• « C’est vous qui en êtes les témoins... »

     

     

    Jeudi de Pâques

    Évangile de Jésus Christ selon saint Luc 24,35-48. 
     

     

    Les disciples qui rentraient d'Emmaüs racontaient aux onze Apôtres et à leurs compagnons ce qui s'était passé sur la route, et comment ils avaient reconnu le Seigneur quand il avait rompu le pain. 
    Comme ils en parlaient encore, lui-même était là au milieu d'eux, et il leur dit : « La paix soit avec vous ! » 
    Frappés de stupeur et de crainte, ils croyaient voir un esprit. 
    Jésus leur dit : « Pourquoi êtes-vous bouleversés ? Et pourquoi ces pensées qui surgissent en vous ? 
    Voyez mes mains et mes pieds : c'est bien moi ! Touchez-moi, regardez : un esprit n'a pas de chair ni d'os, et vous constatez que j'en ai. » 
    Après cette parole, il leur montra ses mains et ses pieds. 
    Dans leur joie, ils n'osaient pas encore y croire, et restaient saisis d'étonnement. Jésus leur dit : « Avez-vous ici quelque chose à manger ? » 
    Ils lui offrirent un morceau de poisson grillé. 
    Il le prit et le mangea devant eux. 
    Puis il déclara : « Rappelez-vous les paroles que je vous ai dites quand j'étais encore avec vous : Il fallait que s'accomplisse tout ce qui a été écrit de moi dans la loi de Moïse, les Prophètes et les Psaumes. » 
    Alors il leur ouvrit l'esprit à l'intelligence des Écritures. 
    Il conclut : « C'est bien ce qui était annoncé par l'Écriture : les souffrances du Messie, sa résurrection d'entre les morts le troisième jour, 
    et la conversion proclamée en son nom pour le pardon des péchés à toutes les nations, en commençant par Jérusalem. 
    C'est vous qui en êtes les témoins. 

     

    Luc 24 v 35-48 -

    « C’est vous qui en êtes les témoins... »

     

     

    Toutes ces apparitions ont comme point commun l’incrédulité des apôtres qui tardent toujours à le reconnaître, car « leurs yeux étaient empêchés de le reconnaître » (Lc 24,16).Mais Luc va plus loin, quand il nous dit que les apôtres étaient « effrayés et remplis de crainte, car ils pensaient que c’était un esprit », c’est à dire une créature démoniaque, qui dans l’esprit du temps venait sur terre pour persécuter les vivants, et que Jésus expulsait des possédés. On ne peut que comprendre l’incrédulité des apôtres qui ne s’attendaient pas à rencontrer ainsi le Christ quasi-incognito. Ils s’attendaient plutôt à une parousie générale révélant le Christ ressuscité dans toute sa gloire. L’incompréhension des apôtres n’est pas très différente de celle de Pierre devant le tombeau vide à Pâques. Il était encore trop tôt pour assimiler l’enseignement du Christ, comprendre son message.

    Devant cette non reconnaissance, le Christ doit convaincre les onze apôtres que c’est bien lui, le ressuscité, qui se présente devant eux. Pour ce faire, il emploie trois méthodes : la première, utilisée à Emmaüs, consiste à rompre le pain, c’est à dire refaire les gestes de la dernière cène, pour se faire reconnaître : « ils l’avaient reconnu à la fraction du pain ». C’est le geste fondateur de la cène, communion que nous répétons depuis 2000 ans dans nos églises. La deuxième méthode consiste à montrer aux disciples les stigmates de la passion : dans le texte de Luc, « il leur montra ses mains et ses pieds », c’est à dire les plaies des clous de la crucifixion ; dans l’évangile de Jean, Jésus dit à Thomas « avance ton doigt ici et regarde ma main ; avance ta main et enfonce la dans mon côté, cesse d’être incrédule et deviens un homme de foi » (Jn, 20, 27). La troisième méthode est la plus radicale : Jésus demande de quoi manger : les apôtres « lui offrirent un morceau de poisson grillé. Il le prit et mangea sous leurs yeux ». C’est une méthode formelle pour leur affirmer que le Christ est bien ressuscité, en chair et en os, ce qui les convainc définitivement, puisque la vision des stigmates n’avait pas suffi à convaincre. 

     

    Dans le monde que l'on vit, on a besoin des

    garanties. 

    La garantie que nous avons sur Jésus, c'est 

    un chemin de foi, de confiance. C'est à fur et à mesure que nous avançons sur ce chemin, que

    notre cheminement c'est éclairci.

     

     

     

    Van Ry

     

     

     

     

     

     

    GOD BLESS YOU TO

     

     

     

    « POURQUOI CHERCHEZ-VOUS PARMI LES MORTS ...?LA PECHE DE LA FIN DE JOURNEE »
    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks

    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    2
    Vendredi 25 Avril 2014 à 11:07

    bonjour Anna,


     croire , et esperer,  il le  faut toujours ..


     que ta fin de semaine te soit legere , tout comme mon cerf volant  bisous  v aly.


    1
    Vendredi 25 Avril 2014 à 09:33


    Bonjour Ana, voici un article qui nous montre que nous devons croire à la résurrection de Jésus comme ses disciples l'ont fait... La pluie tombe depuis ce matin... Vivement que je sois arrivée sur la côte pour voir le soleil briller tous les jours... Bonne journée, gros bisous

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :