• CAR TU EST MON DIEU, TOI SEUL MON ROI

     
     
    Luc 7, 31 -35
     
    Jésus disait à la foule : « À qui donc vais-je comparer les hommes de cette génération ? À qui ressemblent-ils ? Ils ressemblent à des gamins assis sur la place, qui s’interpellent entre eux : ‘Nous avons joué de la flûte, et vous n’avez pas dansé. Nous avons entonné des chants de deuil, et vous n’avez pas pleuré.’ Jean Baptiste est venu, en effet ; il ne mange pas de pain, il ne boit pas de vin, et vous dites : ‘C’est un possédé !’ Le Fils de l’homme est venu ; il mange et il boit, et vous dites : ‘C’est un glouton et un ivrogne, un ami des publicains et des pécheurs.’ Mais la sagesse de Dieu se révèle juste auprès de tous ses enfants. »

     

     

    Dans ce court extrait d’évangile, il y a bien des enseignements. On y discerne d’une part la souffrance du Christ : il annonce la Parole de Dieu, et au lieu de l’écouter, on le juge sur des comportements dont on fait autant de défauts alors qu’il n’a voulu que partager la condition humaine de ses contemporains et se faire proche de ceux qui avaient vraiment besoin d’entendre la miséricorde de Dieu, car à ceux-là, personne ne songeait à l’annoncer avant lui.

    Mais d’autre part, lorsqu’il exprime les exigences de Dieu, comme Jean-Baptiste avant lui, on ne l’écoute pas plus. Eternelle surdité du peuple qui a tôt fait de se construire un Dieu à sa mesure mais qui se ferme à une parole authentiquement prophétique.

     

    Notre génération est-elle meilleure que celle de Jésus ? Certainement pas. Il suffit d’allumer son poste de télévision à 20 h pour s’en rendre compte. On est loin, très loin de l’esprit de l’Evangile. On nous exhibe tous les jours des fanatiques qui confondent Dieu avec leur orgueil mâle. Et tous les incroyants s’en frottent les mains : si Dieu, c’est ça, c’est bien la preuve qu’Il n’existe pas.

    Quand la sagesse de Dieu se révélera-t-elle juste auprès de tous ses enfants ?

     

    Cette image dit si bien ce qui nous arrive ! Nous passons

    le temps à courir tras ce que nous voulons...car nous 

    le voulons tout suite.

     

    C'est notre logique humaine. Mais nous devons regarder

    vers l'haut. Demander au Seigneur ce qui est le 

    mieux pour nous. Nous faisons cela avec nos amis ou

    parents. 

    Il m'arrive, que lorsque à cause de mon handicap, 

    ma volonté ne réagit. Je veux mais je ne peux pas passer

    à l'acte. Il m'arrive de pleurer. Mais peu à peu je commence

    à me dire que le Seigneur se sert de cela, pour

    que je lui demande souvent comment faire.

    Ce regard vers le haut est pour nous une demande :

    est-ce que ce que je veux est bon pour moi ?

    On dit souvent : je fais de mon corps ce que je

    veux. Notre corps nous a été donné il ne faut pas 

    l'oublier. Mais il nous a été donné pour le bien. Et 

    ce bien fait alors notre bonheur.

    Soyons alors comme les petits enfants...que lorsque 

    notre Père du Ciel nous donne un signe pour faire,

    l'enfants le fait CAR IL A CONFIANCE

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    GOD BLESS YOU TO

     

    « JESUS ET LA SANTE VIERGE MARIE FONT GRÂCELA BEAUTE DU COEUR ET DE LA NATURE »
    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

    Tags Tags : , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :