• BON PREMIER DIMANCHE DE L'AVENT A TOUS !!!

     

     

    Premier dimanche de l'Avent
    Commentaire du jour
    Bienheureux Guerric d'Igny (v. 1080-1157), abbé cistercien
    2ème Sermon pour l'Avent, 2-4 ; PL 185, 15 ; SC 166

     

    « C'est à l'heure où vous n'y penserez pas, que le Fils de l'homme viendra »

    En vérité, mes frères, c'est dans l'exultation de l'esprit qu'il faut aller à la rencontre du Christ qui vient...; que notre esprit se lève donc dans un transport de joie et s'élance au-devant de son Sauveur... Je pense, en effet, que nous sommes invités en tant de passages des Écritures à aller à sa rencontre pas seulement à propos du second avènement, mais même à propos du premier...

    Avant même son avènement, donc, que le Seigneur vienne à vous ; avant d'apparaître au monde entier, qu'il vienne vous visiter familièrement, lui qui a dit : « Je ne vous laisserai pas orphelins ; je viens vers vous » (Jn 14,18). Car en cette période intermédiaire entre son premier et son dernier avènement il y a un avènement du Seigneur fréquent et familier, selon le mérite et la ferveur de chacun, qui nous forme selon le premier et nous prépare au dernier... Par son avènement actuel il travaille à réformer notre orgueil, à nous rendre semblables à cette humilité qu'il a montrée dans son premier avènement, et à refaçonner « notre corps de misère à l'image de son corps glorieux » (Ph 3,21) qu'il nous montrera quand il reviendra. C'est pourquoi il nous faut désirer de tous nos vœux et demander avec ferveur cet avènement familier, qui nous donne la grâce du premier avènement et nous promet la gloire du dernier...

    Le premier avènement a été humble et caché ; le dernier sera éclatant et magnifique. Celui dont je parle est caché, mais il est également magnifique ; je le dis caché, non qu'il soit ignoré de celui à qui il arrive, mais parce qu'il advient secrètement en lui... Il arrive sans être vu et il s'éloigne sans qu'on s'en aperçoive. Sa seule présence est pour l'âme et l'esprit une lumière qui fait voir l'invisible et connaître l'inconnaissable... Cet avènement du Seigneur jette l'âme de celui qui le contemple dans une douce et heureuse admiration ; de son tréfonds jaillit ce cri : « Seigneur, qui est semblable à toi ? » (Ps 34,10). Ceux qui l'ont éprouvé le savent. Plaise à Dieu que ceux qui ne l'ont pas éprouvé en éprouvent le désir !

                                                                                     +

     

     

         Quoi dire après le sermon de L'abbé Cistercien ? Je trouve ce temps comme un départ sur le chemin. Unis à Saint Joseph et à La Sainte Vierge avec de la joie et la douceur d'attendre Celui qui va venir en toute humilité. Soyons de ceux qui se retirent un peu du bruit du monde, pour nous laisser REMPLIR de la PAIX et de la JOIE qui viennent d'en haut. Je vous Re-souhaite une belle entrée dans l'Avent. Elle sera unique car celle de l'année dernière est passé...

     

     

     

     

    « SAINT ANDRE, DISCIPLE DE JESUSMARCHONS VERS LA LUMIERE »
    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks

  • Commentaires

    3
    Lundi 3 Décembre 2012 à 20:06
    Gilbert

    Bonsoir Ana,

     

    J’espère que tu vas bien, j’ai bien aimé le texte que tu nous présentes, il est le témoignage du cœur de l’amour pour notre Seigneur.

     

    Bonne soirée à tous. Gilbert.

    2
    Lundi 3 Décembre 2012 à 10:22

    Bon début de semaine Ana, gros bisous

    1
    Dimanche 2 Décembre 2012 à 09:56

    Bonjour ANA, ce matin j'ai lu dans l'évangile au quotidien les textes se rapportant au 1er dimanche de l'Avant... Bonne journée, gros bisous

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :