                                                            10759749-illustration-de-feuilles-de-houx-et-de-baies-avec-

     

     Dans l'Evangile d'aujourd'hui, on nous dit qu'il ne suffit pas de dire oui, et le commentaire de cet Evangile nous parle de la foi. On Peut comprendre ce que Dieu nous demande et passer à coté. Qu'est-ce que Dieu demande ? L'Aimer de tout notre coeur et de toutes nos forces, et Aimer mon prochain. Ne pas me dérober de mon frère. Surtout en ces fêtes, partager si l'on peut. Avant dans les familles chrétiennes à table, il y avait toujours une assiette et une chaise pour accueillir le pauvre. Lorsque on partage on s'occupe des affaires de Dieu... et Lui, s'occupera des nôtres n'ayons pas peur. Que Dieu nous bénisse.                                                                                 

     

     

     

     

     

     

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks Pin It

    2 commentaires
  • Jesus-enseigne-disciplesjpg
     
    Le mercredi de la 1e semaine de l'Avent


    Livre d'Isaïe 25,6-10. 
    Ce jour-là, le Seigneur, Dieu de l'univers, préparera pour tous les peuples, sur sa montagne, un festin de viandes grasses et de vins capiteux, un festin de viandes succulentes et de vins décantés. 
    Il enlèvera le voile de deuil qui enveloppait tous les peuples et le linceul qui couvrait toutes les nations. 
    Il détruira la mort pour toujours. Le Seigneur essuiera les larmes sur tous les visages, et par toute la terre il effacera l'humiliation de son peuple ; c'est lui qui l'a promis.
    Et ce jour-là, on dira : « Voici notre Dieu, en lui nous espérions, et il nous a sauvés ; c'est lui le Seigneur, en lui nous espérions ; exultons, réjouissons-nous : il nous a sauvés ! »
    Car la main du Seigneur reposera sur cette montagne. 
     
                                                                          
     
    Voici les prophéties d'Isaïe. Annonce de Bonheur. Toutes les souffrances seront effacés. 
    C'est une promesse du Seigneur. Dans cette lecture nous sommes invités à exulter de joie.
     
    J'avais de l'affection pour une artiste. Cela était dû à ce qu'elle était humiliée et soufflait. Un jour une amie m'a dit : tu sais, elle s'est suicidée. Je suis partie me recueillir dans ma chambre. J'ai pleuré. J'ai dit au Seigneur; elle à tellement souffert dans sa vie. S'il te plaît, donne-moi un signe pour savoir si au dernier moment, elle c'est tournée vers toi. J'ai continué à prier pour elle deux jours...J'avais une grande peine. Le troisième jour, j'ouvre ma bible et j'ai lu le passage de l'apocalypse : Qui sont ceux qui viens au loin habillés de blanc ? Ce sont ceux qui viennent de la grande tribulation. Ils ont été lavés avec le sang de l'Agneau. On essuiera les larmes de leurs yeux. 
    Une grande paix en rentré dans mon coeur. J'ai toujours cru que c'était la réponse, le signe que je demandais.
    C'est certain que le suicide est contraire à la loi du seigneur...mais le Curé d'Ars un jour consolait une veuve en lui disant : Soyez tranquille entre l'échafaudage et le sol Dieu peut faire grandes choses !
    Soyons confiants, nous sommes dans les mains du Seigneur en tout moment.

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks Pin It

    3 commentaires
  •       
                                                            

     
    Le lundi de la 1e semaine de l'Avent
    Commentaire du jour
    Saint Ambroise (v. 340-397), évêque de Milan et docteur de l'Église
    Sur la virginité, §72-74, 78

     

    Il vient chez toi

    Tu as entendu la voix du Verbe, la Parole de Dieu... Lève-toi, et par la prière prépare le fond de ton âme. D'en bas tends vers les hauteurs, efforce-toi à ouvrir la porte de ton cœur. Quand tu étends les mains vers le Christ, tes actions exhaleront le parfum de la foi...

    Voilà comme le Christ t'a désirée, voilà comme le Christ t'a choisie. Si tu lui ouvres, il entrera ; il ne peut pas y manquer, lui qui l'a promis. Embrasse donc celui que tu as cherché (Ct 3,4) ; approche-toi de lui et tu recevras sa lumière (Ps 33,6) ; retiens-le, demande-lui de ne pas s'en aller si vite, supplie-le de ne pas s'éloigner. En effet, la parole de Dieu court rapidement (Si 43,5) ; elle ne se laisse pas saisir par la mollesse ; la paresse ne la retient pas. Que ton âme, à son appel, aille à sa rencontre, et qu'elle persévère sur le chemin tracé par sa parole céleste, car il passe vite...

    Ne pense pas, s'il est parti si vite, que tu lui as déplu en l'appelant, en l'implorant, en lui ouvrant : il permet souvent que nous soyons éprouvés. Lorsque les foules le priaient de ne pas s'en aller, que dit-il dans l'Évangile ? « Il faut que j'annonce la parole de Dieu dans les autres villes, car c'est pour cela que j'ai été envoyé » (Lc 4,43). Alors, même s'il semble être parti, cherche encore (cf Ct 5,6)... Celle qui cherche ainsi le Christ, celle qui l'implore ainsi, n'est pas délaissée par lui ; bien plus, il vient souvent la visiter, car il est avec nous jusqu'à la fin du monde (Mt 28,20).

                                                                     +

     

    Quel belle cette méditation de St Ambroise qui parle à nos coeurs. Le Coeur que Jésus cherche pour faire sa demeure, est un coeur vierge. Qu'est-ce que cela veux dire ? Une âme qui s'oublie pour n'être qu'une avec le Seigneur. Nous voyons bien que Jésus a transformé le coeur des disciples. Nous voyons aussi comme c'est à Marie Madeleine qu'il s'est apparu en premier. C'est Lui qui transforme notre coeur. Plus nous serons prés de Lui, plus nous disparaîtront dans son Coeur. N'ayons pas peur de nos sentir pêcheurs, pauvres, incapables...Ce que lui cherche c'est que nous lui lésions 

    nous transformer. Vouloir, désirer être à ses pieds, c'est la marque de l'Amour. Préparons notre coeur jour après jour, comme il le dit si bien le Psaume 130 Je ne cherche pas des grandeurs qui me dépassent, non, je tiens mon âme en paix...comme un tout petit contre sa mère.

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks Pin It

    1 commentaire
  •  

     

    Premier dimanche de l'Avent
    Commentaire du jour
    Bienheureux Guerric d'Igny (v. 1080-1157), abbé cistercien
    2ème Sermon pour l'Avent, 2-4 ; PL 185, 15 ; SC 166

     

    « C'est à l'heure où vous n'y penserez pas, que le Fils de l'homme viendra »

    En vérité, mes frères, c'est dans l'exultation de l'esprit qu'il faut aller à la rencontre du Christ qui vient...; que notre esprit se lève donc dans un transport de joie et s'élance au-devant de son Sauveur... Je pense, en effet, que nous sommes invités en tant de passages des Écritures à aller à sa rencontre pas seulement à propos du second avènement, mais même à propos du premier...

    Avant même son avènement, donc, que le Seigneur vienne à vous ; avant d'apparaître au monde entier, qu'il vienne vous visiter familièrement, lui qui a dit : « Je ne vous laisserai pas orphelins ; je viens vers vous » (Jn 14,18). Car en cette période intermédiaire entre son premier et son dernier avènement il y a un avènement du Seigneur fréquent et familier, selon le mérite et la ferveur de chacun, qui nous forme selon le premier et nous prépare au dernier... Par son avènement actuel il travaille à réformer notre orgueil, à nous rendre semblables à cette humilité qu'il a montrée dans son premier avènement, et à refaçonner « notre corps de misère à l'image de son corps glorieux » (Ph 3,21) qu'il nous montrera quand il reviendra. C'est pourquoi il nous faut désirer de tous nos vœux et demander avec ferveur cet avènement familier, qui nous donne la grâce du premier avènement et nous promet la gloire du dernier...

    Le premier avènement a été humble et caché ; le dernier sera éclatant et magnifique. Celui dont je parle est caché, mais il est également magnifique ; je le dis caché, non qu'il soit ignoré de celui à qui il arrive, mais parce qu'il advient secrètement en lui... Il arrive sans être vu et il s'éloigne sans qu'on s'en aperçoive. Sa seule présence est pour l'âme et l'esprit une lumière qui fait voir l'invisible et connaître l'inconnaissable... Cet avènement du Seigneur jette l'âme de celui qui le contemple dans une douce et heureuse admiration ; de son tréfonds jaillit ce cri : « Seigneur, qui est semblable à toi ? » (Ps 34,10). Ceux qui l'ont éprouvé le savent. Plaise à Dieu que ceux qui ne l'ont pas éprouvé en éprouvent le désir !

                                                                                     +

     

     

         Quoi dire après le sermon de L'abbé Cistercien ? Je trouve ce temps comme un départ sur le chemin. Unis à Saint Joseph et à La Sainte Vierge avec de la joie et la douceur d'attendre Celui qui va venir en toute humilité. Soyons de ceux qui se retirent un peu du bruit du monde, pour nous laisser REMPLIR de la PAIX et de la JOIE qui viennent d'en haut. Je vous Re-souhaite une belle entrée dans l'Avent. Elle sera unique car celle de l'année dernière est passé...

     

     

     

     

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks Pin It

    3 commentaires
  • Appel-disciples-p-cheurs-d-hommes

    Texte de l'Évangile (Mt 4,18-22): Comme il marchait au bord du lac de Galilée, il vit

    deux frères, Simon, appelé Pierre, et son frère André, qui jetaient leurs filets dans le lac: c'étaient des pêcheurs. Jésus leur dit: «Venez derrière moi, et je vous ferai pêcheurs d'hommes». Aussitôt, laissant leurs filets, ils le suivirent. Plus loin, il vit deux autres frères, Jacques, fils de Zébédée, et son frère Jean, qui étaient dans leur barque avec leur père, en train de préparer leurs filets. Il les appela. Aussitôt, laissant leur barque et leur père, ils le suivirent.

                                                               +

    ars curé Je veux profiter de cette fête pour dire un mot d'enfant à ce prêtre qui m'a accompagné spirituellement 23 ans. 

     Merci en ta fête. Tu es maintenant au ciel depuis 2005 mais je sens ta présence. Tu fut pour moi comme le père que je n'ai pas eu. Combien de sollicitude, combien de douceur lorsque tu devais me dire quelque chose. On se voyait que deux fois par an car tu étais moine. Mais tu étais présent par lettre, au téléphone. Tu me manques tant mon père !  Tu avais un grand Amour de la Sainte Vierge. C'est avec toi que j'ai fait mes premiers pas vers Jésus. Et puis on pouvais rire des mes bêtises dans la langue. C'est toi qui m'as dit, bon nani maintenant tu m'écriras en Français, et je me suis jeté à l'eau. Je ne me souviens pas d'un mot sévère de ta part. Tu me disais : vais-tu le faire par Amour de Jésus ? Tu sais combien tu me manques, je n'ai jamais osé t'écrire ainsi car je savais que je pleurerais. Mais je suis dans un grand espoir de te joindre au Ciel un jour, et là plus de séparation. Je t'embrasse mon abbito. Ta pte fille nani 

     

     

     images-copie-1Mon abbito !

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks Pin It

    2 commentaires

  •  

     

    Le jeudi de la 34e semaine du temps ordinaire
    Commentaire du jour
    Saint Augustin (354-430), évêque d'Hippone (Afrique du Nord) et docteur de l'Église
    Les Discours sur les psaumes, Ps 95, §14

     

    « Redressez-vous et relevez la tête, car votre rédemption approche »

    « Alors tous les arbres des forêts bondiront de joie devant la face du Seigneur, car il vient, car il vient pour juger la terre » (Ps 95,12-13). Le Seigneur est venu une première fois, et il viendra de nouveau. Il est venu une première fois « sur les nuées » (Mt 26,64), dans son Église. Quelles sont les nuées qui l'ont porté ? Les apôtres, les prédicateurs...; il est venu une première fois porté par ses prédicateurs, et il a rempli toute la terre. Ne résistons pas à son premier avènement si nous ne voulons pas redouter le second...

    Que doit donc faire le chrétien ? Profiter de ce monde, mais ne pas servir ce monde. Qu'est-ce que cela signifie ? « Posséder comme si on ne possédait pas. » C'est ce que dit saint Paul... : « Frères, le temps est court. Dès lors..., que ceux qui pleurent soient comme s'ils ne pleuraient pas, ceux qui sont heureux, comme s'ils n'étaient pas heureux, ceux qui font des achats, comme s'ils ne possédaient rien, ceux qui tirent profit de ce monde, comme s'ils n'en profitaient pas. Car ce monde tel que nous le voyons est en train de passer. Je voudrais vous voir libres de tout souci » (1Co 7,29-32). Celui qui est libre de tout souci attend avec assurance la venue de son Seigneur. Car est-ce qu'on aime le Seigneur, si on redoute sa venue ? Mes frères, n'en rougissons-nous pas ? Nous l'aimons, et nous redoutons sa venue ? L'aimons-nous vraiment, ou est-ce que nous n'aimons pas davantage nos péchés ? Haïssons donc nos péchés, et aimons Celui qui doit venir...

    « Tous les arbres des forêts seront dans la joie à la vue du Seigneur, parce qu'il est venu » une première fois... « Tous les arbres des forêts seront dans la joie » quand il reviendra pour juger la terre. Alors il trouvera pleins d'allégresse, « parce qu'il est venu », tous ceux qui auront cru la première fois à son avènement. - Saint Agustin- 

                                                                                  +

     


              Saint Agustin nous aide à rentrer dans ce temps prochain de l'Avent. Que notre coeur se centre de plus en plus dans la joie du Ciel. Dans ces temps que nous vivons et qui sont durs, ce Noël pour le Chrétien doit nous tourner vers l'espérance. Dans la confiance car "Notre Père Céleste SAIT de quoi nous avons besoin " Si nous vivons ainsi, non seulement nous profiterons des grâces d'en haut mais nous ferons profiter aussi à ceux qui nous entourent...dans nos quartiers, dans nos rencontres, dans un coeur ouvert à toute créature.images-copie-1                  

     

     
     
     
    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks Pin It

    3 commentaires
  • jesus-nazareth-355 

        Jésus parlait à ses disciples de sa venue : " On portera la main sur vous et l'on vous persécutera; on vous livrera aux  synagogues, on vous jettera en prison, on vous fera comparaître devant des rois et des gouverneurs, à cause de mon Nom.
    Ce sera pour vous l'occasion de rendre témoignage.
    Mettez-vous dans la tête que vous n'avez pas à vous soucier de votre défense.
    Moi-même, je vous inspirerai un langage et une sagesse à laquelle tous vos adversaires ne pourront opposer ni résistance ni contradiction.
    Vous serez livrés même par vos parents, vos frères. C'est par votre persévérance que vous obtiendrez la vie. Ils feront mettre à mort certains d'entre vous. Vous serez détestes de tous, à cause de mon Nom. Mais pas un cheveu de votre tête ne sera perdu.
       
                                                      -  Luc 21 -

          On peut dire que cet Évangile du jour n'est pas une bonne nouvelle ! Et cependant en le lisant... Jésus nous parle des persécutions mais A CAUSE DE LUI. Et par quels moyens, nous pourrons rendre témoignage. Il annonce déjà la venue de l'Esprit Saint. Lui nous inspirera ce qu'il faut dire, et sera notre Défenseur. Aussi c'est par notre persévérance que nous aurons la Vie. Il ne nous épargne que certains mourront. MAIS PAS UN CHEVEU DE NOTRE TÊTE NE SERA PERDU !  Nous avons l'assurance que rien de ce qu'il nous a promis sera perdu. Donne-nous Seigneur ta grâce, pour vivre dans la persévérance des petites choses.

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks

    3 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique