• LA JOIE EST TOUJOURS LA

     Évangile de Jésus Christ selon saint Luc 7,31-35. 

     

    Jésus disait à la foule : " A qui donc vais-je comparer les hommes de cette génération? A qui ressemblent-ils?
    Ils ressemblent à des gamins assis sur la place, qui s'interpellent entre eux : 'Nous avons joué de la flûte, et vous n'avez pas dansé. Nous avons entonné des chants de deuil, et vous n'avez pas pleuré. '
    Jean Baptiste est venu, en effet ; il ne mange pas de pain, il ne boit pas de vin, et vous dites : 'C'est un possédé ! '
    Le Fils de l'homme est venu ; il mange et il boit, et vous dites : 'C'est un glouton et un ivrogne, un ami des publicains et des pécheurs. '
    Mais la sagesse de Dieu se révèle juste auprès de tous ses enfants. »

     

    LA JOIE EST TOUJOURS LA

     

    Le Fils de l'homme est venu ; il mange et il boit, et vous dites : 'C'est un glouton et un ivrogne, un ami des publicains et des pécheurs. '

    Le Secret de LA JOIE

    Pilate demanda à Jésus : Qu'est-ce que la Vérité ?

    Jésus fit Silence...

    Mais qu'est-ce-que que LA JOIE ?

     

    La Joie n'est pas la cause de ces quelques moments

    d'allégresse.

    Elle est toujours la !

     

    Elle n'est pas le resultat, de quelque chose 

    que nous produisson.

    Elle est dans tout notre être.

    Mais nous l'ignorons.

    Croyant ou pas croyant.

    Elle est le RESULTAT,

    de se savoir entouré, de la presénce,

    des bras de QUELQU'UN QUI NE 

    NOUS LÂCHERA PAS. 

    Réfléchisons...

    Nous avons, et nous avons eu des moments de Bonheur.

    Celui-ci est "parti" par des causes diferentes.

    LA JOIE PARFAITE FAIT PARTIE DE NOTRE ÂME

    Nous ne la voyons pas ni nous ne la sentons pas toujours,

    elle est et fait partie de notre être.

    Il suffit de le croire pour resentir,

    ce que l'enfant vit dans les bras de son papa. 

    C'est en devenant (j'ose dire) de trop grands

    adultes...sans besoin... que nous dépendons,

    de nos seules forces.

    VOTRE CADEAU !!!

     

      Vincent Aucante - Il ne faut pas faire de contre sens lorsque l'on parle de la joie : ce n'est pas une émotion passagère, qui serait présente seulement dans les rares moments de notre existence où nous avons l'impression que tout va bien. La joie fait partie de nos vies, elle en épouse donc toutes les tribulations. Ceci est déjà présent dans notre expérience immédiate et ordinaire. On parle ainsi facilement de « joie dans l'effort », et on peut extrapoler sans peine vers une « joie dans l'épreuve ». La joie n'est pas seulement une réaction émotive à des stimulations extérieures : elle est ancrée dans le cœur de tout homme, là Dieu nous parle en secret. La joie profonde est quelque chose qui nous envahit, qui nous conduit à affronter avec sérénité les difficultés. Plutôt qu'un paradoxe, c'est une véritable philosophie de l'existence.  

     

    LA JOIE EST TOUJOURS LA

     

    LA JOIE EST TOUJOURS LA

     

    LA JOIE EST TOUJOURS LA

     

     

     

    GOD BLESS YOU TO

     

    LA JOIE EST TOUJOURS LA

     

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

    7 commentaires
  •  

    Évangile de Jésus Christ selon saint Luc 7,11-17. 

     

    Jésus se rendait dans une ville appelée Naïm. Ses disciples faisaient route avec lui, ainsi qu'une grande foule. 
    Il arriva près de la porte de la ville au moment où l'on transportait un mort pour l'enterrer ; c'était un fils unique, et sa mère était veuve. Une foule considérable accompagnait cette femme. 
    En la voyant, le Seigneur fut saisi de pitié pour elle, et lui dit : « Ne pleure pas. » 
    Il s'avança et toucha la civière ; les porteurs s'arrêtèrent, et Jésus dit : « Jeune homme, je te l'ordonne, lève-toi. » 
    Alors le mort se redressa, s'assit et se mit à parler. Et Jésus le rendit à sa mère. 
    La crainte s'empara de tous, et ils rendaient gloire à Dieu : « Un grand prophète s'est levé parmi nous, et Dieu a visité son peuple. » 
    Et cette parole se répandit dans toute la Judée et dans les pays voisins. 

    LA COMPASSION

    Saint Augustin (354-430), évêque d'Hippone (Afrique du Nord) et docteur de l'Église 

     

    « Jeune homme, je te l’ordonne, lève-toi »

          Nous trouvons dans l’Évangile trois morts ressuscités visiblement par le Seigneur, mais des milliers invisiblement… La fille du chef de la synagogue (Mc 5,22s), le fils de la veuve de Naïm et Lazare (Jn 11)…sont le symbole des trois sortes de pécheurs que le Christ ressuscite aujourd’hui encore. La jeune fille était encore dans la maison de son père…; le fils de la veuve de Naïm n’était plus dans la maison de sa mère, mais pas encore dans le tombeau…; Lazare était enseveli…

          Il y a donc des gens dont le péché reste dans le cœur, mais qui ne l’ont pas commis en acte… Ils ont consenti au péché, le mort est à l’intérieur de l’âme, il n’est pas encore transporté au-dehors. Or, il arrive souvent…que des hommes fassent cette expérience en eux-mêmes : après avoir entendu la parole de Dieu, le Seigneur semble leur dire : « Lève-toi. » Ils condamnent le consentement qu’ils ont donné au mal, et ils reprennent souffle pour vivre dans le salut et la justice… D’autres, après le consentement, vont jusqu’à l’acte ; ils transportent le mort qui était caché dans le secret de leur demeure et l’exposent devant tous. Faut-il désespérer d’eux ? Le Sauveur n’a-t-il pas dit à ce jeune homme : « Je te l’ordonne, lève-toi » ? Ne l’a-t-il pas rendu à sa mère ? Il en est ainsi de celui qui a agi de la sorte : s’il est touché et remué par la parole de vérité, il ressuscite à la voix du Christ, il est rendu à la vie. Il a pu faire un pas de plus dans la voie du péché, mais il n’a pas pu périr pour toujours. 

          Quant à ceux qui s’enchaînent dans des habitudes mauvaises au point de leur ôter même la vue du mal qu’ils commettent, ils entreprennent de défendre leurs actes mauvais, ils s’irritent quand on les leur reproche… Ceux-là, écrasés sous le poids de l’habitude du péché, sont comme ensevelis dans le tombeau… Cette pierre placée sur le sépulcre, c’est la force tyrannique de l’habitude qui accable l’âme et ne lui permet ni de se lever ni de respirer…

          Écoutons donc, frères très chers, et faisons en sorte que ceux qui vivent, vivent, et que ceux qui sont morts, revivent… Que tous ces morts fassent pénitence… Que ceux qui vivent, conservent cette vie, et que ceux qui sont morts se hâtent de ressusciter.



     

    ***********************************

    A pas confondre que la maladie vient du péché !!!

     

    LA COMPASSION

    LA COMPASSION

    Au soir, nous serons examines que par l'AMOUR

    LA COMPASSION

     

     

    LA BONTE VRAIMENT COMPATISSANTE

     

     

    GOD BLEES YOU TO

     

     

    LA BONTE VRAIMENT COMPATISSANTE

     

     

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

    4 commentaires
  • Le Christ Médiateur entre Dieu et les hommes

     

    Première lettre de saint Paul Apôtre à Timothée 2,1-8. 

     

    J'insiste avant tout pour qu'on fasse des prières de demande, d'intercession et d'action de grâce pour tous les hommes, 
    pour les chefs d'État et tous ceux qui ont des responsabilités, afin que nous puissions mener notre vie dans le calme et la sécurité, en hommes religieux et sérieux. 
    Voilà une vraie prière, que Dieu, notre Sauveur, peut accepter, 
    car il veut que tous les hommes soient sauvés et arrivent à connaître pleinement la vérité. 
    En effet, il n'y a qu'un seul Dieu, il n'y a qu'un seul médiateur entre Dieu et les hommes : un homme, le Christ Jésus, 
    qui s'est donné lui-même en rançon pour tous les hommes. Au temps fixé, il a rendu ce témoignage 
    pour lequel j'ai reçu la charge de messager et d'Apôtre - je le dis en toute vérité - moi qui enseigne aux nations païennes la foi et la vérité. 
    Je voudrais donc qu'en tout lieu les hommes prient en levant les mains vers le ciel, saintement, sans colère ni mauvaises intentions. 

    ( Nourriture de la Parole pour ce jour) 

     

    Je rajute un theme cher à mon coeur.

    La Pesanteur

    La maladie, l'echec, la richesse, la pauvré,

    l' amitié, l'enemi, La santé,

    la culture et l'inculture... etc

     

    Exemple

    Une personne, se trouva anéantie.

    Grose dépresion.

    Impossibilité de sortir dehors.

    Plus de travail, plus des envies,

    Silence du télephone, des amies.

    Beaucoup moins d'argent, peur,

    et pardessus tout...

    Lettre du propiétaire :

    Bail non renouvelable dans trois mois. 

    Cette personne était tellement assomée par tellement 

    de malheur, que tout d'en cout commenza,

    a restropecter, tout son être.

    La souffrance était telle, qu'elle pensait à la mort,

    comme unique échapatoire.

     

    Elle se sentait comme une souris, 

    enfermé dans une boite carrée sans sortie.

    Puis...aprés quelques jours...

    Elle se dit : c'est impossible qu'il n'y ait pas,

    une solution... une sortie.

    Et se mit à revoir sa vie...

    Elle retrouvais peu à peu une autre liste que,

    celle du debut. Positive cette fois-ci.

    Une transformation interieur commence a resurgir.

    Trop d'attachement de son malheur,

    Trop aussi de moments de bonheur.

    Seul alors, elle regarde en haut...

    Elle voit la présence de Dieu dans son être.

    Son manque de confiance.

    Seul Lui pouvait lui donner une ouverture,

    pour sortir vivante de sa pésanteur !

    Se regarder avec Amour.

    Comme une amie regade une amie.

    S'asseoir dans un fauteuil relax...en se 

    contemplant avec bonté.

     Tout son passé, se detendait.

     elle arrivait à profiter de ce jour présent.

    Durant les jours suivants...

    Elle rentra dans une inmense paix.

    Pour la première fois dans sa vie,

    elle Aima cette pésanteur que la libérait.

    Plus d'attachement mais une grande liberté.

    Plus rien l'enfermait dans la boîte carré.

     

     

    LA PESANTEUR FAIT DESCENDRE  ( Simone Weil philosophe )

    Liberation !

       

     

    GOD BLESS YOU TO

     

     

    LA PESANTEUR FAIT DESCENDRE  ( Simone Weil philosophe )

     

      

     

     

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

    1 commentaire
  • Évangile de Jésus Christ selon saint Luc 15,1-32. 

     

    Les publicains et les pécheurs venaient tous à Jésus pour l'écouter. 
    Les pharisiens et les scribes récriminaient contre lui : « Cet homme fait bon accueil aux pécheurs, et il mange avec eux ! » 
    Alors Jésus leur dit cette parabole : 
    « Si l'un de vous a cent brebis et en perd une, ne laisse-t-il pas les quatre-vingt-dix-neuf autres dans le désert pour aller chercher celle qui est perdue, jusqu'à ce qu'il la retrouve ? 
    Quand il l'a retrouvée, tout joyeux, il la prend sur ses épaules, 
    et, de retour chez lui, il réunit ses amis et ses voisins ; il leur dit : 'Réjouissez-vous avec moi, car j'ai retrouvé ma brebis, celle qui était perdue ! '
    Je vous le dis : C'est ainsi qu'il y aura de la joie dans le ciel pour un seul pécheur qui se convertit, plus que pour quatre-vingt-dix-neuf justes qui n'ont pas besoin de conversion. » 
    Ou encore, si une femme a dix pièces d'argent et en perd une, ne va-t-elle pas allumer une lampe, balayer la maison, et chercher avec soin jusqu'à ce qu'elle la retrouve ? 
    Quand elle l'a retrouvée, elle réunit ses amies et ses voisines et leur dit : 'Réjouissez-vous avec moi, car j'ai retrouvé la pièce d'argent que j'avais perdue !

     

     

     

     

     

    Merci de vos visites, de votre Amitié

    Je vous laisse la nourriture de la Parole

     

    Bisous à tous !!!

     

     

     

    GOD BLESS YOU TO

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

    6 commentaires
  •  AVOIR MISERICODE, AIMER  CELUI QUI TE FAIS MAL

     

    Sur l'Evangile d'hier

     

    La Miséricorde

    Ce mot est composé de misér-i- corde. Misére et coeur

    Ce sont deux abîmes qui s'attirent.

    La Misér et le Coeur.

    C'est ainsi que Dieu nous Aime.

    Plus nous sommes malades, plus son coeur nous Aime.

     

    Normalement, ceci nous pose un gros problème.

    Comme Aimer nous celui-celle, qui nous a fait du mal ?

    Humainement seulement. Impossible.

    Cependant, cela dans le fond de notre âme est

    possible.

    Un exemple :

    Ma Mère accueillais

    à la maison quelques femmes, qui n'avaient

    pas de travail, juste le temps de trouver quelque chose.

    Parfois, elles partaient avec des choses de notre maison.

    Mi Madre qui ne practicait pas la Messe, ni les évangiles.

    Elle aimait le Seigneur.

    Cependant sa bonté était naturale. 

    Elle disait :

    Bon, elle devait avoir besoin.

    Il est arrivé que la personne revienne,

    avec l'objet ou pas.

    Elle etait accueilli.

    Mais Pourquoi ?

     

    Parce qu'elle Aimais les pauvres.

     

    AVOIR MISERICODE, AIMER CELUI QUI TE FAIS MAL

     

    Mais, comment Aimer celui qui nous fait du mal ?

    En verité on met du temps...

    Nous ne sommes pas comme Jésus en croix, 

    qui pardonna ceux qui l'avaient fait crucifier.

    Père pardonne-leur

    car, ils ne savent ce qu'ils font.

     

     

     

     

    APPRIVOISER NOTRE COEUR

    Avant de pouvoir s'approcher de celui qui,

    nous fait souffrir.

    Tâcher de le apprivoiser dans notre Coeur.

    Ceci c'est aussi

    LA NON VIOLENCE. 

     Gandhi, lorsque fut jetté du train,

    et de sa première classe.

    Je ne crois pas qu'il sentit de l'Amour.

    Mais ceci le marca à un extrème,

    qui fut transformé en 

    a la non violence.

    Resister au mal... peu à peu...

    durant sa vie. Pour arriver là où il

    arriva à la fin.

    Je crois en cela.

     

     

     

     

    GOD BLESS YOU

     

    AVOIR MISERICODE, AIMER CELUI QUI TE FAIS MAL

     

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

    1 commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique