• Amitié et guérison de Lazare

    Amitié et guérison de Lazare

     

      11,1-45.

    En ce temps-là, il y avait quelqu'un de malade, Lazare, de Béthanie, le village de Marie et de Marthe, sa sœur.
    Or Marie était celle qui répandit du parfum sur le Seigneur et lui essuya les pieds avec ses cheveux. C’était son frère Lazare qui était malade.
    Donc, les deux sœurs envoyèrent dire à Jésus : « Seigneur, celui que tu aimes est malade. »
    En apprenant cela, Jésus dit : « Cette maladie ne conduit pas à la mort, elle est pour la gloire de Dieu, afin que par elle le Fils de Dieu soit glorifié. »
    Jésus aimait Marthe et sa sœur, ainsi que Lazare.
    Quand il apprit que celui-ci était malade, il demeura deux jours encore à l’endroit où il se trouvait.
    Puis, après cela, il dit aux disciples : « Revenons en Judée. »
    Les disciples lui dirent : « Rabbi, tout récemment, les Juifs, là-bas, cherchaient à te lapider, et tu y retournes ? »
    Jésus répondit : « N’y a-t-il pas douze heures dans une journée ? Celui qui marche pendant le jour ne trébuche pas, parce qu’il voit la lumière de ce monde ;
    mais celui qui marche pendant la nuit trébuche, parce que la lumière n’est pas en lui. »
    Après ces paroles, il ajouta : « Lazare, notre ami, s’est endormi ; mais je vais aller le tirer de ce sommeil. »
    Les disciples lui dirent alors : « Seigneur, s’il s’est endormi, il sera sauvé. »
    Jésus avait parlé de la mort ; eux pensaient qu’il parlait du repos du sommeil.
    Alors il leur dit ouvertement : « Lazare est mort,
    et je me réjouis de n’avoir pas été là, à cause de vous, pour que vous croyiez. Mais allons auprès de lui ! »
    Thomas, appelé Didyme (c’est-à-dire Jumeau), dit aux autres disciples : « Allons-y, nous aussi, pour mourir avec lui ! »
    À son arrivée, Jésus trouva Lazare au tombeau depuis quatre jours déjà.
    Comme Béthanie était tout près de Jérusalem – à une distance de quinze stades (c’est-à-dire une demi-heure de marche environ) –,
    beaucoup de Juifs étaient venus réconforter Marthe et Marie au sujet de leur frère.
    Lorsque Marthe apprit l’arrivée de Jésus, elle partit à sa rencontre, tandis que Marie restait assise à la maison.
    Marthe dit à Jésus : « Seigneur, si tu avais été ici, mon frère ne serait pas mort.
    Mais maintenant encore, je le sais, tout ce que tu demanderas à Dieu, Dieu te l’accordera. »
    Jésus lui dit : « Ton frère ressuscitera. »
    Marthe reprit : « Je sais qu’il ressuscitera à la résurrection, au dernier jour. »
    Jésus lui dit : « Moi, je suis la résurrection et la vie. Celui qui croit en moi, même s’il meurt, vivra ;
    quiconque vit et croit en moi ne mourra jamais. Crois-tu cela ? »
    Elle répondit : « Oui, Seigneur, je le crois : tu es le Christ, le Fils de Dieu, tu es celui qui vient dans le monde. »
    Ayant dit cela, elle partit appeler sa sœur Marie, et lui dit tout bas : « Le Maître est là, il t’appelle. »
    Marie, dès qu’elle l’entendit, se leva rapidement et alla rejoindre Jésus.
    Il n’était pas encore entré dans le village, mais il se trouvait toujours à l’endroit où Marthe l’avait rencontré.
    Les Juifs qui étaient à la maison avec Marie et la réconfortaient, la voyant se lever et sortir si vite, la suivirent ; ils pensaient qu’elle allait au tombeau pour y pleurer.
    Marie arriva à l’endroit où se trouvait Jésus. Dès qu’elle le vit, elle se jeta à ses pieds et lui dit : « Seigneur, si tu avais été ici, mon frère ne serait pas mort. »
    Quand il vit qu’elle pleurait, et que les Juifs venus avec elle pleuraient aussi, Jésus, en son esprit, fut saisi d’émotion, il fut bouleversé,
    et il demanda : « Où l’avez-vous déposé ? » Ils lui répondirent : « Seigneur, viens, et vois. »
    Alors Jésus se mit à pleurer.
    Les Juifs disaient : « Voyez comme il l’aimait ! »
    Mais certains d’entre eux dirent : « Lui qui a ouvert les yeux de l’aveugle, ne pouvait-il pas empêcher Lazare de mourir ? »
    Jésus, repris par l’émotion, arriva au tombeau. C’était une grotte fermée par une pierre.
    Jésus dit : « Enlevez la pierre. » Marthe, la sœur du défunt, lui dit : « Seigneur, il sent déjà ; c’est le quatrième jour qu’il est là. »
    Alors Jésus dit à Marthe : « Ne te l’ai-je pas dit ? Si tu crois, tu verras la gloire de Dieu. »
    On enleva donc la pierre. Alors Jésus leva les yeux au ciel et dit : « Père, je te rends grâce parce que tu m’as exaucé.
    Je le savais bien, moi, que tu m’exauces toujours ; mais je le dis à cause de la foule qui m’entoure, afin qu’ils croient que c’est toi qui m’as envoyé. »
    Après cela, il cria d’une voix forte : « Lazare, viens dehors ! »
    Et le mort sortit, les pieds et les mains liés par des bandelettes, le visage enveloppé d’un suaire. Jésus leur dit : « Déliez-le, et laissez-le aller. »
    Beaucoup de Juifs, qui étaient venus auprès de Marie et avaient donc vu ce que Jésus avait fait, crurent en lui
     

     

     

    Bonjour mes amie et amis. 

    Voici que Jean disciple de Jésus; le plus jeune, nous raconte ce passage. 

    Jésus aimais cette famille et il aimais venir chez ses amis se reposer et profiter de l'amitié que l'on lui prodigait.

    Or, Lazare tomba malade... 

    Ses sœurs vinrent le lui dire et, il s'attarde à les répondre. 

    Puis, une fois en route, Marie sa soeur, viens courant pour lui annocer:

    Mon frère est mort, mais nous te Faison confiance...

    Tout un dialogue s'instaure. 

    Puis Jésus resussite son Ami. 

    Pourquoi Jésus permit cela ?

    Voulait il leur faire de la peine ?

    Je crois que non. 

    Mais Jésus voulait aller plus loin que une simple guérison. 

    Faire comprendre à tous ceux qui le suivaient en chemin et furent témoins des des larmes... Comme tout être humain. 

    Il voulu que les gents qui le suivaient comprennent cette foi de Lazare, de Marte et Marie.

    Même pour nous dans ce que nous vivons dans ces temps, 

    Il veut nous inciter à la confiance, 

    Nous mener plus loin dans nos vies. 

    Nous faire élever le regard vers ces biens qui ne sont assujettis à l'argent, le pouvoir, notre propre suffisance. Nous interroger pourquoi, notre regard reste incree sur la terre et pas dans cette vie après notre mort ou nous pourrons pour toujours, profiter des biens... Comme la vie, la beauté, la rencontre des êtres chers qui sont morts sur cette terre. 

    Mes amis j'y crois et pour

    moi c'est une évidence. 

    De telle façon que tout en restant les pieds par terre, mon cœur est en haut. Cela mes amis me remet en place vis à vis de la souffrance et maladie et différents problèmes 

    Je peux vous assurer que ma confiance est accomplie avec la réponse de Jésus. Il a permis l'absence de famille, mais il s'occupe de moi et me prodigue sa tendresse.

    Une fois de plus la foi et la confiance sont donnés et pour ceux qui ne l'on pas on peut la demander et vous la recevrez. 

    Je vous souhaite un bon dimanche et vais a mon job de dimanche. 

    Bisous nani qui vous aime avec tendresse

     

    Amitié et guérison de Lazare

     

     

    God Bless You

     

     

    « Merci aux lecteurs sur le web ! 0:-) »
    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

    Tags Tags : , , ,
  • Commentaires

    2
    Dimanche 29 Mars à 15:23

    Bonjour Ana,

    je voudrais bien lire cet article mais tout le côté droit est coupé..Pas facile de comprendre tout le texte..

    Bisous

    1
    Dimanche 29 Mars à 13:35

    Bonjour nani, merci pour l'évangile, et aussi pour le message sur ma page! Je me sens fatiguée, mais je ne vais pas dormir! je vais aller voir mon papa  à pieds! j'irai faire des courses demain matin! j'espère que papa va bien! je n'ai pas grand chose à raconter, ma vie est morne fade sans grand intérêt! je ne raconte que des banalités! et j'ai froid aussi! je vais bien me couvrir pour aller chez papa! bises

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :